La Cour suprême veut humilier le Québec

Deux retentissantes défaites subies en 1984 et en 1988 ne suffisaient pas à Terre-Neuve-et-Labrador. La décision unanime des juges de la Cour d’appel du Québec rendue en 2016 ne lui suffisait pas non plus. Pour une troisième fois, la province maritime a convaincu la Cour suprême du Canada de l’entendre dans le différend qui l’oppose au Québec relativement à la centrale de Churchill Falls […] Pour une troisième fois, les très honorables juges comptent humilier le Québec en l’obligeant à plaider sa cause : « Nous sommes les boss dans ce grand pays et vous risquez gros. Tenez-vous-le pour dit ! »

Et pourtant, le contrat est clair comme de l’eau de roche. Seul l’ambassadeur Stéphane Dion y verrait de l’embrouille.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Michel Blondin - Abonné 27 avril 2017 18 h 22

    LES JUGES ET LES POLITICIENS

    On ne sait plus qui est qui. La nomination partisanne des juges en Cour supérieure, d'appel et suprême par les fédéralistes d'Ottawa fait que les lois sont du bon bord quand il y a un problème à babord. Le babord vous avez compris que c'est le Québec.

    Je connais peu de gens qui mordent la main qui les nourrit. Or, la fidélité passe souvent avant la rationalité. Il ne faut pas se tromper, c'est au moment les plus oportun que cela se fait. Généralement dans un diner d'affaires, amical, arosé, ultra mondain comme on le voit avec KPMG.
    il en faut un ou deux, c'est suffisant. Pourquoi soulever cette posibilité.
    Parce que le grand principe de Montesquieu de séparer la justice du pouvoirs exécutis et législatif est corrompu au Canada par des nominations partisannes.
    Une formalité que le pouvoir sait trop combien il importe.
    La Cour suprême ne cesse de pencher pour les intérêts politiques.Comme un panier de pomme, il n'en faut qu'une seule, trouble et bien placée.