Les légendes «Prendre soin de vous»

Depuis quelque temps, pendant les nouvelles de 22 heures à ICI Radio-Canada, les téléspectateurs ont droit à des légendes modernes intitulées « Prendre soin de vous ».

Les omnipraticiens et omnipraticiennes du Québec sont les nouveaux Charles Perrault d’histoires destinées à endormir les adultes, alors que l’auteur écrivait des contes pour endormir les enfants.

Tantôt, une omnipraticienne, au sourire magnifique, raconte la fois où elle a sauvé un nouveau-né grâce à une transfusion de sang…

Tantôt, c’est une joviale senior, « qui fait le plus beau métier du monde », qui accueille une recrue enthousiaste se destinant à la médecine familiale.

Je verserais une petite larme si je n’étais en voie de momification à l’orphelinat virtuel des « sans médecins de famille ». Au lieu de m’émouvoir, je trouve cette publicité fallacieuse, indécente.

Inscrite depuis environ cinq ans au guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF), j’attends…

Aucune des personnes qui « font le plus beau métier du monde » n’a jugé pertinent de me choisir pour prendre soin de moi.

Aucun omnipraticien rencontré lors d’une consultation dans une clinique sans rendez-vous n’a accepté de m’inclure dans sa clientèle. J’attends… Bientôt octogénaire, je n’ai plus d’illusion. Je constate que je ne présente aucun intérêt pour ces praticiens de la santé. Alors, je renonce à mon impossible quête.

Je m’ennuie de l’oncle docteur de mon enfance. Un médecin « 24 h/24, 7 j/7 », pour reprendre une expression à la mode. Il n’avait pas besoin de publicité pour nous convaincre qu’il prenait soin de nous. C’était l’évidence. Il respectait son engagement.

En désespoir de cause, je me place sous la loi de la sélection naturelle, sorte de faillite en soins de santé.

Dorénavant, lorsqu’on diffusera une légende « Prendre soin de vous », comme Félix Leclerc avec son petit bonheur, « je ferai un grand détour » vers d’autres chaînes…, ou bien je fermerai… mon téléviseur.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.