Montréal en formule UN

Le maire Coderre et son équipe de leurrons se réjouiront sous peu des exploits de la Formule 1 électrique dans les rues de Montréal après un investissement non durable de plusieurs dizaines de millions de dollars. Je souffre des centaines de chantiers abandonnés par les employés de la voirie réquisitionnés pour cet événement qui, selon nos élus, mettra Montréal sur la carte internationale. Combien de blocs de béton à l’effigie de la Ville auront été coulés à cet effet ? Et combien de rues fermeront-ils après leur passage sur les télés du monde entier ? Tant d’efforts et de soucis pour les résidents et les commerçants de l’arrondissement Ville-Marie, alors que le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame aurait pu combler tous les besoins des organisateurs.

Vite ! Journalistes et citoyens, dénonçons cet affront au bien de la communauté.

Mais tout est pour le mieux dans notre monde municipal, comme le clamait notre Devoir de ce matin : Oh ! Prestige… un des représentants de cette élite du 375e anniversaire, M. le juste pour rire, Gilbert Rozon, signe une entente commerciale avec un partenaire australien au bénéfice et à la gloire de notre cité. Foutaise que tout ce cirque que je voudrais voir dénoncé par les journalistes de notre ami de papier.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Gaetane Derome - Abonnée 22 juillet 2017 02 h 35

    Encore des millions.

    Des millions dépensés pour le 375ème de Montréal et encore de l'argent pour cet évènement qui comme vous dites aurait pu être fait ailleurs.Le maire a des idées de grandeur..Et pendant ce temps,on voit des itinérants au centre-ville et encore plus de pauvres a Montréal.N'est-ce pas un peu gênant?

  • Pierre Raymond - Abonné 22 juillet 2017 11 h 02

    Découragé !

    Montréalais de naissance, je n'en peu plus de MA ville et de cette manie de vouloir tout fêter tout le temps au point d'essayer de noyer les milliers de cones oranges, la pauvreté et l'itinérance dans des festivités perpétuelles.

    Le texte qu'il faudrait pour décrire l'état de la ville de Montréal serait trop long pour cette page et ironiquement, je me contenterai de résumer ma pensée par la question à deux volets suivante :

    M. Coderre, qu'a-t-on l'intention de faire avec le boulevard Pie-IX et quelle est la date de livraison ?