Maisons fragiles

Après l’élection-surprise de Donald Trump, qui avait déjoué tous les pronostics des maisons de sondage, tous s’entendaient sur le fait que ces dernières devaient procéder à un sérieux examen de conscience.

De telles remises en question ont-elles été faites ? Nul ne le sait, mais voilà qu’on nous assène depuis quelques jours les conclusions d’un « grand sondage CROP–Radio-Canada » sur la perception de l’immigration et du populisme des Canadiens, comme des vérités absolues. Doit-on vraiment ajouter foi sans conteste aux « révélations » de ces fragiles maisons de courtage d’opinions ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Pierre Raymond - Abonné 18 mars 2017 11 h 21

    Non.

    La réponse est NON... jamais.

  • Joane Hurens - Abonné 18 mars 2017 14 h 28

    Trump a perdu le vote populaire: les sondages nationaux étaient justes

    C'est consternant de voir se répéter des faussetés comme le fait que Trump aurait battu les sondages alors que Clinton a gagné le vote populaire par près de 3 millions de voix. Trump a gagne l'election en raison d'un système archaïque ou le suffrage ultime est délégué à un Collège électoral qui ne tient compte que des majorités par État: 70 000 votes seulement ont suffi pour faire la différence. C!est le système qui est tordu pas les sondages. Ceci dit, je crois aussi que les sondages peuvent se tromper et qu'il faut se garder une bonne dose de scepticisme dans tout exercice de prédiction. Mais de grâce, utilisez des exemples probants pour en faire la demonstration.

  • Pierre Deschênes - Abonné 18 mars 2017 22 h 38

    Bon point

    Vous avez là un bon point, Joane Hurens, auquel j'avais d'ailleurs pensé après avoir écrit mon mot; je doutais justement de la cohérence de mon point de vue en regard de l'exemple utilisé.