Laurent Laplante, le professeur

Laurent Laplante,

Comme votre écriture m’a manqué depuis que vous avez cessé de publier votre « Dixit… ». Elle me manquera désormais à jamais. Je suis né en 1954. Rien qu’un de ces foutus baby-boomers, quoi !

Dans le cadre d’un retour aux études après moult années de travail, j’ai eu le plaisir d’assister à vos cours de journalisme à l’Université Laval. Mais aussi et surtout aux discussions d’après-cours avec quelques-uns d’entre nous, étudiants. Comme vous aimiez cela ! Je vous soupçonne d’ailleurs d’avoir préféré ces séances, où vous nous imitiez si magistralement Jean Lesage (ou était-ce Daniel Johnson ?), à votre enseignement.

Le journaliste que j’avais suivi en tant qu’adolescent politisé, au Devoir, au Jour, à L’Action, au Soleil, était devant nous pour ce qui devait devenir de vénérables moments… en tout cas pour moi.

Écrire comme vous le faisiez nécessitait une grande culture économique, politique et culturelle. Et tout cela dans un style foudroyant, où vous pouviez nous amener où vous vouliez pour asséner l’uppercut final à nos jérémiades de jeunes adultes. Combien de fois n’avez-vous pas démontré votre grande capacité à faire le lien entre tous ces écheveaux sociaux, pour nous aider à mieux comprendre notre monde? Votre vision de la présence et de la place qu’occupait le Québec dans ce monde était aussi bien accrochée aux FAITS. Vous deviez être bien triste de voir comment évoluait cette NOUVELLE VÉRITÉ, et de la façon dont les citoyens se font berner. Merci pour tout, monsieur Laplante, bon repos.

1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 22 mars 2017 10 h 53

    Funérailles nationales demandées

    C'est un FAIT. Laurent Laplante était une Grande Personne. Tout un Personnage même ! Une Plume d'esprit et de coeur engageante, inspirante, aspirante vers le Haut et le Noble.

    Il a honoré notre humanité, notre intelligence et le journalisme québécois.

    Toutes nos sympathies à la famille.

    Il mérite des funérailles nationales.