Le Québec a mal à sa gauche

Entendons-nous, le Québec a mal à sa gauche. Pour faire dans la caricature, donc produire une représentation issue de la réalité, d’un côté nous aurions une gauche urbaine, jeune, scolarisée ou en voie de scolarisation universitaire, techno-branchée et carburant à l’utopie des réseaux de toutes sortes. Épousant les théories postmodernes et très active politiquement, il n’y aurait pour elle d’affinités concrètes qu’en petits collectifs, elle s’époumonerait pour les enjeux identitaires et culturels, voire multiculturels, et répondrait à ses adversaires par l’expression d’une condescendance émanant de l’idée qu’avant cette génération fut le déluge. De l’autre côté, nous aurions une gauche des régions, plus âgée et de provenance ouvrière, qui, se disant réaliste, s’indigne pour des enjeux économiques classiques qu’elle exprime en remâchant les anciens sans les actualiser adéquatement. En raison de son attachement à une certaine conception de la modernité, elle défend l’idée abstraite d’une société nationale et demande qu’on prenne au sérieux des problématiques qui apparaissent d’une autre époque pour les premiers.

Les deux gauches se regardent en chiens de faïence, s’accusant réciproquement de ce qu’elles sont mutuellement, c’est-à-dire d’être la raison de leur éternelle défaite, autrement dit de la victoire récurrente de leur adversaire.

En marge de celles-ci se positionne une extrême gauche anarchisante qui se désole de cette situation tout en la trouvant bien rigolote, confortablement assise qu’elle est dans son retrait pseudo-critique qui ne propose jamais rien de tangible sauf un absolu irréalisable, voguant de polémique en polémique, spectacle qu’elle visionne en mangeant son popcorn aux frais du contribuable.

Face à ce vaudeville aux fâcheuses conséquences, plusieurs se demandent bien à propos pourquoi les masses semblent préférer voter pour des partis de « droite ». Désolant !

35 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 24 janvier 2018 01 h 44

    La gauche doit retourner à ses origines.

    La gauche a perdu son âme quand il a délaissé ses revendications traditionnelles pour une société égalitaire et juste et il a commencé à défendre l'intersectionnalité et le sectarisme. La gauche traditionnelle a toujours défendu la liberté des femmes de l'emprise de la religion et maintenant il défend la subjugation des femmes aux diktats patriarcales. La gauche traditionnelle a toujours valorisé la laïcité et maintenant il défend les religions fascistes. La gauche a perdu ses repères.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 08 h 52

      À Nadia Alexan,

      "La gauche traditionnelle a toujours valorisé la laïcité.."-Nadia Alexan

      La gauche de QS, pour ne prendre que celle-là, défend toujours la laïcité.

      Mais encore faut-il savoir que la laïcité n'est pas le rejet des religions, mais la séparation du religieux de l'État; le droit à l'expression religieuse étant un droit international reconnu par l'Article 18 de "La Déclaration universelle des droits de l'homme" des Nations-Unies.

      Or donc, dans la laïcité ce ne sont pas "les personnes" qui sont laïques, mais bien l'État. Tant qu'on ne comprendra pas ça, un clivage de plus en plus délétère dont on constate les ravages dans les pages même du Devoir d'aujourd'hui s'incrustera au Québec.

      D'ailleurs.. Depuis quand ?

      La gauche défendrait-elle des positions qui encouragent la xénophobie?

      Ça n'a aucun sens.

      Même les communistes avaient combattu les racistes lors de la deuxième guerre mondiale en encaissant les plus fortes pertes en termes de vies de soldats morts au combat.

      Christian Montmarquette

      Référence:

      La haine gagne du terrain - Le Devoir , 24 janvier 2018

      Les crimes haineux ont atteint un sommet en août, au plus fort de la vague de demandeurs d’asile irréguliers

      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-soci

      '

    • Nadia Alexan - Abonnée 24 janvier 2018 11 h 25

      À monsieur Montmarquette: Libérer les femmes de l'emprise de la religion n'est pas raciste, monsieur. La lutte contre la misogynie n'est pas raciste. Vouloir l'égalité homme/femme n'est pas raciste, non plus.
      Défendre le totalitarisme religieux n'a rien à faire avec une gauche progressiste qui a toujours défendu la libération du dogmatisme religieux. La gauche régressive défend l'obscurantisme religieux.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 12 h 57

      À Nadia Alexan,

      "Défendre le totalitarisme religieux n'a rien à faire avec une gauche progressiste" - Nadia Alexan

      Québec Solidaire n'a jamais défendu le totalitarisme religieux. Alors que vos commentaires le laissent régulièrement supposer.

      Que ce soit au moins clair pour ça.

      À moins que vous ne considériez comme progressiste d'empêcher des femmes de travailler parce qu'elles ne se vêtissent pas comme vous-même.

