Une bonne idée?

Enseigner les lettres de l’alphabet aux enfants de la maternelle 4 ans ? Ceux qui côtoient les enfants de cet âge en milieu défavorisé constatent qu’un bon nombre d’enfants n’ont pas encore acquis un niveau de langage leur permettant de raconter de menus faits de manière intelligible. À l’âge de 4 ans, les lettres de l’alphabet, concept hautement abstrait, ne font guère de sens et leur apprentissage ne peut être que mécanique et laborieux.

Forte de mon expérience de terrain, j’ai réalisé que ces enfants ont d’abord un grand besoin de côtoyer des adultes qui leur offrent des interactions verbales de qualité, à tous les moments de la journée : jeux, habillement, collations et bien sûr, lors de temps près des livres. Cet « entraînement » au langage est une priorité. Au-delà du vocabulaire, il s’agit d’acquisitions au niveau de la syntaxe. Plus le langage s’articule grâce aux différentes constructions syntaxiques (ex : parce que, quand, plus que, moins que, etc.), plus l’enfant devient capable de s’exprimer et de raisonner. Il est alors prêt pour entrer dans le monde de l’écrit.

Il n’y a pas d’enfant qui échoue à apprendre à lire et à écrire parce qu’il ne connaît pas les lettres de l’alphabet ! Tout se joue par rapport au niveau de langage développé par l’enfant grâce à des adultes avertis et disponibles.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Jean-François Trottier - Abonné 15 juin 2017 06 h 42

    En effet

    Il est capital de bannir le langage "enfant" des garderies.
    Il suffit d'être présent à un enfant pendant quelques heures pour constater comment non seulement il apprend à une vitesse inouïe, mais c'est son plus grand souhait de savoir.
    Lui donner de mauvais schémas de langage le marquera à jamais.
    Je n'ai rien contre le langage de la rue. Tout le monde l'apprend forcément... dansla rue. La nécessité de former des phrases complètes, utilisant le plus possible les termes justes. Qu'ils soient considérés comme choquants, savants ou complexes est un jugement de valeur qui ne les intéresse pas : ils veulent simplement apprendre.

    Apprendre "lolo" au lieux de "lait" n'apporte strictement rien.... mais ne gêne pas tant. L'enfant aimera autant l'un que l'autre. Alors pourquoi ne pas apprendre le bon terme tout de suite ? Ce sera en fin de compte moins d'effort.
    Par contre, vivre en présence d'adultes qui ne forment jamais une phrase complète mène directement à la pensée-slogan, à l'accolement d'idées sans structure.

    La langue français, tout élitiste qu'elle soit dans sa genèse, a la qualité d'une syntaxe extrêmenent rigoureuse à la portée de tous, qui ouvre les portes à la pensée discursive, essentielle à tout point de vue.

    On ne peut exiger des parents cet effort, ne serait-ce que parce qu'on n'a rien à faire dans la milieu familial. À chacun ses responsabilités. Par contre, dès la prise en charge de l'enfant par l'appareil d'éducation, et depuis dans les garderies, ce sera respecter le génie des enfants que de leur parler comme des humains à part entière et non des nounours.

    Sans effort langagier mais en formant de vraies phrases complètes.

    Ce sera mille fois plus efficacve que de leur gaver le cerveau de connaissances. Apprenons-leur à utiliser leur raisonnement, ils feront le reste.

    Et merci pour cette lettre.

  • Élise Fournier - Abonnée 15 juin 2017 08 h 24

    Parler aux enfants

    Comme vous avez raison. Il faut savoir parler pour pouvoir lire. Ce qui semble une évidence n'est pas partagé par bon nombre de soi-disant spécialistes. L'écriture est une convention. Qu'on initie les enfants à la pensée symbolique par le dessin d'abord, l'apprentissage de la lecture se fera tout seul par la suite. Mais sûrement pas à quatre ans. Qu'on raconte des histoires aux enfants. Dans bien des cas personne ne leur parle. Comment alors peuvent-ils apprendre à parler?

  • Jacques de Guise - Abonné 15 juin 2017 13 h 20

    Se construire par le langage

    Mme Hendrickx, M. Trottier et Mme Fournier, je partage votre avis sur le rôle crucial du langage pour aider l'enfant à se constuire grâce à une utilisation appropriée du langage. Trop souvent on le limite à une stricte fonction de communication.

    L'entrée dans l'écrit se fonde sur le parler. C'est la maîtrise de l'oral qui permet d'entrer dans l'écrit. Et ça on semble l'oublier trop souvent, surtout en maternelle et à l'élémentaire. Il me semble qu'on enclenche trop rapidement dans l'apprentissage de la langue écrite!!

  • Stéphane Laporte - Abonné 15 juin 2017 14 h 23

    "Faire du sens" n'est pas français.