48 heures plus tard…

Il aura fallu 48 heures au président des États-Unis d’Amérique, Donald J. Trump, pour réagir aux événements tragiques qui se sont produits dans la petite municipalité de Charlottesville, en Virginie. De la part d’un président qui n’hésite pas « à peser sur la gâchette » sur Twitter depuis le début de son mandat, il y a de quoi s’inquiéter sur les véritables sentiments qui l’animaient lors d’une brève allocution depuis la Maison-Blanche.

« Le racisme, c’est le mal… Ceux qui ont recours à la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, les néonazis et les suprémacistes blancs […] qui sont à l’opposé de tout ce qui nous est cher en tant qu’Américains. » Des propos qui tranchaient nettement avec ses premières déclarations lorsqu’il avait refusé de condamner les groupuscules dont est issu le militant néofasciste qui a projeté sa voiture contre des manifestants antiracistes en Virginie.

Dans les faits, est-il utile de rappeler qu’une partie de la droite alternative, ou « Alt Right », a soutenu Donald Trump dans sa course à la Maison-Blanche et que celui-ci a plusieurs fois refusé de prendre clairement ses distances d’avec certains de ses groupes ou de ses leaders ? À mon avis, la lenteur excessive qu’a mise Donald Trump pour réagir aux manifestations barbares de Charlottesville dénote une attitude contradictoire entre ses « belles paroles » et son penchant viscéral pour toute revendication de suprématie blanche aux États-Unis.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 16 août 2017 00 h 20

    La complaisance envers le KKK

    Qu'est-ce qu'on attend pour mettre le KKK sur la liste des organisations terroristes et, conséquemment saisir ses avoirs et, à partir des listes de membres, emprisonner en priorité les juges et les avocats qui en font partie ?

  • Yves Côté - Abonné 16 août 2017 03 h 45

    Et 24 heures de plus pour...

    "Il aura fallu 48 heures au président des États-Unis d’Amérique, Donald J. Trump, pour réagir aux événements tragiques qui se sont produits dans la petite municipalité de Charlottesville, en Virginie."..
    Et 24 heures de plus pour faire encore pire comme déclaration.
    Ce que vous apprendrez donc ce matin dès votre réveil, amis lecteurs...

    • Michel Bouchard - Abonné 16 août 2017 08 h 14

      Le président Trump était en vacances, ses conseillers aussi alors Trump n'a pas pu demander conseil. Trump n'est rien qu'une marionnette, c'est ses conseillers( ou membres de sa famille ) qui lui dictent quoi faire et dire.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 16 août 2017 10 h 50

      Il semble que les marionnettes ont la cote en Amérique du Nord.

      Trump a dit :"tout ce qui nous est cher en tant qu'Américains." J'imagine qu'il
      pensait aux Noirs et aux Mexicains.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 16 août 2017 10 h 53

      Y-a-t-il des marionnettes en Amérique du Nord ?

    • Yves Côté - Abonné 16 août 2017 13 h 18

      Monsieur Bouchard, j'aimerais bien pouvoir vous croire.
      Mais malheureusement, je pense que si Monsieur Trompe est incapable de vraiment réfléchir, il est tout à fait capable de décider de la marche boiteuse de son pays...
      Mais, bon, j'apprécie et vous remercie quand même du ton humoristique que vous emprunter.

      Salutations républicaines, Monsieur.

    • Michel Bouchard - Abonné 16 août 2017 14 h 59

      @ Yves Côté,

      trouvé sur Internet :
      Au sens Figuré , le mot marionnette:
      Personne que l'on manoeuvre facilement.
      Exemple : Une marionnette politique est une personne faible et pusillanime( qui manque de courage).

      Trompe( sic) est manipulé et faible ! Il n'y rien dit encore sur les Haïtiens d'origine qui traversent si facilement notre frontière. Il se dit que maintenant c'est le Canada qui doit se charger de les accueillir.

  • Michel Lebel - Abonné 16 août 2017 11 h 42

    Toujours égal à lui-même!


    Quiconque a suivi quelque peu la campagne pour la présidence des États-Unis ne peut être surpris des propos de Trump. Il est toujours égal à ce qu'il était et disait alors. Pas de surprise donc! ''More to come'' (davantage à venir)!


    M.L.