      Christian Montmarquette

      Référence :

      "Opposer l’espoir à la haine" - Le Devoir, 23 mars 2015

      "Depuis sa fondation, Québec solidaire lutte avec ardeur contre l’intégrisme, contre tous les intégrismes, sans céder aux amalgames et à la stigmatisation de certaines communautés. Rappelons que toutes les religions et idéologies politiques ont leurs intégristes." - Françoise David

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/435196/op

      .

    • Jean-Sébastien Garceau - Abonné 24 janvier 2018 14 h 02

      Vous avez bien raison Mme Alexan : Empêcher le brainwash et le dogmatisme religieux est un moyen d'émanciper le peuple qui peut être associé à la gauche.
      Il faudrait cependant être cohérent et l'appliquer équitablement à tous les brainwash religieux, quels qu'ils soient.
      Curieusement, c'est là que le bas blesse. Plusieurs ne veulent pas qu'on touche aux croix, mais les voiles, on n'y voit que cela. Quand une religion dicte de se fondre dans la masse, on les laisse tranquille dire et répandre des anneries obscurantistes, mais quand "ça se voit", là c'est terrible. Le chef du parti conservateur, Andrew Sheer est anti-avortement, anti-homosexuel. Mais il est habillé "normalement". Conclusion : ce n'est pas un extrêmiste religieux.
      Amishs, Scientologistes, Juïfs, Chrétiens, Témoins de Jéhovah : l'État n'a que faire de votre obscurantisme. Allez-y en paix. Soutenez Israël inconditionnellement. N'enseignez jamais Darwin. Etc. L'État continue de tolérer les écoles juïves, même si elles sont illégales.
      Ne nions pas qu'il y a un obscurantisme musulman. Mais soyons juste et combattons tous les obscurantismes.
      Pas seulement celui, qui, a tout hasard, est celui que les médias abusent de parler.
      La gauche "régressive" à mon sens, cherche surtout à être cohérente.

    • Denis Drapeau - Abonné 24 janvier 2018 14 h 38

      M. Montmarquette, vous dite «À moins que vous ne considériez comme progressiste d'empêcher des femmes de travailler parce qu'elles ne se vêtissent pas comme vous-même.»

      Ça c'est la meilleur ! Allez voir dans les pays qui encourage le port du voile intégrale, pour ne pas dire que la pression sociale l'impose ) et vous n'y verrrez pas beaucoup de femmes au travail et encore moins à l'université. Ce qui confine la femme au foyer c'est justement ce type d'habillement qui vient avec une idéologie répressive envers les femmes. Hé oui, ce type d'habillement vient avec une idéologie. Faut vraiment se voiller la vus pour ne pas voir cette évidence.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 24 janvier 2018 15 h 02

      J’espère Madame, que vous pouvez prendre du recul et tenir compte des justes mises au point que vient de vous faire Monsieur Montmarquette.

      Vous prenez la position du juge en disant “ La gauche a perdu ses repères.” Par là prétendez-vous, à la manière des Bouchard-Favreau, écrire à votre compte un manifeste pour donner l’heure juste à “la gauche” selon les repères dont vous seriez l'héritière?

      Sans doutes que mon commentaire tord-il trop le bâton. Croyez-moi, ce n’est pas pour des raisons personnelle, mais plutôt fraternelle et politique. Car je trouve déplorable votre tendance récurrente de déformer les positions de QS sur certaines questions, comme c’est le cas présentement. En effet, j’apprécie généralement vos commentaires judicieux qui pointent du doigt les méfaits et reculs provoqués par les politiques néolibérales et sur plusieurs autres questions d’ordre sociale.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 15 h 13

      À Denis Drapeau,

      "Allez voir dans les pays qui encourage le port du voile intégrale.."-Denis Drapeau

      Québec solidaire n'a jamais encouragé ni soutenu le port du voile intégral. Alors que je viens justement de dire que Québec solidaire a toujours été contre tous les intégrismes.

      Sachons aussi que le port du hijab ne signifie même pas la même chose d'une musulmane à l'autre.

      - Comment vous y prendrez-vous pour faire le tri entre ce que le voile signifie pour les unes, alors qu'il signifie autre chose pour les autres?

      On voit bien que le voile a été intrumentaliser à des fins électorales et n'a pas grand chose à voir avec des problèmes réels au Québec.

      La vérité, c'est que les nationalistes identitaires pratiquent une politique de prophétie auto-réalisatrice:

      Ils attisent inutilement une haine autour du voile, pour venir ensuite se plaindre que le voile pose un problème au Québec.

      En ce qui me concerne il s'agit-là d'un comportement démagogique, électoraliste et manipulateur.

      Consternant.

