Pourquoi recycler en Chine?

Comme bien d’autres citoyens, je suis choqué de voir les montagnes de matières recyclables qui s’accumulent et menacent de se retrouver à l’enfouissement. Les divers ordres de gouvernement ont fait du bon travail en éduquant leurs populations au recyclage et en leur fournissant de bons bacs pour le faire. Depuis longtemps, je me disais que je devais me rendre dans un centre de tri pour voir ce qu’on faisait des matières que j’avais si soigneusement nettoyées avant de les mettre dans le bac. Je ne suis jamais passé à cette action. Je faisais aveuglément confiance.

Et voici que j’apprends que la plus grande partie des matières recyclables était expédiée en Chine. Maintenant que ce pays y ferme ses portes, c’est la débandade dans les centres de tri. On pense à l’enfouissement. Mais qu’en font-ils, les Chinois, de ces matières ? Ils doivent bien en produire eux-mêmes. Quel intérêt ont-ils à acheter notre papier et notre plastique usagés ? Je suis stupéfait que nous n’ayons toujours pas répondu à cette question. Au Canada, il semble qu’il n’y a que la Colombie-Britannique qui ait en partie résolu le problème. On y « recycle », c’est-à-dire qu’on a réussi à donner une nouvelle vie utile aux produits récupérés. On y taxe les producteurs de matières recyclables. On y cherche des solutions autres que de pelleter ses déchets dans la cour d’un voisin. Bravo à la Colombie-Britannique ! Que fait le reste du Canada ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.