Gratitude et abandon

Une nouvelle année commence. 3 janvier 2018 : le travail reprend. La Presse papier n’existe plus, remplacée par La Presse+. Bye bye 2017. On appelle cela le progrès. On appelle cela la vie. Météo record. Changements climatiques. 16 tweets de Donald Trump, dont celui sur son bouton nucléaire, plus gros et plus puissant que celui de la Corée du Nord. Le peuple iranien est dans la rue. Les défis sont plus grands et redoutables que jamais. Et nos responsables politiques, pas toujours à la hauteur.

À l’aube de cette année (il n’est pas encore 5 heures du matin), deux mots surgissent : gratitude et abandon. Gratitude : je suis vivant ; nous participons, une journée de plus, à cette aventure qu’est la vie, grande, belle, et tragique à la fois. Abandon : j’ai ma contribution à apporter, avec les forces et les limites qui sont les miennes, mon grain de sable dans un univers qui me dépassera toujours. Gratitude et abandon : ce sont les deux mots que je (me) propose pour 2018. Chaque matin.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Michel Lebel - Abonné 5 janvier 2018 09 h 07

    Beau texte

    Beau texte. Merci.

    M.L.