Les absurdités de Québec solidaire

Dans une lettre au Devoir écrite d’une façon hargneuse et vindicative, André Frappier de Québec solidaire s’en prend de façon quasi violente au Parti québécois et rejette toute forme d’association pour les prochaines élections. Je ne relèverai pas les affirmations qu’il a faites, sauf lorsqu’il parle de la « réappropriation de nos ressources, qui auraient permis de renflouer les coffres de l’État ». En effet, la nationalisation complète de l’industrie minière est au programme de Québec solidaire et, travaillant moi-même dans ce domaine comme ingénieur et géologue, je considère qu’une telle politique serait un suicide économique total. Le secteur minier au Québec ne représente qu’à peine 2 % du PIB du Québec, et ce n’est pas avec une nationalisation que les problèmes de pauvreté seront réglés. Une telle nationalisation est irréaliste, comme plusieurs aspects du programme de QS, car elle coûterait des centaines de milliards, demanderait l’embauche de dizaines de milliers de travailleurs spécialisés et mettrait fin à tous les investissements étrangers en exploration minière au Québec (environ 800 millions par année). Il n’y a aucun autre pays où l’industrie minière a été nationalisée avec succès. Même à Cuba et en partie en Chine, ce sont des entreprises étrangères qui exploitent les mines. Il n’y a peut-être que la Corée du Nord qui fait exception. Ce pays serait-il le modèle de Québec solidaire ? Je suis un indépendantiste, mais jamais je ne voterai pour Québec solidaire tant que ce parti aura à son programme de telles absurdités économiques, et ses membres devront un jour accepter qu’il existe des gens qui ne pensent pas comme eux et que nous vivons tous dans la même société, où nous devons tenir compte de l’opinion des autres.

19 commentaires
  • Jean-François Trottier - Abonné 24 mai 2017 07 h 45

    Non, pas la Corée du Nord....

    Le programme de QS ressemble beaucoup à ce que Chavez a fait au Vénézuela, avec la différence que QS n'a pas l'intention de vendre du pétrole bon marché à Cuba. Pour le reste, en effet, le programme économique de QS est pire qu'une farce, une catastrophe.

    Suffit de le lire pour comprendre qu'il n'y aura plus la moindre exploration au Québec. Qui prendrait ce risque pour ensuite être nationalisé ? Et le capital nécessaire pour l'exploration ne sera jamais déboursé par le gouvernement, c'est évident. On ne parle pas de pétrole plutôt facile à trouver, là!

    Imaginez, la dernière fois que j'ai parlé de la politique économique de QS, "on" m'a répondu que toutes les dépenses d'un futur gouvernement étaient comptabilisées et que ça balançait!!!
    À la question "économie" la réponse a été "budget". Faut vraiment ne comprendre rien à rien.
    En fait hors de programmes sociaux le programme de QS n'a pas une seule ligne sérieuse. Pas une.
    Autre exemple, que j'ai déjà ressorti : on y dit l'indépendance "essentielle" à l'accomplissement du programme. Pas un traître mot sur l'indépendance dans les rangs de QS depuis des années, alors qu'on sait comment un prochain référendum sera une lutte de tranchée impitoyable.
    Pierrot Lunaire est plus terre-à-terre que ça.

    Le programme-santé : bien sûr on y parle de médecine sociale, de prévention, tout est beau tout est gentil. Mais rien de rien au sujet d'un système qui sue de ses propres tares de partout! Rien au sujet de médecins qui sont, tous(!), des travailleurs autonomes, et p0ourtant contrôlent tous les hôpitaux, le moindre comité, tout le système... et ces médecins tiennent avant tout à leurs prérogatives! Résultat : des centaines sinon des milliers de "silos" qui ne communiquent pas.
    En tant que "nouveau parti", QS n'a pas le droit de ne pas soulever cette question.
    Eh non! Silence radio.

    En fait j'en suis venu à la conclusion que ce parti n'aime pas la société dans laquelle il se meut, ni les gens qui la forment.

    • François Beaulé - Inscrit 24 mai 2017 11 h 15

      En effet. Je retiens l'absence de vision d'une réforme du système de santé. Alors qu'Amir Khadir est lui-même médecin.

      Peut-être a-t-il peur de partir la chicane avec ses «camarades» médecins.

  • Claire Dufour - Inscrite 24 mai 2017 08 h 04

    Exactement comme moi!!!

  • Bernard Terreault - Abonné 24 mai 2017 08 h 18

    QS

    Le fond de ma pensée sur QS: c'est la réinvention de l'idéal communiste, plus une touche écologiste, ce qui complique encore l'équation. Il repose sur l'illusion que l'homme est intrinsèquement bon, sauf pour quelques capitalistes qu'il suffira rééduquer. Et QS en rajoute en croyant que le syndiqué de la FTQ qui roule en pickup géant va se convertir à la simplicité volontaire. Cela dit, leur message, comme celui des premiers chrétiens il y a deux mille ans, est utile pour nous donner mauvaise conscience, nous faire réfléchir, et faire adopter par la majorité un consensus RATIONNEL, chiffré, pragmatique, pour limiter les excès de cupidité et la consommation effrénée.

    • François Beaulé - Inscrit 24 mai 2017 11 h 21

      Très près de mon évaluation de QS. Quoique je crois qu'il faut plus que quelques réformettes qui feraient consensus. Des luttes sont à prévoir.

  • Serge Morin - Inscrit 24 mai 2017 08 h 27

    QS ne peut faire face à la réalité.
    Ses ténors, avec leurs rigidités stupide, mèneront leur parti à la marginalité.

  • Richard Olivier - Inscrit 24 mai 2017 08 h 47

    Et puis ?

    Quoi faire avec les NON redevances ?

    Canadian Malartic
    Pas d’impôt ni de redevances payés pendant des années
    26 août | Alexandre Shields

    L'une des plus importantes mines d'or au Canada, Mine Canadian Malartic, n'a jamais payé d'impôts aux gouvernements du Québec et du Canada.

    • Pierre Desautels - Abonné 24 mai 2017 09 h 35


      Vous avez raison. Dans ce dossier, nos dirigeants du PLQ et du PQ se comportent, depuis des années, comme des pleutres de républiques de bananes.

    • Hélène Lussier - Abonnée 24 mai 2017 13 h 04

      Pour les redevances, Canadian Malartic a payé plus de 50 millions depuis 3 ans. Pour les impôts, vous avez raison, mais ils ont dépensés plus de 1 milliard pour démarrer leur mine, ils sont encore en période d'amortissement et ils ne payent pas d'impôts durant ce temps, de la même façon que Bombardier, Pratt et Witney, etc.. ne payent pas d'impots quand leurs dépenses sont supérieures à leurs revenus.

    • Pierre Desautels - Abonné 24 mai 2017 14 h 56

      @Hélène Lussier.

      "Et ils ne payent pas d'impôts durant ce temps, de la même façon que Bombardier, Pratt et Witney, etc.. ne payent pas d'impots quand leurs dépenses sont supérieures à leurs revenus."

      Et vous trouvez ça normal? Vous trouvez ça équitable? Tout le monde le fait, pourquoi pas nous? Ces parasites de la société, vivant au crochet de l'État, s'en donnent à coeur joie et ils applaudissent quand le PLQ et le PQ coupent les vivres aux assistés sociaux.