Le français de nos jeunes entrepreneurs

Chaque génération, peu importe le nom qu’on lui donne, se démarque de la précédente de différentes façons. Les jeunes d’aujourd’hui, baignés dans la technologie dès leur jeune âge ont développé une vision entrepreneuriale qui, appuyée d’une connaissance très pointue des réseaux sociaux, les amène très tôt dans leur parcours professionnel à « faire des affaires » partout sur la planète et cela sans complexe.

Ainsi, nous avons pu voir, lors de la plus récente émission de Tout le monde en parle, trois jeunes qui ont lancé des entreprises sur Internet et qui connaissent beaucoup de succès. Incroyable ce que nos jeunes peuvent être créatifs ! Ces jeunes influenceurs sont très impressionnants, beaucoup plus que notre génération à leur âge.

Cependant, ils semblent très vulnérables à l’intrusion de l’anglais dans leur vocabulaire. Ainsi, on a entendu en quelques minutes : j’ai été « turn off », il est « relevant », accumuler des « like », « poster » et un « post », ils « markettent » de cette façon, des aussi « nice » et j’en passe…

Nous leur léguons cet héritage qu’est la langue française et nous espérons qu’ils sauront la conserver tout en continuant de développer des compétences linguistiques dans plusieurs langues, notamment en anglais. Ce contact continu avec d’autres langues exige cependant une vigilance et une volonté de bien parler sa langue maternelle.

La langue et la culture sont l’héritage passé d’une génération à l’autre depuis notre arrivée sur ce continent et il faut continuer à le léguer à la prochaine génération tout en essayant de le bonifier.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 29 novembre 2017 09 h 59

    Et dans les téléromans québécois...

    Je ne comprends pas pourquoi mettre des phrases complètes en anglais dans les téléromans avec traductions écrites en français. Je doute que les anglophones intègrent des francos qui parlent français dans leurs émissions. Nos auteurs francophones doivent considérer qu'ajouter l'anglais à leurs textes est un signe d'ouverture au monde.

    Chose que l'on voit dans District 31, L'heure bleue, O' et sûrement dans quelques autres. Je ne les regarde pas tous.