Salaire de crève-la-faim

Le 1er mai, le salaire minimum est passé à 11,25 $ l’heure. Ça ne prend pas un expert pour constater qu’avec ce petit pécule, personne ne peut espérer gagner sa vie sans avoir deux emplois, mais il n’y a que 24 heures dans une journée. Ma réflexion n’est pas une révolte, mais plutôt un plaidoyer pour la dignité humaine. Une paie de rabat-joie rend la vie sans joie. Suffisant doit être le pain, honorable doit être le gain. Pourquoi être si peut offrant, mon cher gouvernement ?

1 commentaire
  • Kevin Clancy - Inscrit 7 mai 2017 12 h 27

    C'est l'offre et la demande. Plus il y a de l'argent en circulation, moins l'argent a de la valeur. Si l'on augmente le salaire minimum à 15 $, par exemple, la valeur du dollar en sera affectée ; les gens ont plus de moyens, plus d'argent, donc la valeur du dollar individuel baisse. Un dollar achète moins, car il y en a beaucoup plus. En conséquence, le coût de la vie augmente et tout coûte plus cher.

    On se retrouve avec des salaires minimums à 15 $, mais avec un marché qui aura suivi dans l'année ou deux, et on se retrouve au même endroit : le salaire minimum est redevenu un salaire de crève-la-faim, excepté que maintenant il est à 15 $ au lieu de 10 $. Pensez-y : autrefois, le salaire minimum était de 2 $ de l'heure. Pourtant, qu'il soit à 2 $ ou à 11,25 $, on parle d'un salaire pauvre à l'époque où il est présent.

    L'impact toutefois est que cela réduit davantage l'écart entre la classe moyenne et la classe populaire. La classe moyenne n'ayant pas vu leurs salaires augmenter en conséquence, ils ne sentiront que la hausse du coût de la vie. En gros, s'appauvrisseront. Donc la classe moyenne s'appauvrit, et la classe populaire reste au même endroit côté pouvoir d'achat. Un plus grand écart s'installe entre le 1% et le 99%.

    Même si a priori il semble intéressant d'avoir 15 $ de l'heure comme salaire minimum, en réalité cela n'apportera rien à la classe populaire, exceptée peut-être six mois à un an de meilleur pouvoir d'achat ; le salaire minimum est le salaire minimum, peu importe le chiffre qu'on lui met dessus. La marché se réajustera en conséquence. Il restera toujours un salaire de crève-la-faim, tel est le fonctionnement de notre système capitaliste.