Encore Donald Trump?

Si comme moi vous frôlez la nausée à voir chaque jour la tronche du milliardaire ou à entendre les échos de sa dernière insanité sur Twitter, je vous invite à solliciter de vos médias d’information préférés de faire « une journée sans Donald Trump ». Peut-être y prendrons-nous goût jusqu’à en arriver à une semaine sans Trump et plus encore.

Par la même occasion, une invitation aux organismes militants canadiens de multiples tendances à assurer qu’advenant une visite annoncée du milliardaire au Canada, nous ayons la même élégance que les Britanniques ; 1 900 000 d’entre eux ont signé une pétition pour demander de ne pas l’accueillir dans leur pays, entraînant l’annulation de sa visite annoncée. Nous n’avons pas besoin de ce distillateur de hargne, de division, d’exclusion et de détestation de l’étranger et du différent. Nos politiciens ne peuvent bien sûr faire un tel geste, mais la population oui.

En observant l’air du temps me vient à l’esprit cette réflexion, dont j’oublie l’auteur : « À s’habituer à l’inhabituel, le peuple se mit à accepter l’inacceptable. » Un axiome faisant certes partie de l’arsenal de tels manipulateurs des idées et des esprits.

4 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 15 janvier 2018 09 h 00

    Bravo

    Qu'on arrête de reproduire ses tweets. Say something good, say something bad, I don't care, but talk about ME !

  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 15 janvier 2018 09 h 59

    Et W Bush..

    On a bien reçu au Canada l'hypocrite, menteur et meurtrier W Bush, je ne vois pas pourquoi on refuserait de recevoir Donald Trump.

  • Claude Coulombe - Abonné 15 janvier 2018 11 h 28

    Cessons de jouer son jeu...

    Il manipule, dit une chose et son contraire, souffle le chaud et le froid, manie le bâton et la carotte, cherche l'attention. Il est le «centre du monde» et nous tournons autour à l'affut du moindre signe de sa volonté changeante. En gros, il nous tourne en bourrique et nous embarquons dans son jeu. Au pire il va déchirer l'ALENA et ce ne sera pas la fin du monde. Svp, passons à autre chose...

  • Rino St-Amand - Abonné 15 janvier 2018 12 h 01

    L'intelligence de Trump

    Il faut bien amuser le public en appâtant les journalistes avec des fouberies, si veut ouvrir, sans problème, les vannes du capitalisme sauvage.