Un acte discriminatoire

Les catholiques, les protestants, les juifs, pour ne nommer que ceux-ci, ont leur propre cimetière au Québec. Pourquoi les musulmans ne pourraient-ils pas avoir le leur ? Je ne vois aucune raison, sinon le contexte mondial actuel défavorable à tout ce qui peut se rapprocher de l’islam.

Le projet de cimetière musulman aurait dû être pris en charge par les autorités provinciales compétentes et non laissé entre les mains du seul Conseil municipal de Saint-Apollinaire ; cela me semble d’une évidence criante. La question dépasse grandement le cadre d’une petite municipalité et d’un référendum impliquant une quarantaine de personnes ! À nos hommes et femmes politiques de réparer diligemment le dégât et de contrer un acte discriminatoire.

23 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 juillet 2017 05 h 56

    ... ou-bien ?!?

    « La question dépasse grandement le cadre d’une petite municipalité et d’un référendum » (Michel Lebel, Entrelacs)

    Possible, mais elle dépasse tout le monde, même nos chers « politiciens », réunis, ou selon, en conseil de ministres ou en partis d’opposition !

    Perçue ou pas comme un acte discriminatoire, la décision des apollinairois relève de la démocratie, une démocratie libre et volontaire !

    Compte tenu de ce qui précède, douceur double :

    A Ou-bien, on se calme ;

    B Ou-bien, on exige de Québec une Commission parlementaire sur les rapports entre l’islam et valeurs québécoises !

    Entre-temps, ou-bien …

    ... ou-bien ?!? - 18 juillet 2017 -

    • Michel Lebel - Abonné 18 juillet 2017 08 h 37


      La démocratie, poussée à l'extrême, peut produire des stupidités, pour ne pas employer un autre mot. C'est ce qui est arrivé à Saint-Apollinaire. Aux politiciens provinciaux de mettre leur culotte!


      Michel Lebel

    • Jean-François Trottier - Abonné 18 juillet 2017 08 h 52

      Ni l'un, ni l'autre, M. Blais. Cette décision, quoique déplorable, reste démocratique même si l'on sait maintenant que La Meute (groupe anti-islamiste politique dont on sait peu de choses encore) a travaillé activement dans le comité du non.

      Si Québec agit d'office, il ira en contradiction avec ses propres nouvelles lois sur les municipalités, qui mènent à en faire des gouvernements de proximité.

      Et puis, sans rire, pouvez-vous imaginer Couillard devenir le moindrement capable de prendre une seule décision sur les communautés religieuses ou culturelles, surtout à un an des élections ? Il tire une bonne partie de ses votes du sentiment d'impuissance chez les minorités, le flou est son unique programme!

      Il faut se exiger non pas une Commission, prélude au tablettage, mais un forum avec représentants de chaque groupe qui y vient pour exposer sa situation beaucoup plus qu'exiger des réponses immédiates. La plus urgente décision à prendre est de s'écouter les uns les autres. puisque le premier problème en est un d'ignorance, puis d'attitude.

      Au gens de parler, aux politiciens d'agir, séparons les deux nettement pour qu'enfin la parole regagne ses droits.

      Les "solutions" vite fait pensées sur un coin de table, je laisse ça aux Radios X et autres QS de ce monde. Il faut quelque chose de beaucoup plus profond, de plus humain aussi.

    • Léonel Plasse - Abonné 18 juillet 2017 12 h 31

      N'y-a-t-il pas des terrains appropriés à Entrelacs, pourquoi ne partez-vous pas un mouvement pour un tel cimetière chez vous?

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 juillet 2017 13 h 04

      « Il faut se exiger non pas une Commission, prélude au tablettage, mais un forum avec représentants de chaque groupe qui y vient pour exposer sa situation » (Jean-François Trottier)

      Oui, mais, de l’idée du forum tenant possiblement la route, la mise en forme d’une consultation populaire réservée peut entraîner déchirure de société et grincements de dents, alors qu’une Commission parlementaire risque de valoriser des procédures politiques de qualité !

      Forum ou Commission, l’important est comme de s’assurer que, de stupidité ou selon, la démocratie « fonctionne » !

      Bref ! - 18 juillet 2017 -

  • Richard Olivier - Inscrit 18 juillet 2017 07 h 44

    Allumes....

    Pourquoi les musulmans ne pourraient-ils pas avoir le leur ?

    OUI peut être mais pas à Saint-Apollinaire..

    Peut être à côté de chez vous......dans ta cour.....dans un parc à côté de chez vous...

  • Pierre Schneider - Abonné 18 juillet 2017 07 h 47

    Non à la discrimination

    Vous avez raison.

    Je suggère un cimetière musulman à Entrelacs. Là où il fait bon vivre !

