La poutre de la gouverneure générale

Il semblerait que la gouverneure générale du Canada, Mme Julie Payette, ne comprenne pas qu’au XXIe siècle la religion occupe plus d’espace que la science dans le monde contemporain. Permettez-moi de remettre la poutre dans l’oeil de Son Excellence.

S’il existe une anomalie dans ce bas monde, c’est bien le caractère éminemment colonial du Canada. Du pouvoir héréditaire au tricorne et autres perruques, en passant par le God Save the Queen et l’espace folklorique accordé au français, tous les signes du pouvoir sont bassement coloniaux. Par conséquent, Madame la Gouverneure générale se trouve ministre d’un archaïque culte païen.

Ainsi, Mme Payette est la représentante d’un monarque d’un autre pays, dont la devise — inscrite en français — est « Dieu est mon droit ». Qui plus est, la devise de l’ordre dont fait partie Élisabeth II est « Honni soit qui mal y pense ». Mme Payette devrait s’en inspirer avant de déclamer des âneries.

4 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 15 novembre 2017 07 h 14

    Prudence requise!


    J'ai pris connaissance des propos récents de la gouverneure générale du Canada sur l'origine de la vie, de la science, et des croyances religieuses. Disons que le sujet est toujours fort débattu, notamment par les scientifiques. Les plus grands scientifiques ( qui restent humbles) concluent plutôt qu'ils sont devant un mystère ( celui de l'origine de la vie). Je conseillerais donc à Mme Payette d'y aller mollo sur le sujet. À mois qu'elle aime le débat et la polémique. Je me demande d'ailleurs toujours ce qu'elle fait dans cette galère officielle de potiche.


    M.L.

  • Claude Coulombe - Abonné 15 novembre 2017 16 h 48

    La science libère et sauve des vies...

    La science n'est pas une question d'opinion ou de croyance, elle se base sur des faits. C'est ce qui fait sa force... La force de la vérité vérifiée et non pas révélée.

    D'ailleurs, tous les détracteurs de la science me font bien sourire quand ils acceptent les bienfaits de la science pour sauver leur vie plutôt que de s'en remettre aux prières...

    Cela dit, j’espère que personne ici ne veut retourner dans le passé, avant les progrès de l’hygiène et de la vaccination, où des millions de personnes mourraient de la peste et autres maladies contagieuses. La mortalité infantile était effroyable! Au 18e siècle un enfant sur quatre mourrait avant l’âge d’un an. L'espérance de vie à la naissance est passé de 25 ans vers 1740 à 72 ans en 2013.

    Accrochez-vous bien, il reste de moins en moins de mystères qui échappent à la science. C'est comme les miracles qui se font de plus en plus rares. L'origine de la vie est l'un des derniers mystères non complètement résolus... Mais la science progresse. N'oublions pas que la méthode scientifique n'a qu'un peu plus de 400 ans, justement à l'époque de Galilée que l'église catholique a bien essayé de museler.

    Le cancer bat de plus en plus en retraite devant les avancées de l'immunothérapie qui, soit dit en passant, relève de la même science que les vaccins tant décriés par certains. Même l'intelligence devient artificielle... en espérant qu'elle nous libérera de la bêtise si humaine.

    Scientifiquement vôtre!

  • Réal Boivin - Inscrit 16 novembre 2017 14 h 56

    La scientifique Julie Payette

    Mme Payette sait très bien ce que représente le titre de gouverneure générale. Elle peut s'exprimer en plusieurs langues et a une très grande culture. Et contrairement à vous, lorsqu'elle parle, c'est quelle a quelque chose d'intelligent à dire.

  • Yvon Bureau - Abonné 17 novembre 2017 16 h 08

    Sage de reconnaître

    que toute religion est une invention des humains.

    C'est dans l'humilité et l'émerveillement que nous continuons à vivre et à nous reproduire.

    Ainsi va la Vie! Ainsi nous vivons, mourons et disparaissons ... En nous disant Ànéant !