Anticosti… les faits

Dans l’édition du Devoir publiée le 29 juillet dernier, Brian Myles mentionne, à juste titre, que les malheureux contrats signés par le gouvernement Marois ont coûté très cher aux Québécois afin que l’État québécois puisse devenir un partenaire important des compagnies qui convoitaient le sous-sol d’Anticosti. La facture est salée ! Selon ses dires, ce n’est pas trop cher payé pour mettre fin à ces contrats octroyés aux compagnies pétrolières. Et il a parfaitement raison.

Par contre, il faudrait se rappeler que ces droits d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures ont été cédés aux compagnies pétrolières, à des coûts dérisoires, sous la gouvernance de l’équipe libérale, et ce, bien avant que le gouvernement Marois devienne partenaire avec les entreprises qui exploraient le potentiel pétrolier à Anticosti. Rappelons-nous que ces droits appartenaient bel et bien à l’État québécois. Il est là, le vrai scandale. Malheureusement, cette réalité est trop peu soulignée lorsque vient le temps de parler des mésaventures sur l’île d’Anticosti.

15 commentaires
  • Gilles Racette - Inscrit 3 août 2017 06 h 13

    Vous avez tout a fait raison

    et on semble depuis longtemps vouloir oublier ce qui n'est pas un détail dans tout cette saga qui va encore une fois drainer une partie de nos finances.

  • Christian Montmarquette - Abonné 3 août 2017 07 h 38

    PQ et PLQ main dans la main comme des frères jumeaux

    C'est bien là qu'on le voit.

    Le Parti libéral ouvre la porte de l'exploitation du pétrole à Anticost et le PQ entre.

    Le PQ ouvre la porte aux privatisations du système de santé et les libéraux entrent.

    Le PQ ouvre la porte au déficit zéro et aux politiques d'austérité et le Parti libéral entre.

    Le Parti libéral ouvre la porte aux coupures et aux boubous-macoute à l'aide sociale et le PQ entre..

    Etc.. etc.. etc..

    Ici comme ailleurs.. PQ ou PLQ = Même combat..

    Christian Montmarquette

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 août 2017 08 h 56

      Vos jumeaux sont-ils monozygotes ou dizigotes ?
      Ou encore les pommes sont-elles des oranges ?

    • Jean-Marc Simard - Abonné 3 août 2017 10 h 17

      Plutôt que de critiquer sans cesse le PQ et le placer sur la même ligne que le PLQ, vous devriez promouvoir le programme de votre parti ...Ça nous sortirait un peu de votre négativité viscérale envers tout ce qui n'est pas QS...Que ça vous ferait du bien et aussi à nous...

    • Christian Montmarquette - Abonné 3 août 2017 11 h 54

      À Jean-Marc Simard,

      Tout le programme de QS est facilement accessible sur le site de Québec Solidaire.

      Et non, ce n'est pas de la "négativité viscérale", mais un analyse rationnelle, de rappeler que rien ne changera au Québec en remplaçant éternellement les libéraux rouges du Parti libéral par les libéraux bleus du Parti québécois, ou même par les libéraux de la CAQ.

      Il est plus que temps que les gens se réveillent et comprennent que ce ne sont pas les libéraux le problème, mais le libéralisme endossé par tous les autres partis de l'Assemblée nationale sauf Québec Solidaire.

      Christian Montmarquette

    • Claude Bariteau - Abonné 3 août 2017 15 h 21

      Avec QS, qu'est-ce qui se met en place si ça se veut autre chose que le libéralisme ? Une version plus radicale de la sociale-démocratie développée dans les pays nordiques qui ont domestiqué l'ordre capitaliste ?

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 août 2017 15 h 28

      À coup sur, à force de déblatérer sur tous les partis, QS formera le nouveau gouvernement majoritaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 août 2017 04 h 06

      À Claude Bariteau,

      "Avec QS, qu'est-ce qui se met en place si ça se veut autre chose que le libéralisme?" - Claude Bariteau

      Un système au service des êtres humains au lieu du contraire.

      Voilà le principe de base qui nous habite.

      Même si ça semble un mystère pour plusieurs.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 août 2017 08 h 58

      À Hermel Cyr,

      "Vous en êtes surement à votre neuf-millième fois. Un autre petit mille et votre mantra atteindra le statut de Vérité."-Hermel Cyr

      Ce n'est pas "un mantra", c'est une lutte politique. Notamment contre les politiques de droite et l'hypocrisie partidaire.

