Catalogne courageuse, Espagne indigne

Depuis des mois, le gouvernement espagnol tentait par tous les moyens d’empêcher la tenue d’un référendum sur l’indépendance en Catalogne. Les arguments et les décisions de Madrid dénonçant l’illégalité de cette consultation ont constamment ignoré, et ce, de façon cavalière, le droit fondamental des peuples à l’autodétermination. Répéter à satiété que la Constitution espagnole ne permet pas la sécession est un peu court, quand on sait que tout État défend toujours l’intégrité absolue de l’ensemble de son territoire, peu importe les circonstances. Une fin de non-recevoir brutale et simpliste ne peut tenir la route lorsqu’un peuple à part entière, avec sa langue, sa culture et ses traditions propres, revendique haut et fort le droit de se prononcer sur son indépendance. Ce peuple doit être entendu et doit être autorisé à sonder les citoyens vivant à l’intérieur de ses propres frontières. Il faut reconnaître que le Canada et le Royaume-Uni ont accepté cela, en ce qui a trait au Québec et à l’Écosse respectivement, et que, dans ces deux cas, même s’il y a eu certains ratés, un processus démocratique de consultation a pu être mis en place.

En choisissant plutôt d’utiliser une force policière démesurée, et parfois brutale, afin d’empêcher physiquement les citoyens de la Catalogne de s’exprimer pacifiquement, l’Espagne vient de démontrer de façon honteuse et outrageante à la face du monde qu’elle n’adhère pas aux principes démocratiques les plus fondamentaux. Le 1er octobre 2017 demeurera dans l’histoire du monde un jour infâme qui aura déshonoré l’Espagne.

La Catalogne, à l’opposé, mérite le respect et l’admiration pour sa démarche courageuse et parfaitement légitime.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 4 octobre 2017 00 h 19

    Une force policière parfois brutale?

    Plus de 800 élcteurs blessés; on peut dire que la plice espagnole a été très brutale, pas parfois.

  • Colette Pagé - Inscrite 4 octobre 2017 09 h 32

    Une force policière au service du pouvoir !

    Dans les pays démocratiques, la force policière a comme rôle de protéger les citoyens et de poursuivre les criminels pas comme en Espagne d'empêcher les gens de voter, de les matraquer, de saisir les boîtes de scrutin et d'user d'abus de pouvoir contre les jeunes et les personnes âgées pacifiques.

    C'est là un détournement de démocratie et le comportement d'un Gouvernement totalitaire qui à ce jour à toujours refuser de négocier avec le Gouvernement catalan pourtant la vache à lait de l'Espagne.