«Nous»: cinquante ans plus tard

L’éditorial de Robert Dutrisac du 24 juillet, intitulé « Le Québec libre », s’inscrit dans la liste des meilleurs classiques du genre : il éclaire non seulement le passé et le présent, mais aussi l’avenir.

Les faits historiques, les événements politiques au Québec précédant et dans la foulée de l’année d’Expo 67 eurent une audience internationale en grande partie grâce au général de Gaulle et à sa remontée du fleuve Saint-Laurent via le Chemin du Roy, laquelle culmina dans l’appel à un « Québec libre ! » — sorte d’apothéose au balcon de l’hôtel de ville de Montréal ce soir-là.

Est-il concevable, sinon possible cinquante ans plus tard, de nous regarder collectivement tels et telles que sommes, sommes devenus et serons potentiellement — tous membres égaux, différenciés et différents d’une nation québécoise ? Cela, malgré les incantations de Trudeau père, lors du rapatriement depuis Londres de la Constitution canadienne en 1982, grâce auxquelles on tenta de contraindre le Québec — mais sans succès — à se fondre dans la nation canadienne-anglaise ?

À voir en vidéo