Sculptures orphelines

Monsieur Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal

Nous avons sur le mont Royal un legs inestimable issu du Symposium international de sculpture de Montréal de 1964 (le tout premier en Amérique du Nord) : 11 sculptures monumentales, créées sur place lors de cet événement par des sculpteurs internationaux et canadiens renommés (il y en eut 12, mais celle de Robert Roussil fut détruite par la Ville, qui la jugeait « dangereuse »).

Or, faisant récemment visiter le site à une amie, j’ai de nouveau été heurtée par le fait qu’il n’y a aucune plaque permettant d’identifier ces oeuvres.

Je pense que vous serez d’accord avec moi que ça n’est pas digne d’un grand parc comme celui du Mont-Royal, encore moins d’une métropole comme Montréal.

C’est aussi un manque de respect envers des artistes (ou leur mémoire) aussi importants qu’Irving Burman (Canada), Augustin Cardenas (Cuba), Louis Chavignier (France), Eloul Kosso (Israël, et qui a vécu au Canada), Krishna-Reddy (Inde), Josef Phillhofer (Autriche), Robert Roussil (Canada) — une plaque et une photo devraient aussi marquer le site de sa sculpture rasée —, Carlo Sergio Signori (Italie), Yerassimos Sklavos (Grèce), Pierre Szekely (Hongrie), Armand Vaillancourt (Canada), Shirley Witebsky (États-Unis).

Puisque vous êtes maintenant responsable des grands parcs de Montréal, je tenais à attirer votre attention sur cette situation ; j’espère que vous serez en mesure de la faire corriger et ainsi donner à ce musée à ciel ouvert l’envergure qu’il mérite.

Cordialement,