Le mystérieux courrier des lecteurs

Environ une à deux fois par mois, je soumets des lettres ouvertes qui paraissent parfois dans les espaces réservés aux lecteurs dans les médias écrits.

Récemment, alors que j’écoutais le 98,5, l’animateur Mathieu Beaumont a commenté le phénomène de ces tribunes en mentionnant, entre autres, M. Sylvio Le Blanc qui s’y exprime assidûment. Je me suis alors interrogée sur le geste que je pose lorsque je rédige des lettres d’opinion.

D’une part, comme je l’écrivais à M. Beaumont, il faudrait se demander pourquoi les rédactions des différents médias écrits tiennent à conserver ces courriers des lecteurs. D’autre part, en ce qui me concerne, je cherche tout simplement à donner mon avis sur l’actualité. Même si je ne possède pas autant de connaissances que les éditorialistes et chroniqueurs professionnels, qui s’expriment parfois sur plusieurs tribunes, je persiste à croire que mes commentaires peuvent tout de même être pertinents.

De plus, je tiens à préciser qu’il m’arrive aussi de lire les textes rédigés par d’autres monsieur et madame Tout-le-Monde. J’avoue que, souvent, leur point de vue me fait réfléchir, tout comme peut me faire réfléchir celui d’un membre en règle de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

En terminant, l’animateur de Cogeco semblait faire un lien entre le courrier des lecteurs et un individu qui, en France, assiste à divers événements, comme les funérailles de Johnny Hallyday, et cherche à se faire interviewer par des médias électroniques. À mon sens, cela ressemble un peu au personnage joué par Martin Drainville dans le film Louis 19, le roi des ondes. Je ne crois pas qu’il s’agisse du même phénomène que celui du courrier des lecteurs.

Vous qui me lisez, si vous êtes las de voir toujours les mêmes signatures au bas des lettres ouvertes, eh bien, vous n’avez qu’à prendre la plume, oups la souris, à votre tour.

Au plaisir de vous lire !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • Marguerite Paradis - Inscrite 12 décembre 2017 07 h 28

    EFFECTIVEMENT....

    ... monsieur Le Blanc semble avoir un « abonnement » VIP ;)

    M.P.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 12 décembre 2017 10 h 08

      Mme Paradis,

      «Le Devoir» a publié 24 de mes lettres depuis le début de la présente année. Deux par mois, ce n'est pas exceptionnel.

      De son côté, Henri Marineau, de Québec, a vu 35 de ses lettres publiées durant la même période.

      Je pense que «Le Devoir» a à coeur de publier les meilleures lettres, en considérant une foule de facteurs: l'actualité, etc.

      Le courrier des lecteurs existe depuis que les journaux existent. Si «Le Devoir» n’avait pas ses sections «Lettres», «Libre opinion et «Idées», je serais bien malheureux.

  • François Genest - Inscrit 12 décembre 2017 09 h 00

    Vous posez un geste essentiel

    Il y a une contradiction évidente entre le discours des relations publiques des médias et cette caricature du lecteur que fait M. Beaumont. Je m'explique. On nous répète ad nauseam : "Écrivez-nous" en nous donnant adresse courriel, page Facebook, Twitter et tutti quanti. Et quand on s'avise de le faire, on a l'impression de déranger.

    Continuez à vous exprimer. C'est un geste essentiel.

  • Michel Lebel - Abonné 12 décembre 2017 09 h 06

    Le mystère...


    Le courrier des lecteurs est un mystère. Comme tout mystère, il ne peut s'expliquer, il ne peut que s'approfondir!! Bref, il y a bien des raisons pourquoi des personnes sentent le besoin d'écrire, de donner leur opinion... Comme répondre à cette lettre!

    M.L.

  • Monique Boucher - Inscrite 12 décembre 2017 09 h 17

    Sylvio LeBlanc

    C'est que ce monsieur Sylvio LeBlanc n'existe probablement pas... sert-il de prête-nom à je ne sais trop quel journaliste, ou au journal lui-même? Il écrivait déjà assidûment quand j'étais adolescente, il y a 40 ans de cela! Pour mousser les réactions? Pour diriger les opinions? Je ne sais trop. Mais j'ai de gros doutes quant à son existence réelle!

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 12 décembre 2017 11 h 40

      Ne vous faites pas de mouron, Mme Monique Boucher, j'existe bel et bien. Les «courriéristes» doivent obligatoirement fournir au journal leurs coordonnées (je suis abonné au «Devoir» et le journal m'est livré à la maison).

      «Pour mousser les réactions? Pour diriger les opinions?» C'est insensé! Comme si les lecteurs du «Devoir» se laisseraient embarquer par un mousseur de réactions, un directeur d'opinions.

      Voici ce que m'a écrit Louis Cornellier, collaborateur émérite du «Devoir», le 4 décembre: «Je lis souvent vos lettres dans le courrier des lecteurs. Je salue votre engagement civique.» Ce compliment peut être fait à tous les «courriéristes» participant bénévolement au courrier des lecteurs du «Devoir».

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 13 décembre 2017 08 h 09

      Pour tout dire, Mme Monique Boucher, vous prêtez des intentions malveillantes à la rédaction du journal.

      La rédaction reçoit une quantité phénoménale de lettres dans une année ('La Presse' a reçu 27 000 lettres en 2008) et c'est elle qui choisit celles qui lui semblent les plus pertinentes.

      Si vous trouvez que mes lettres «moussent les réactions» ou «dirigent les opinions», que je sers de «prête-nom à je ne sais trop quel journaliste, ou au journal lui-même», vous faites en réalité porter le chapeau à la rédaction, car c'est elle qui est responsable de la ligne éditoriale.

      Cela fait 30 ans que je lis «Le Devoir» et il est clair pour moi que la rédaction ne veut qu'une chose: le bien commun. Je ne peux pas dire la même chose d'un certain autre quotidien.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 12 décembre 2017 12 h 49

    Curieux

    Il est curieux qu'on vise toujours les “courriéristes” dont les lettres sont publiées dans les journaux papier, mais jamais ceux qui écrivent des commentaires sur le web. En une année, certains de ces commentateurs ont pourtant l'équivalent de la Bible en textes publiés.

    Il y a de bons commentaires sur le web, mais ils sont malheureusement noyés dans une masse de commentaires informes. C'est décourageant de devoir se taper autant de plats commentaires pour en lire quelques-uns de bons!

    • Jules Benoit - Abonné 12 décembre 2017 15 h 49

      Monsieur Le Blanc, la balance est démocratique. À tous les matins avec mon portable je lis deux journaux, le Devoir et le JdeM (section chroniqueurs principalement). Pour ma part j'adore le fait que les québécois(es) s'impliquent en grand nombre dans les sujets d'actualité. Je ne commente pas trop souvent mais j'aime bien tenter de corriger le tir à l'occasion sur des faits concernant le nationalisme socio-économique du Québec, comme bien des gens également. Je pense que ça ré-équilibre et contribue à hausser le débat. Mais que voulez vous... souvent faut que je fasse vite, je dois partir travailler.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 12 décembre 2017 23 h 27

      Pour revenir aux commentaires sur le web, je pense en particulier à un commentateur sympathisant de Québec solidaire, dont je veux taire le nom pour avoir plus de chances auprès des modérateurs. En 2017, il doit bien avoir écrit une somme équivalant à l'Ancien et au Nouveau Testaments.

      Mme Marguerite Paradis, ce monsieur vous fera-t-il voter autrement en 2018?