Le PQ de Cloutier, oui, celui de Lisée, non

Ainsi, Québec solidaire, qui ose ne pas converger avec le Parti québécois pour battre les libéraux, ferait preuve d’un excès d’idéologie. En ce qui me concerne, j’aurais appuyé la convergence avec le PQ d’Alexandre Cloutier. Mais avec le PQ de Jean-François Lisée ? Le PQ qui l’a élu chef malgré (ou grâce à ?) ses propos démagogiques sur les burqas, les AK-47 et autres burkinis ? Je suis indépendantiste depuis plus de 40 ans, et la déconstruction sociale qu’a entreprise le Parti libéral me révolte. Cependant, si dans ma jeune vingtaine j’ai abandonné sans heurt l’identité canadienne-française pour endosser la québécoise, celle-ci comporte toujours, à mes yeux, profondément, une idée de la citoyenneté que l’approche identitaire défendue par Lisée et consorts met à mal.

Il se dit trahi par le refus de QS. Réalise-t-il combien, avec plusieurs autres, je me suis sentie trahie par le projet de charte des valeurs de Drainville, au point de souhaiter, en 2014, pour la première fois de ma vie, la défaite du PQ ? Lisée peut bien dire qu’il n’était pas d’accord avec cette charte, toute son approche depuis le dément. Opérer des compromis pour gagner l’essentiel, oui ; se prêter à des compromissions sur l’essentiel, non.


 
13 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 29 mai 2017 02 h 31

    La laïcité protège toutes les religions et toutes les confessions!

    Peut-être, vous aurez préféré une Charte de la Charia, Madame. La laïcité protège toutes les religions et toutes les confessions également. Vous êtes mal renseigné, Madame.

    • Pierre Raymond - Abonné 29 mai 2017 11 h 02

      Je suis tout à fait d'accord avec vous Mme Alexan et tôt ou tard, on devra y revenir.

      Le Québec devra affirmer clairement sa laïcité d'une manière ou l'autre.

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 29 mai 2017 13 h 18

      @Mme. Alexan,

      M. Lisée affirme maintenant qu'il s'opposait à la Charte dans la mouture défendue par M. Drainville. Êtes-vous en accord avec M. Lisée ou non?

      Et que dites-vous du fait que le Parti Québécois aurait pu faire passer une version légèrement assouplie de cette Charte, acceptée tant par Québec Solidaire que par le CAQ (ça c'est du consensus)? Au lieu de cela, le parti s'est entêté et a perdu. La Charte si nécessaire à l'égalité homme-femme, dixit ses défenseurs, a ainsi, par la faute du PQ, était enterrée.

      Il ne suffit pas de polariser pour argument, Mme. S'opposer à la Charte des Valeurs ne conduit pas à défendre la Charia. Comme défendre la laïcité ne conduit pas à laisser entendre que les femmes voilées sont une menace à la sécurité....

    • Pablo - Inscrit 30 mai 2017 11 h 39

      «La laïcité protège la liberté de conscience et de manifestation de ses croyances. Cela signifie que l’État ne peut interdire la manifestation d’une croyance religieuse parce que cela ne le regarde pas. Les interdictions vestimentaires pour les citoyennes et les citoyens sont contraires à la laïcité.» http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-soci

  • Michel Blondin - Abonné 29 mai 2017 09 h 14

    QS: Un révélateur de discordes et de détestation.

    Alors que l’horizon de la converse partisane sur l’indépendance s’obscurcit, il va pleuvoir de tout — ce que fait la présente intervention de révolte.

    QS est en passe de s’isoler ou de se faire isoler du mouvement indépendantiste en refusant l’évidence politique du moment. En mauvais stratège, les membres et la direction ont créé sur un événement historique, un imbroglio sur la détestation d’un parti autre politique. Du jamais vu.

    Cette haine d’ailleurs vient d’arriver. Elle canalise les mouvements personnels et la psychologie de la peur.
    Des gens sont plus sensibles à ces actes. Ils perdent la vision globale et s’attardent à des motifs qui nous semblent disparates. Ce texte d’une vision décolorée est typique et en fait partie.
    Le fond est que la peur de la charia, des intégristes, des extrémistes ne s’estompent devant les actions eunuques de notre société pour contrer ces phénomènes. Ce qui nous définit, notre ancrage est contesté plus que jamais.

    Elle a raison sur l’excès d’idéologie, mais se trompe sur l’identité, les croyances communes, la laïcité et ses conséquences.