      Christian Montmarquette

    • Jean-Sébastien Garceau - Abonné 24 janvier 2018 16 h 24

      Heureusement que ces femmes n'ont pas le choix de faire comme dans ces pays où le voile égal l'absence de travail et d'éducation.
      Autrement, ça voudrait dire qu'elle peuvent refuser l'association qui est faite ailleurs et donc porter le voile ET travailler / étudier.
      Ça ne se fait pas.
      C'est interdit par les Lumières non-obscurantistes de l'occident et de la raison.
      Comme quoi, il y a des vêtements obscurantistes "en soi". Il ne faut pas se "voiller" la vue devant cette évidence.

    • Cyril Dionne - Abonné 24 janvier 2018 17 h 52

      Bien d'accord avec vous Mme Alexan. Cela va faire du bien d’avoir un vrai parti de gauche, NPD-Québec, qui se préoccupe des gens au lieu d’une gauche multiculturelle qui conjugue aux sempiternelles idéologies politico-religieuses. Alors, pour les progressistes de la gauche fédéraliste, il y aura un vrai parti pour les représenter. Pour ceux qui veulent une république, un pays et une nation indivisible qui stipule que tous sont créés égaux et qu’ils sont doués de certains droits inaliénables, il y aura toujours et seulement le Parti québécois.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 18 h 45

      À Jean-Sébastien Garceau,

      - Vous trouvez que ça fait "Lumière", vous? de dicter aux femmes quoi porter ou pas?

      Pas plus l'imposition que l'interdiction est une voix de libération pour les femmes au Québec.

      D'ailleurs on sait où ça commence, mais on ne sait pas où ça fini ce types d'interdictions vestimentaires pour fins religieuses.

      - Allez-vous aussi interdire aux médecins juifs et juives de soigner les malades du Québec parce qu'ils portent une kipa?

      - Allez-vous interdire aux femmes de se baigner parce qu'elles portent un burkini?

      - Allez-vous interdire aux bonnes soeurs du Québec de prendre soin des itinérants?

      - Voyons! Ça n'a aucun sens!

      Y'a plus grand monde qui va avoir le droit de vivre librement au Québec1


      Christian Montmarquette

  • Yves Côté - Abonné 24 janvier 2018 06 h 01

    Pourquoi...?

    "Pourquoi les masses semblent préférer voter pour des partis de droite " ?
    Mais simplement parce que comme elles, elles qui doivent se bouger le c... pour simplement tirer leur épingle du jeu, ils ont moins que tout autre de scrupules à agir énergiquement, bon yenne !

    Tourlou !

  • Marguerite Paradis - Abonnée 24 janvier 2018 07 h 13

    GAUCHE-DROITE, PÉRIMÉ

    Pour comprendre le monde, le binaire « gauche – droite » n’a plus de résonnance.
    Pour comprendre et agir dans le monde, je préfère tenir compte de l’ancrage des propositions politiques c’est-à-dire des propositions ayant à cœur l’être humain, son milieu de vie et les liens sociaux émancipateurs.
    M.P.

  • Cyril Dionne - Abonné 24 janvier 2018 07 h 34

    Le parti communiste

    « En marge de celles-ci se positionne une extrême gauche anarchisante qui se désole de cette situation tout en la trouvant bien rigolote, confortablement assise qu’elle est dans son retrait pseudo-critique qui ne propose jamais rien de tangible sauf un absolu irréalisable, voguant de polémique en polémique, spectacle qu’elle visionne en mangeant son popcorn aux frais du contribuable. »

    Vous venez de décrire Québec solidaire. Plus rien à dire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 08 h 55

      "Vous venez de décrire Québec solidaire"- Cyril Dionne

      Je vous ferez remarquer que les communistes sont au PQ depuis des années.. Pas à Québec Solidaire:

      Référence :

      Chefferie du PQ: même le Parti communiste du Québec appuie Pierre Karl Péladeau - Huffintonpost, 21/10/2014

      .

    • Jean-François Trottier - Abonné 24 janvier 2018 10 h 46

      QS a un programme dirigiste et rigide à l'os.

      QS propose le pouvoir du peuple et omet, et c'est pourtant criant, le mot "absolu"... ceci dit on ne se demande pas de quel peuple vous parlez.

      Le silence aberrant de vos meneurs suite au vote en début d'année dernière en est une petite preuve parmi bien d'autres. Z'inclusif sauf... Quand on prend le pouvoir, tous à la porte ? ioupi.
      Suffit pas de condamner tous les autres du haut de sa chaire pour avoir raison. QS et les curés, même combat.

