QS, résultat prévisible

Il n’y a pas à en douter, le choix qu’a fait Québec solidaire (QS) en refusant dans un poker politique, à 87 %, la main tendue du PQ, celle de la convergence, était prévisible sur bien des points. C’eût été une irréparable bêtise, tel un suicide politique, pour QS d’accepter. Le refus devenait donc une stratégie de contournement.

Oublions les raisons structurantes de QS. Ce parti a clairement énoncé qu’il préfère demeurer dans sa petite maison plutôt que de déménager dans la grande maison du PQ. De ce fait, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé demeurent ainsi des porte-parole plus libres ainsi que des figures de proue au sein de Québec solidaire. Il fallait bien pour eux protéger l’importance de leur poste respectif. Bref, QS préfère avec raison sa petite chapelle et son évangile plutôt que la doctrine du PQ dans sa cathédrale qui se vide.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 27 mai 2017 07 h 58

    Que de belles métaphores religieuses!

    L'image qui me vient à moi c'est celle la rencontre secrète d'une secte dans une grotte humide, qui se conforte dans la possession tranquille et illuminescente de sa Vérité.

    Tout seul dans son petit coin, ça donne, de l'intérieur, une impression de force et de puissance, mais ça ne mène nulle part. Il faudrait sortir des catacombes
    (pour continuer dans les élans métaphoriques). Sortir à l'air libre au soleil qui luit pour tout le monde.

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 28 mai 2017 08 h 58

      Que QS cesse de nous casser les oreilles avec leurs supposés "inclusivité et indépendantisme". Même leur prétendu "progressisme" est suspect.

  • Pierre Raymond - Abonné 27 mai 2017 12 h 26

    Après avoir beaucoup lu depuis une semaine sur le sujet, j'en conclus que la base appuie la décision à l'effet que « QS préfère sa petite chapelle et son évangile plutôt que la doctrine du PQ dans sa cathédrale qui se vide ».

    Si c'est le cas, pour beaucoup d'observateurs, deux (2) questions demeurent sans réponse :
    1- Pourquoi avoir passé autant de temps à la table de négociation ?
    2- pourquoi avoir apposé deux (2) signatures au bas de ce qui ressemble tant à une
    entente ?

    N'ayant jamais cru que QS ait eu comme projet de réaliser l'indépendance du Québec, je ne comprend pas qu'ils aient été invités à cette table de négociation.

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 28 mai 2017 09 h 02

      Les 2 raisons que vous énumérez ici, M. Pierre Raymond, sont justement les raisons sur lesquelles s'appuie le RPS (Rassemblement pour un pays souverain) pour demander à OUI-Québec de sortir QS de ce mouvement, qui doit être réservé uniquement aux partis indépendantistes.

      Comme vous le dites si bien M. Raymond, QS doit immédiatement en être exclu.