Bombardier lance une bombe

Pour réussir dans ce monde de concurrence économique mondiale, des réorganisations sont malheureusement nécessaires, voire inévitables. Autant dans le domaine privé que public. Lorsqu’il s’agit d’êtres humains, lesdits bouleversements, effectués par les « bourreaux » gestionnaires, devraient avoir à coeur de limiter les dégâts le plus possible pour toutes ces familles touchées par une perte d’emploi. Les gestionnaires ne doivent pas se soucier uniquement de l’amour des actionnaires pour leur portefeuille, mais aussi de la responsabilité morale envers des hommes et des femmes qui se retrouveront peut-être à la rue, incapables de trouver un autre emploi. Ces licenciements devraient être vécus dans la tristesse, dans le regret, presque dans le désespoir. Pleurant avec eux, les dirigeants accepteraient même une réduction de salaire. Alors que, au contraire, ces « tueurs de vie » font la fête, s’octroient des augmentations scandaleuses, se réjouissant et soulignant leur réussite destructrice.

Ces comportements me lèvent le coeur et m’indignent au plus haut point. À quand un semblant de capitalisme humain et moral ? À quand un vrai partage entre tous les êtres humains ? N’attendons plus rien de Bombardier ; la misère morale de ses dirigeants me sidère et a fait disparaître toute l’estime et la fierté ressenties pour cette compagnie depuis toujours.

Adieu, pauvres exécutants !

4 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 4 avril 2017 00 h 48

    Il faut blâmer la largesse de nos gouvernements!

    Ce n'est pas autant la faute de ces prédateurs, sans conscience, qui réjouissent des revenus colossaux, mais l'erreur réside chez nos gouvernements qui abusent de l'argent des contribuables, pour dorloter leurs amis milliardaires. Nos gouvernements versent les fonds publics supposément pour sauvegarder les emplois. Cependant, l'entreprise Bombardier vient de mettre à la porte 14,000 personnes! Le gouvernement Couillard a perdu la tête en versant plus qu'un milliard de dollars à l'entreprise Bombardier, sans aucune condition!
    L'entrepreneur, Ford, rémunérer ses administrateurs par seulement 20 fois plus que le salaire de ses employés. Aujourd'hui, les patrons sont payés 400 fois plus que le salaire moyen, avec les résultats qu'on connait. Les inégalités augmentent et le 1% détient la richesse des 99%. La cupidité insensée de ces prédateurs va détruire leur capitalisme!

  • Anne-Marie Cornellier - Abonnée 4 avril 2017 07 h 15

    On s'attendait à mieux

    Je suis d'accord avec vous ,on s'attendait à plus d'éthique et de conscience sociale de personnes qui sont reconnues dans notre société pour leur sens des affaires. C'est décevant ,on aurait aimé les admirés.

  • Cyril Dionne - Abonné 4 avril 2017 07 h 45

    Le néolibéralisme du libre-échange et de la mondialisation

    La bombe de Bombardier n'est pas du capitalisme, mais bien un néolibéralisme aux accents du 1%. Le capitalisme en soi fait parti de la nature humaine, qu'on aime ou n'aime pas. Mais la tricherie intercontinentale qui s'opère présentement n'a rien à voir avec les nations et le capitalisme. Le libre-échange et la mondialisation ne sont que des leurres afin qu'une infime minorité s'accapare plus de la moitié des ressources de la planète.

    Le BREXIT en est un sursaut de cette indignation citoyenne. L'élection de Donald Trump en un exemple tonitruant de la révolution de la classe moyenne.

  • Mario Jolicoeur - Abonné 4 avril 2017 09 h 53

    Imbunité

    Un peu de hauteur, messieurs de l’aéronautique. Rarement a-t-on vu des gens de haute technologie être aussi débranchés de leur réalité, du temps des faucheurs de marguerites où évoluaient les tous premiers aéronefs.

    Place à un nouveau mot, liant « imbus » et « impunité », pour alimenter cette parole qui nous manque en telles situations, où nous, fiers actionnaires citoyens accidentels, nous attribuons un légitime droit au chapitre.