    L’égarement de QS est révélateur de discordes et de détestations comme fondement politique. Les jeux sont loin d’être faits. QS aura un chef par défaut qui joue à ce jeu des excès idéologiques

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 29 mai 2017 13 h 19

      Oui, on voit effectivement que la haine vient de fleurir, mais pas où vous croyez....

    • Gilles Théberge - Abonné 30 mai 2017 09 h 19

      Oui je déteste la démagogie, la restiction mentale, le mensonge, les accusations trompeuses, qui ont été véhiculées par QS en fin de semaine dernière.

      Particulièrement par madame Awada lors de sa diatribe publique contre le PQ. J'ai pas besoin de faire un dessin hein...?

      Et aussi le fait que QS a dissimulé à ses membres avoir signé une entente avec oui Québec, pour ensuite désavoué le signataire de l'entente.

      C'est beau les purs, quant ils sont purs.

      Et les "aimant" quand il sont aimants...

      La haine fleurit dans le champs de QS allègrement!

  • Bernard McCann - Abonné 29 mai 2017 12 h 24

    Une précision

    Lorsqu'il était au gouvernement, Jean-Françcois Lisée a co-signé avec Bernard Drainville une lettre au New York Times, tentant de faire croire aux américains que la Charte s'inscrivait dans l'esprit de Jefferson, ce qui n'est pas tout à fait juste. Voici le lien :

    http://www.nytimes.com/2013/11/19/opinion/jefferso

    Cette charte, il la défendait alors.

  • Raynald Rouette - Abonné 29 mai 2017 13 h 37

    Le PQ non pas de Cloutier ou de Lisée, mais de tous les Québécois!

    Le Parti Québécois des Lévesque, Godin et Parizeau n'a pas changé, il est encore là.

    Depuis 1995, le PQ a tellement été dénigré, et les Québécois se sont tellement laissés dénigrer, qu'ils en ont développé, sans raison, un complexe, voir un sentiment de culpabilité, «d'être ce qu'ils sont». Même leurs dirigeants ont été affectés par les campagnes de dénigrement des fédéralistes accompagnés aujourd'hui des religieux.

    Nous aurions grandement besoin:

    D'un René Lévesque pour sa capacité «pédagogique» pour rejoindre le simple citoyen.

    D'un Pierre Bouirgault pour son verbe et la justesse de ses propos.

    D'un Jacques Parizeau, un vrai chef d'état et un érudit de l'économie et de la finance.

    Le moment est venu de relever la tête! Que ceux et celles qui se croit capable de chausser les souliers des hommes ci-haut se lèvent!

    • Marc Bouchard-Marquis - Inscrit 29 mai 2017 13 h 49

      ...et que les Québécois finissent par arrêter de s'excuser d'exister!

    • Jean-Christophe Leblond - Abonné 29 mai 2017 15 h 26

      S'excuser d'exister? Faudra m'expliquer.

    • Lucie Bélanger - Inscrite 29 mai 2017 15 h 30

      Les complexes.

      Vous soulevez un juste point. Les complexes font partie intégrante de la personalité d'une personne donc des membres d'un parti politiques. Le vice des complexes c'est qu'au lieu de les accepter afin de s'en affranchir et de ne pas leur laisser tout notre pouvoir, on s'en défend.

      Lorsqu'on porte un complexe d'infériorité en général on s'e n défend en se supériorisant comme le fait QS... sont les "best"

      Et lorsqu'on porte un complexe de culpabilité, à force d'avoir été jugé sur la place publique on s'en sort en jugant comme le fait le PQ.

      On est pas sorti du bois à moins d'une bonne période de refroidissement et d'introspetion pour tout le monde. ¨

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 mai 2017 18 h 18

      Par chance pour le PQ Gérald Godin est mort, parce qu'il serait le premier à s'insurger contre le virage identitaire du Parti québécois.

      Quant à Jacques Parizeau, il a eu la chance de dire ce qu'il en pensait avant que d'autres ne le fassent parler à sa place:

      "Un champ de ruines.." Avait-il ainsi résumé le Parti québécois.

      - Et Bougault?

      Il n'a jamais été pour autre chose que le "nationalisme civique" dont le PQ s'est désormais écarté.

      Non, désolé, Ce PQ truffé de morts, de désertions et de disparus.es n'existe plus.

      Il n'existe plus que dans les souvenirs de ceux qui l'on connu et dans l'illusion dont le Parti québécois se sert pour tenter de se faire passer pour ce qu'il n'est plus.

      Christian Montmarquette