      Et il semble que ça marche, parce que Québec Solidaire, lui-même traité 10,000 fois de: groupuscule, d'irréaliste, d'allié des libéraux et de radicaux par les péquistes, est désormais au coude-à-coude avec le PQ, soit, à 21% dans la région de Montréal et à 19% au Québec au grand complet.

      En politique comme en éducation et en information, il ne suffit pas de dire les choses, il faut les répéter pour qu'elles soient comprises et que les mentalités changent.

      Que les péquistes cessent donc de blâmer les autres pour leurs décisions erratiques. Ce n'est quand même pas Québec Solidaire qui a signé le contrat avec Pétrolia à Anticosti pour exploiter le gaz de schiste (une aberration) alors que les études démontraient déjà que ce n'était pas rentable.

      Christian Montmarquette

      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 août 2017 11 h 53

      À Jean-Pierre Grisé,

      "À force de déblatérer sur tous les partis, QS formera le nouveau gouvernement majoritaire..." - Jean-Pierre Grisé

      Déblatérer : Du latin : deblaterare «dire à tort et à travers».

      Or, il existe un sacrée différence entre une critique étayée par l'histoire et les faits et la déblatération.

      Et tant qu'à y être, M. Grisé..

      - Parlez-nous donc un peu des déblatérations des péquistes à l'égard de Québec Solidaire depuis sa fondation: communistes, extrémistes, politiburo, islamistes, anarchistes, alliés des libéraux financés par Couillard et j'en passe des vertes et des pas mûres.

      Christian Montmarquette

  • Denis Paquette - Abonné 3 août 2017 10 h 31

    pourquoi serions- nous une espèce différente

    que ce soit un parti ou un autre qu'est ce que ca change, ce sont les mêmes humains cherchants la faille, une faille de plusieurs millions, pas si mal pour des esclaves qui attendent que l'on leur accorde leur autonomie, hé, oui , pourquoi serions-nous une espèce différente

  • Marc Durand - Abonné 3 août 2017 10 h 57

    J'ai écrit il y a deux jours un texte qui démontre que les faits gardés dans l'ombre sont surtout les données économiques objectives. En 48 heures le document a reçu plus de 1400 consultations et ça continue de grimper ce matin. Je constate que beaucoup de personnes ont soif de connaitre et de comprendre ce qu'on pu donner les derniers travaux d'exploration à Anticosti. Si c’est votre cas, je vous invite à le lire*. Après tout c'est à 57% notre argent public (Investissement Québec) qui a payé ces travaux de 2014 à 2017. Le gouvernement n'en a pas fait état, Pétrolia encore moins, le tableau ne leur est pas du tout favorable.

    Cette analyse démontre hors de tout doute que toute poursuite d'exploration/exploitation à Anticosti n'aura jamais de possibilité de rentabilité, même sans tenir compte de couts environnementaux, même avec des redevances qui hypothétiquement seraient fixées à zéro.

    Marc Durand, doct-ing en géologie appliquée et géotechnique
    * Comme LeDevoir a refusé une première version de ce commentaire car il contenait un lien WEB, vous aurez donc à le trouver vous-même par une petite recherche ("rochemere" et "bullet du mois"). C'est de l'information de grand intérêt publique.

  • Claude Bernard - Abonné 3 août 2017 11 h 20

    Marois a cru bien faire

    On lui a fait miroiter que de milliards étaient cachés sous le lit du fleuve et que fallait aller voir si c'était vrai.
    Et si ce l'était, qu'alors le Pactole coulerait entre les berges du St-Laurent.
    Encore mieux, au coût de 115 millions, le Québec pouvait participer aux profits potentiels de milliards de $ pour faire l'indépendance.
    Autrement dit échanger notre patrimoine écologique pour un plat de lentilles empoisonnées.
    À l'époque tous ont applaudi, même Alain Dubuc de La Presse.
    On a appris par après que seul le Québec ne pouvait se retirer du consortium!
    L'écologie, il y a à peine 3 ans, n'avait pas la même importance.
    Maintenant que l'on sait mieux les dangers, tous félicitent Couillard d'arrêter le massacre.
    On aimerait que cela ne coûte rien, mais il y a des contrats signés dont il faut négocier la rupture.
    Un autre "détail" à garder en mémoire.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 août 2017 15 h 19

      A quand une statue a Saint Philippe le Sauveur ?