Amours interdits

On ne peut empêcher un coeur d’aimer ? Ben voyons donc ! Ce qui me surprend le plus là-dedans, c’est que l’on doive rappeler aux enseignants que cela NE SE FAIT TOUT SIMPLEMENT PAS ! J’ai reçu (parmi mes cinq diplômes) un diplôme en pédagogie de l’Université d’État de San Diego en Californie en 1980 pour enseigner dans cet État. Il était formellement stipulé qu’une relation enseignant-élève entraînait une radiation de notre permis. En 1980. C’était clair, avant-gardiste, il paraît, logique ! Pourquoi cette logique n’existe-t-elle pas ici ? Tu peux avoir une relation avec une ex-élève, mais non avec une élève. Même chose entre médecin et patient. Je m’excuse sincèrement : trop d’enseignants et de « professionnels » « dorment au gaz » pour employer une expression récente !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Ginette Lamontagne - Abonné 8 avril 2017 02 h 50

    Amours interdits...?

    Je suis d'accord avec Monsieur Rioux depuis au moins 40ans ce code d'éthique existe et est en vigueur. Je ne comprends pas que les syndicats et la ministre de l'enseignement supérieur, elle-même une universitaire, n'en soient pas informés. On croit rêver... Faut -il perpétuellement ré-inventer la roue?

    Ginette Lamontagne
    Outremont