Des chiffres inquiétants

Selon le recensement 2016 de Statistique Canada, le pourcentage de la population de langue maternelle anglaise au Québec a augmenté de 9 à 9,6 % (+0,6), alors que celui de la population de langue maternelle française a reculé de 79,7 à 78,4 % (–1,3). Le Québec français perd ainsi sur les deux tableaux. Voilà qui est inquiétant pour l’avenir.

Les locuteurs de langue maternelle anglaise sont moins de 10 % au Québec, pourtant, 67 % des documents audiovisuels classés depuis un an par la Régie du cinéma du Québec sont en anglais et seulement 10 % sont en français. À Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 29 % des documents sont en anglais et 71 %, en français.

Qui a affirmé déjà que nous traitions mal notre minorité anglophone ? Si la minorité francophone hors Québec était aussi bien traitée, elle n’aurait pas diminué de 4 % en 2011 à 3,8 % en 2016.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 4 août 2017 08 h 13

    Mais quoi faire?

    C'est bien donner des chiffres, mais que fait-on?
    1er choix: ça nous est égal, on se débrouille en anglais, on passera à l'anglais comme toute l'Amérique le moment venu.
    2ième choix: on est déterminé à ce que le français soit la langue commune de la vie quotidienne, y compris au travail, au Québec. Alors on prend des mesures drastiques, comme (entre autres) limiter le financement des universités anglophones en proportion du pourcentage de personnes de langue maternelle anglaise. Et si la Cour Suprème dit non ou si le gouvernement du Canada applique des sanctions, on déclare l'indépendance.
    3ième choix: comme la CAQ et le PLQ on déplore avec + ou - de sincérité et on ne fait rien!

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 5 août 2017 07 h 21

      Va pour le 2e choix, M. Terreault, mais trop de Québécois sont des poules mouillées et cela se répercute chez nos politiciens, même au PQ. Pour ce qui est de déclarer unilatéralement l'indépendance, sans avoir une majorité de Québécois derrière, ce n'est pas une bonne idée. Les pays étrangers ne nous soutiendront pas. Quant au référendum, il faut être sûr de le gagner. Un 3e référendum se tiendra quand nous aurons une raisonnable chance de l'emporter. D'ici là, il faut renforcer nos positions (et le français est la plus importante des positions).

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 4 août 2017 22 h 53

    Au 2 août 2017 :

    Total des documents classés par la Régie du cinéma du 2 août 2016 au 2 août 2017: 2878, dont 1916 en anglais et 300 en français.

    Total des documents détenus par la BAnQ: 975 951, dont 691 112 en français et 284 180 en anglais.