Un geste qui sauve des vies

Au moment où vous lisez cette lettre, des millions de personnes, au Yémen, au Nigeria, au Soudan et en Somalie, cherchent désespérément de quoi manger. Des guerres fratricides, soutenues parfois par l’Occident, les empêchent de cultiver la terre et les chassent de leurs villages. On parle ici de 30 millions de personnes, enfants et femmes surtout, menacées de mourir de faim dans les prochains mois. Presque la population canadienne.

Je sais, il y a tant de bonnes causes bien plus près de nous. C’est loin, l’Afrique ! Et pourtant, quand nos soeurs et frères humains ont souffert de la faim, des guerres, des catastrophes dites naturelles, nous avons répondu présents ! Nous l’avons fait pour l’Éthiopie, pour Haïti, pour les réfugiés syriens. Aujourd’hui, ce sont les enfants, les femmes, les vieillards, les pères de famille de quatre pays martyrisés qui ont besoin de nous.

Le gouvernement canadien a annoncé — plutôt discrètement — qu’il doublerait les dons des Canadiens d’ici au 30 juin. Avec 90 $, les organismes sur le terrain peuvent nourrir une famille de huit personnes durant six mois. Il faut agir maintenant !

Je vous invite à donner généreusement aux organismes québécois présents dans les pays qui souffrent de la guerre et de la famine. Vous les retrouverez sur le site de Association québécoise des organismes de coopération internationale.

Merci d’être présents et solidaires.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 24 juin 2017 05 h 06

    Répandre à la tragédie avec générosité.

    Vous avez raison, Madame David. Il faut absolument répandre à cette tragédie avec générosité. Il faut toujours se mettre dans la peau des autres pour comprendre leur souffrance.

  • Réjean Martin - Abonné 24 juin 2017 07 h 00

    Le sans-gêne de madame David

    Ne voilà-il pas que madame François David fait de l’humanitaire et nous demande de l’argent pour des famines en Afrique ? La cause est bonne mais, venant de celle-ci, c’est un peu fort le café! Elle était épuisée, disait-elle, il n’y a pas longtemps et a laissé son siège à l’Assemblée nationale avant la fin de son terme forçant des élections partielles! Quel sans-gêne tout de même. Voilà ce que je retiens…