Justin le «preacher»

Dans son message annuel de Noël, le premier ministre Justin Trudeau invite les Canadiens à « tendre la main » à leurs voisins et à s’engager à « faire la différence ». Il les a aussi exhortés à prendre le temps de penser aux sacrifices consentis par les militaires « pour nous protéger ». Devant un tel épanchement d’appel à l’entraide, m’est apparue tout de suite l’image du prédicateur du haut de la chaire de l’église s’adressant à ses ouailles lors de la messe dominicale.

Pourtant, à l’occasion de ses « voeux » de Noël à ses concitoyens, n’est-ce pas plutôt le temps de leur rappeler son engagement à mettre tout en oeuvre pour améliorer la qualité de vie de la classe moyenne, un leitmotiv que M. Trudeau a martelé durant toute sa campagne à la chefferie du Parti libéral du Canada ? Une promesse qui, avouons-le, met encore beaucoup de temps à se manifester !

M. Trudeau, les Canadiens n’en ont rien à cirer de vos sermons de « preacher ». Ils s’attendent à ce que vous agissiez en véritable premier ministre pour qui les actes prédominent sur les « belles paroles » !

5 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 30 décembre 2017 05 h 46

    Pratiquez ce que vous prêchez, Monsieur Trudeau.

    Justin Trudeau doit pratiquer ce qu'il prêche! Il doit accompagner les belles paroles avec des actes concrètes.

  • Pierre Deschênes - Abonné 30 décembre 2017 09 h 14

    Une classe moyenne dont il n’a jamais fait partie et dont il ne connaît probablement l’existence que parce que ses conseillers politiques lui ont mis l’expression en bouche. Écoeurantite personnelle devant la manipulation éhontée à des fins politiques.

  • Cyril Dionne - Abonné 30 décembre 2017 16 h 20

    Son seul accomplissement n’a été que de naître

    Bon. Un multimillionnaire qui cogite illégalement avec les multimilliardaires subventionnés à la hauteur de centaines de millions par les contribuables, Aga Khan IV oblige, nous parle des bonnes actions citoyennes à faire. Quelle « différence » fait-il avec les gens de la classe moyenne et pauvre? Une personne qui est née avec une cuillère d’argent dans la bouche et qui n’a eu que le fardeau de naître vient nous faire la morale. C’est « ben » pour dire.

    Pour qui se prend-t-il lui qui n’a jamais rien accompli dans la vie que ce soit dans le domaine éducationnel ou bien professionnel? Excusez-nous, mais la politique n’est pas une carrière surtout à l’époque où l’image prime sur les compétences. Qu’il y ait eu deux personnes sur cinq qui l’ont appuyé durant les dernières élections tout en lui octroyant tous les pouvoirs exécutifs, législatifs et mêmes judiciaires, ne fait que renforcer le fait que nous vivons dans une monarchie constitutionnelle. Pourtant, notre petit prince avait promis une réforme électorale. Seulement au Canada, pitié SVP.

    Alors, cher petit « selfie », passez votre chemin. Nous avons déjà un « Justin Bieber » qui est très insignifiant au niveau de la solidarité humaine. Prêchez ailleurs; je n’ai pas voté pour vous.

    • Marc Therrien - Abonné 1 janvier 2018 13 h 12

      C'est une chance pour Justin que la noirceur du titre annonçant votre propos n'atteigne pas celle d'un Émile Cioran, par exemple, qui en le paraphrasant, aurait pu parler "de l'inconvénient qu'il soit né". Et en plus, il est né un 25 décembre qui est une date de naissance parmi les plus rares, ce qui fait donc de Justin une exception. De là à dire qu’il se prend pour un messie, il y a un pas que je n’ose pas encore franchir.

      Marc Therrien

  • Michel Lebel - Abonné 31 décembre 2017 08 h 20

    Pas un grand ''preacher''!


    Justin Trudeau: une personne ne peut donner plus que ce qu'elle a. Sans doute un gentil monsieur, mais avec une pensée légère ou ''légerte'', comme disent encore certains!!

    M.L.