      L'URSS était socialiste, et QS, de la social-démocratie a oublié sciemment dans son programme la partie démocrate : on ne peut pas diriger le Québec en imposant une seule structure et un seul pouvoir. Encore une fois le mot pouvoir a chez vous une consonnance qui renie la nécessité de la balance des pouvoirs.
      Mais noooooon, vous n'êtes pas soviétique! Vous restez bêtement coincé dans une grille marxiste du 19ème siècle. Pour d'autres c'est la grille Libérale de la même époque. La tristesse, je vous dis pas.
      De Keynes vous n'avez rien retenu, c'est dire.

      Maintenant patinez à votre guise. N'importe quoi.

  • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 08 h 22

    Quand on mélange la droite avec la gauche..


    Quand certains prennent un malin plaisir à mélanger la droite avec la gauche, en tentant de nous faire croire que c'est de gauche que de rejeter certains segments de la population..

    C'est sûr que ça fait mal à la gauche au Québec.

    Christian Montmarquette

    • Jean-François Trottier - Abonné 24 janvier 2018 10 h 26

      Et que croyez-vous faire quand vous traitez le PQ de raciste ?

      Des années que vous vomissez sur ce parti pour des raisons bassemenbt électoralistes et pour cacher le vide abyssal de votre programme. Des slogans, des slogans...

      Surtout après avoir admis enfin que vous mentiez au sujet de la division du vote!! Pour la crédibilité vous repasserez.

      C'est votre discours qui est mélangé.

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 13 h 02

      Mon premier problème n'est pas que le PQ soit raciste, mais qu'il l'attise dans la population à fin électoprale, qui plus est, qu'il endosse les mêmes politiques néolibérales d'ausérité pour le peuple et de gravage éhonté des entreprises que le Parti libéral et la CAQ.

    • Jean-François Trottier - Abonné 24 janvier 2018 15 h 50

      L'électoralisme vient de QS (et les insultes, de vous, ici, M. Montmarquette. On ne l'oubliera pas).

      Accuser les autres de n'importe quoi pour ramasser des votes, ça pue. Vous ne faites que reprendre un vieux truc que les Libéraux ont utilisé déjà lors du débat sur la loi 101, et avec des intentions tout aussi viles.

      Du coup, et vous le savez, vous vous êtes mis à dos une part importante des gens, qui jamais ne voteront pour vous. Inclusif, QS ? Arrêtez de rire du monde!

      Vous êtes nés par la division, vous disparaîtrez pour la même raison, ayant fait plus de tort qu'autre chose.

      Votre haine est assez hideuse merci.

    • Jean-Sébastien Garceau - Abonné 24 janvier 2018 17 h 11

      C'est votre letmotiv M. Trottier que de considérer que le racisme est seulement une insulte ou une accusation.
      Ce sera le mien de vous rappeler ceci : si vous considérer ce mot comme ayant un sens suffisamment précis pour être vérifiable, il faut aller réussir à prouver avec des faits que le PQ n'encourage pas le racisme.
      Pour vous c'est une évidence. Mais une discussion implique de partager ses preuves.
      Tout le reste n'est que procès d'intention (sophisme). À moins que vous avez des preuves à nous partager?
      Pour quelqu'un qui n'aime pas les curés, vous avez l'anathème assez facile. Haïr les "haïneux", eh oui, drôle de figure.

    • Gilles Théberge - Abonné 24 janvier 2018 17 h 23

      Moi entre autres. Jamais je ne pourrai voter pour QS.

      Je n'en peux plus des insultes!

    • Marc Lacroix - Abonné 24 janvier 2018 19 h 19

      À M. Montmarquette

      QS en se prétendant "inclusif" défend des traditionalistes religieux qui n'ont rien à faire de la démocratie ni des femmes; lorsque votre parti cessera de tirer à gauche et à droite en même temps, peut-être alors pourrons-nous vous prendre au sérieux. Vous voulez défendre la liberté, la social-démocratie et les femmes, alors soyez cohérent !

      J'ai apprécié l'image de Benoît Coutu qui écrit:

      "En marge de celles-ci se positionne une extrême gauche anarchisante qui se désole de cette situation tout en la trouvant bien rigolote, confortablement assise qu’elle est dans son retrait pseudo-critique qui ne propose jamais rien de tangible sauf un absolu irréalisable, voguant de polémique en polémique, spectacle qu’elle visionne en mangeant son popcorn aux frais du contribuable."

      Difficile de mieux décrire QS qui patauge dans un éternel brouillard en se contentant d'attaquer les autres en jouant de la rectitude politique à tue-tête !

    • Christian Montmarquette - Abonné 24 janvier 2018 19 h 38

      "En marge de celles-ci se positionne une extrême gauche anarchisante.." - Marc Lacroix

      Vous êtes bien mal parti avec ce commentaire déconnecté de la réalité.

      - Apprenez que les anarchistes n'ont pas de parti, ne votent pas et présentent encore moins des candidats.tes aux élections.

      - Cm