Le monopole des ordres professionnels

À l’heure où, en plein scandale, on met en doute l’idée que la police puisse enquêter sur la police, dans notre Office des professions, on fait pire. On place les ordres professionnels en situation de juges et parties en leur laissant tout le loisir de protéger leurs chasses gardées. Après l’Ordre des psychologues qui s’attaque aux formes de relations d’aide qu’ils ne maîtrisent pas, on voit l’Ordre des médecins s’attaquer aux ostéopathes parce qu’ils peuvent souvent guérir d’une façon qu’ils ne comprennent pas. On essaie ensuite de nous faire croire que ceci et cela visent à nous protéger, nous les pauvres consommateurs imbéciles incapables de faire la différence entre un service utile et la fumisterie.

Bientôt, il sera simplement interdit de faire le bien si on n’appartient pas à un ordre professionnel parce que ceci pourrait receler une arnaque. L’arnaque, c’est le monopole légalisé donné aux ordres professionnels sous des prétextes fallacieux.


 
1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 1 mars 2017 09 h 20

    Justificatif

    Si on a laissé les médecins juger des médecins et des ingénieurs juger des ingénieurs, c'est pour éviter de devoir donner un cours de médecine ou d'ingénierie à un juge ou à des jurés, de manière à ce qu'ils puissent juger du bien-fondé de l'acte posé par le professionnel. Le système professionnel n'a jamais été conçu pour juger les manquements éthiques ou les crimes commis par un professionnel.

    En fait, ce système repose sur la même idée que le jugement par jury: être jugé par ses pairs.