Stade ou amphithéâtre: dépenses publiques et profits privés

Dépenser plusieurs centaines de millions de dollars publics pour maximiser les profits d’une équipe de baseball à Montréal est un projet de société profondément tordu. Le privé doit assumer risques et profits.

L’abattage récent d’un millier d’arbres et la presque totalité des 73,4 millions de dollars d’argent public dépensés au parc Jean-Drapeau visent aussi à maximiser les profits des promoteurs. La grande différence entre le stade des Expos et la création d’une nouvelle maxiplace des Festivals, tarifée, est l’illusion « de nature et de service public » enrobant cette dernière démarche.

L’appellation « amphithéâtre naturel » à l’île Sainte-Hélène masque le fait que des plans d’eau, prairies et boisés seront détruits, que l’on minéralisera l’essentiel du territoire et que l’on n’y saupoudrera que de rares arbres, infiniment plus petits que les géants abattus. Hors des grands événements, le site sera lugubre, d’une vastitude désolante, aux antipodes du caractère foisonnant d’Expo 67 que l’on prétend évoquer.

Le projet se vante d’améliorer l’accès au fleuve. Pourtant, pendant la plus grande partie de l’été, un immense espace situé entre le métro, le fleuve et le lac des Cygnes, incluant les abords du Calder, sera contrôlé par un réseau tentaculaire de clôtures et de guérites. En été, cette section du fleuve risque de n’être facilement accessible que les fins de semaine, dans le cadre d’événements extrêmement coûteux. En semaine, les visiteurs seront-ils interdits, devront-ils se faufiler entre camions et véhicules de service ou devront-ils faire un détour d’un kilomètre ?

La Ville avance que les destructions actuelles seront compensées, un jour, ailleurs… Elle doit présenter publiquement une analyse comparative du site détruit et des compensations proposées, incluant les coûts des mesures hors site.

Pourquoi, comme proposé initialement au square Viger, faut-il raser d’immenses secteurs plutôt que trouver une solution inventive basée sur une analyse fine des potentiels et contraintes du site ? Pourquoi cette quasi-privatisation, accompagnée d’un afflux massif de fonds publics, pour un projet qui contredit les politiques de la Ville et de la Société du parc Jean-Drapeau sur l’arbre, les milieux naturels, le développement durable ?

L’amphithéâtre dénaturé du parc Jean-Drapeau sera une déception coûteuse pour les payeurs de taxes. L’aménagement proposé dans ce parc identitaire de Montréal doit être révisé en profondeur pour offrir une véritable destination loisirs aux Montréalais, même à ceux qui ne paient pas des centaines de dollars pour les spectacles. L’argent public ne doit pas uniquement viser à maximiser les profits des promoteurs, que ce soit au parc Jean-Drapeau ou dans un éventuel stade des Expos.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Nadia Alexan - Abonnée 7 avril 2017 01 h 33

    Arrêter de vous accommoder des fonds publics!

    Encore une fois, nos élus ont perdu la tête. Ils sont devenus des petites marionnettes au service des promoteurs qui ne voie dans la nature qu'une potentielle de faire des profits. J'ai envie de crier "assez c'est assez" aux prédateurs néolibéraux qui n'ont aucun respect ni pour l'environnement ni pour le bien commun. Ils veulent tout accaparer. Ils veulent tout exploiter, tout privatiser aux dépens des contribuables. Ça suffit de vous moquer des gens. Arrêter de vous accommoder des fonds publics!