Le scandale des investissements par étudiant

Il était scandaleux de lire dans Le Devoir de mercredi que le Québec arrive bon dernier au Canada pour les investissements par étudiant à tous les niveaux de scolarité. Ce manque d’investissement a les conséquences les plus graves. Le gouvernement du Québec, tous partis confondus, n’a pas le choix de faire de l’éducation la priorité absolue. L’avenir du Québec en dépend pour une raison toute simple.

D’abord, n’en déplaise à ceux qui croient que les ressources naturelles de notre immense territoire assurent notre avenir, ces ressources sont limitées. Ensuite, la logique est implacable : nous sommes à peine plus de 8 millions. Jamais, comprenez bien, jamais le Québec ne pourra se démarquer sur la scène mondiale grâce à sa main-d’oeuvre. Des pays de 300 millions d’habitants ou d’un milliard d’habitants auront toujours plus à offrir en matière de productivité de la main-d’oeuvre.

La seule chose qui puisse garantir la pertinence à long terme du Québec est d’investir dans ses cerveaux. Il ne s’agit pas d’un choix, mais du seul investissement qui garantisse une place pour le Québec dans le monde de demain.

Statistique Canada nous apprenait aussi mardi que notre corps enseignant est le moins bien payé au pays. C’est aussi scandaleux. Si la compétitivité de la province est réellement un enjeu pour votre gouvernement libéral et non une excuse pour vendre le Québec à quiconque passe par là, M. Couillard, prouvez-le en réinvestissant massivement en éducation, dès aujourd’hui et chaque semaine à venir. Notre avenir en dépend.