    • Pierre Robineault - Abonné 18 juillet 2017 12 h 04

      Tiens, tiens! Quelle bonne idée!
      Il s'agit d'aileurs là d'un très bon endroit pour s'entrelacer!

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 juillet 2017 13 h 22


      « Je suggère un cimetière musulman à Entrelacs. Là où il fait bon vivre ! » (Pierre Schneider)

      De cette suggestion, cette douceur :

      Si jamais il manque d’espaces, est-il de sagesse d’inviter les entrelacois, le désirant, de visiter le Cimetière musulman de Laval (Montée Masson, A), un lieu où, aussi, il fait bon d’y …

      … vivre en paix ? - 18 juillet 2017 -

      A : http://www.journaldemontreal.com/2015/04/25/un-cim .

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 18 juillet 2017 08 h 07

    Intégration et enracinement

    Dans l'article du Devoir d'aujourd'hui : Le chemin vers le repos éternel, Marie-Lise Rousseau fait la distinction entre Cimetière musulman et Carré musulman de cimetière, ces derniers partagés avec d'autres dénominations religieuses.

    L'auteur cite un porte parole musulman qui dit : «Je donne mon corps à la terre du Québec pour que mes enfants s’y enracinent et s’y intègrent.»

    Si de plus en plus de musulmans souhaitent enterrer leurs morts en terre québécoise plutôt qu'en leur terre d'origine, pourquoi ne pas opter pour le faire dans un carré de cimetière qui irait dans le sens de cet enracinement/intégration?

    • Michel Lebel - Abonné 18 juillet 2017 09 h 08


      Personnellement je trouve l'idée de cimetières multiconfessionnels fort intéressante. Je crois que c'est ce qui se fait en France. Mais enfin je comprends aussi fort bien que les croyants d'une confession veulent leur propre cimetière. En ce domaine, la délicatesse est de mise. Avec le temps, les mentalités pourront évoluer. Mais il ne faut pas bousculer les personnes.


      M.L.

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 18 juillet 2017 11 h 01

      @michellebel

      En quoi le carré musulman dans un cimetière multiconfessionnel bouscule-t-il les personnes?

    • Michel Lebel - Abonné 18 juillet 2017 15 h 33

      @ Jean-Pierre Marcoux,

      Pour la même raison que bien des catholiques, des protestants et des juifs, entre autres, tiennent à avoir leur propre cimetière! C'est ainsi; ils préfèrent cela à un carré de terrain.

      M.L.

  • Michel Blondin - Abonné 18 juillet 2017 08 h 59

    Lâcheté libérale et cimetière séparatiste

    Le mot est lâché. Lâcheté libérale. Jamais parti n’aura été si en mal de se faufiler de son devoir de décision sur des enjeux éthiques, moraux et religieux réunis.

    On ne peut passer à côté de l’imputabilité sur l’absence de geste responsable. Depuis la commission Bouchard Taylor, l’incapacité de trancher de ce gouvernement démontre que son point de vue porte à faux et contrarie tout le monde sauf quelques minorités.

    Couillard préfère user de l’électoralisme qui produit une ambiguïté légendaire plutôt que les principes qui ont le mérite de clarifier le débat. Ce qu’il reproche au Parti Québécois, en gouvernement minoritaire, il n’est même pas capable de faire la moindre avancée, en majoritaire.

    Le dossier est clair, un cimetière pour musulman. Mais cette idéologie s’inspire de la sharia et de ses règles puis de quelques textes faciles d’interprétation qui ne disent rien de contraignant pour justifier un cimetière séparatiste.

    Cette communauté -qui n’en est pas une; si ce n’est la pratique religieuse -qui n’en est pas totalement une; une idéologie qui prône la sharia -contraire à nos règles et même à la constitution du Canada. En tout paradoxe, le Québec est dans l’obligation de la respecter sous contrainte de subir des inconvénients jusqu’à la mort.

    Cette constitution canadienne montre une charte des droits et libertés qui n’en peut plus de ne pas nous ressembler. Elle rend suprémaciste le dieu de la religion sans nom. Rendant n’importe laquelle comme fondement de nos droits au même niveau que le droit des hommes.
    Le principe de la séparation de l’église et de l’État en prend un coup dans toute son ampleur. Ce n’est pas parce que les hommes de loi en disent le contraire qu’ils ne se ferment pas les yeux sur ce que veut dire ce texte dans les faits. La contrainte religieuse s'applique avec son corollaire, le multiculturalisme

    Nous sommes condamnés à des cimetières pour tout et rien. Pour s'en sortir, le Québec devra faire sa propre Constitution.

    • Pierre Schneider - Abonné 18 juillet 2017 15 h 45

      Encore faudait-il qu'il y ait des cimetières pour musulmans chiites et d'autres pour les sunnites. Ces deux-là s'haïssent à mort.