De tout coeur avec Daniel Turp

Je suis de tout coeur avec Daniel Turp et ses étudiants de l’Université de Montréal dans leur démarche héroïque pour faire invalider la vente de véhicules blindés à l’Arabie saoudite. Pour le fédéral et General Dynamics Land Systems (GDLS), il est tout simplement question de gros sous. Pour moi et pour plusieurs citoyennes et citoyens, il est question de vies et de morts.

Il me semble que la planète a déjà son lot de malheurs, avec les catastrophes naturelles, les hommes, femmes et enfants déplacés, noyés, violentés, repoussés, décimés par nettoyage ethnique ou affamés, sans en ajouter en fournissant aux belligérants des engins de mort, quoi qu’on dise.

Ajoutons les conséquences énormes pour les pays d’accueil qui peinent à rétablir l’équilibre entre leur population et les nouveaux arrivants. Tous ces gens déplacés méritent d’être nourris, logés, soignés, éduqués et en mesure de gagner leur vie et celle de leur famille. Comment y arriver sans préparation préalable et sans brusquer les susceptibilités ?

Il ne suffit pas d’avoir comme premiers représentants de nos nations, d’une part, un globe-trotteur au sourire éclatant et, d’autre part, un « Twitter » psychologiquement imprévisible qui n’ont de cesse de se faire voir. Nous avons besoin de femmes et d’hommes courageux qui daignent affronter et dénoncer l’inacceptable quoi qu’il en coûte et qui nous conduisent vers un avenir où tous les peuples se respectent.

J’invite la population à donner son appui au professeur Daniel Turp et à ses étudiants, par courrier à tous les médias et à tous les députés, afin de mettre un terme à l’horreur des atrocités qui meublent sans cesse nos bulletins de nouvelles.

8 commentaires
  • Françoise Breault - Abonnée 13 janvier 2018 11 h 10

    Juste propos

    Je vais répondre à votre invitation du dernier paragraphe, car ne rien faire quand il est possible de poser un geste, nous rend en un sens complice de ce qui est dénoncé.

  • Gilbert Troutet - Abonné 13 janvier 2018 12 h 31

    Avec vous et Daniel Turp

    Je suis, comme vous, indigné par ce commerce des armes, que nos gouvernements approuvent avec une belle hypocrisie. Depuis de nombreuses années, le Canada fournit des armes à l'Arabie saoudite et au Moyen-Orient, ses meilleurs clients. Le dernier contrat de vente de véhicules militaires de 15 milliards $ au régime saoudien n'aurait jamais dû être approuvé : Daniel Turp a raison de le contester devant les tribunaux, la seule voie qu'il reste aux citoyens.

    À l'époque des nazis, les industriels américains faisaient de bonnes affaires avec Hitler. Plus récemment, ce sont eux qui fournissaient des armes chimiques à Saddam Hussein pour combattre l'Iran. Aujourd'hui, la France vend des avions de chasse à l'Arabie saoudite pour bombarder le Yémen. Ces marchands d'armes, que nos gouvernements approuvent, sont coupables de crimes de masse, il faut le dire tout haut.

  • Pierre Robineault - Abonné 13 janvier 2018 14 h 04

    Belle invitation !

    Belle invitation, madame, que j’accepte de tout cœur avec vous. Monsieur
    Turp le mérite amplement et ses étudiants tout autant. Et combien en faudrait-il comme lui pour empêcher ces dirigeants selfistes qui nous font toutes sortes de beaux acroires alors que derrière leurs portes closes on préfère primer l’économie aux dépends des droits les plus fondamentaux de la personne humaine.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 13 janvier 2018 15 h 04

    Hypocrisie

    Je déteste l'hypocrisie du gouvernement fédéral dans ce dossier de la vente d'armes à des pays terroristes.

  • Gaétan Dostie - Abonné 13 janvier 2018 16 h 09

    Nécessaire dignité

    Bien sûr, toute juste que soit cette cause, elle montre bien la pourriture, un Canada liberticide, mais elle est vouée et réductible à sa noblesse, sa nécessaire dignité.

    Puisse, cette leçon juridique donner du cran, le goût de s'affirmer à cette jeunesse.

    Gaëtan Dostie