L’excuse vestimentaire

Il est déplorable de voir notre premier ministre s’adonner à cette mesquinerie sophistique cherchant à faire avaler une fausseté comme vérité à force de la répéter. M. Couillard a le droit de ne pas vouloir interdire le port de signes religieux ostentatoires, notamment chez les juges et les policiers. Mais il ne saurait soumettre sa position au débat rationnel et démocratique en disant qu’il ne veut pas cautionner la discrimination vestimentaire.

La discrimination n’est pas que différenciation. Il n’y a discrimination que lorsqu’on cause un préjudice de façon indue. Il n’est pas illégitime d’exiger d’un infirmier qu’il porte des vêtements hygiéniques ou d’interdire à une hôtesse de se présenter en bikini… pas plus qu’en burkini !

À ce premier sophisme, Philippe Couillard en joint un autre complémentaire. Ce n’est pas l’individu, dit-il, qui est laïque, mais l’État. Dans sa chambre à coucher, le juge peut porter les vêtements qu’il veut, l’État n’a rien à y redire. Mais quand il siège au tribunal, il n’agit pas à titre personnel mais comme représentant de l’État. Et il n’est pas déraisonnable de lui interdire la kippa au nom de l’apparence d’impartialité.

Notre premier ministre est suffisamment cultivé pour faire de la politique autrement sur des enjeux aussi délicats.


 
11 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 18 février 2017 01 h 35

    M. Couillard se moque de nous!

    M. Couillard se livre au sophisme quand il prétend que l'état n'a pas à dicter un code vestimentaire. Alors qu'est ce qu'il dirait qu'un homme vêtu en Ku Klux Klan se présente comme un agent du gouvernement. Et que dirait-il si une femme se présente en bikini pour enseigner à l'école? Et quoi dire, d'un monsieur vêtu en Skinhead qui se présente comme un agent de l'État pour faire un examen de conduire? Le Premier ministre doit démontrer un peu de cohérence quand même! «Les habilles font l'homme,» dit Shakespeare. En niant un fait incontestable tel que la nécessité d'un code vestimentaire pour les agents de l'État, M. Couillard se moque de nous!

    • Marc Levesque - Abonné 18 février 2017 14 h 12

      "En niant un fait incontestable tel que la nécessité d'un code vestimentaire pour les agents de l'État, M. Couillard se moque de nous"

      Sans remettre en question vos autres propos, je ne pense pas que M. Couillard se moque de nous, et en générale je crois qu'on est mieux d'éviter une escalade de rhéthorique négative.

    • Marc Therrien - Abonné 18 février 2017 17 h 15

      D'accord avec vous M. Lévesque.

      Je pense que M. Couillard est aussi sérieux que nous le sommes quand vient le temps d'utiliser le sophisme pour convaincre. Par exemle, dans ce débat, nous utilisons souvent la fausse analogie qui consiste à se servir de la comparaison entre deux réalités difficilement comparables pour frapper l'imaginaire. Aussi, nous aimons particulièrement le sophisme de la pente fatale pour refuser la position de M. Couillard en présentant une chaîne de conséquences indésirables, mais dont rien ne permet de croire qu'elles sont probables.

      Puisque nous ne sommes pas des experts en dialogue qui se réunissent pour chercher une vérité transcendante, le partage et l'échange de sophismes sont de bonne guerre et colorent les discussions pour les rendre divertissantes.

      Marc Therrien

    • André Nadon - Inscrit 19 février 2017 05 h 36

      @Nadia Alexan, vous avez raison. Son raisonnement est tellement dénué de causes, qu'il se croit obligé d'avoir recours à des sophismes pour défendre son point de vue. Tout ce qui lui importe, c'est de plaire à sa base électorale pour garder le pouvoir. Son travail en Arabie, au SCRS et son association avec Porter ainsi que la préparation de son départ comme ministre de la Santé, nous permet de confirmer quel genre de personnage, il est.

  • Marc Levesque - Abonné 18 février 2017 14 h 00

    "quand il siège au tribunal, il n’agit pas à titre personnel mais comme représentant de l’État. Et il n’est pas déraisonnable de lui interdire la kippa au nom de l’apparence d’impartialité"

    J'aime mieux priviligier les actions qui même a plus d'impartialité, que des actions qui mêne seulement à plus d'apparence d'impartialité.

    • André Nadon - Inscrit 19 février 2017 05 h 22

      M. Lévesque, il faut commencer quelque part. L,apparence de neutralité est un début nécessaire et devrait être obligatoire pour une saine justice.
      La compétence des agents de l'État se vérifie à un autre niveau et est corroborée dans les actions de ces agents.

    • Marc Levesque - Abonné 20 février 2017 17 h 40

      M. Nadon,

      "il faut commencer quelque part"

      C'est sur qu'on peut apporter des améliorations à la gestion public et que le système de justice est toujours en évolution, mais je ne crois pas qu'il y a un problème qu'on a manqué.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 18 février 2017 14 h 50

    Belle lettre

    Bravo !

  • Marc Levesque - Abonné 18 février 2017 16 h 11

    "quand il siège au tribunal, il n’agit pas à titre personnel mais comme représentant de l’État. Et il n’est pas déraisonnable de lui interdire la kippa au nom de l’apparence d’impartialité"

    J'aime mieux priviligier les actions qui mènent a plus d'impartialité que des actions qui mènent seulement à plus d'apparence d'impartialité.

    • Marc Therrien - Abonné 18 février 2017 21 h 11

      Effectivement M. Lévesque.
      J'en suis en mon 2ième appui à votre opinion aujourd'hui.
      Peut-être quelque chose à voir avec le prénom Marc?

      Comme si un simple couvre-chef pouvait affecter la capacité de la tête qui le porte de juger avec compétence et selon le code en vigueur de la situation qui nécessite une décision d'autant plus que cette personne aura préalablement passé à travers un processus de sélection rigoureux et été choisie par des seniors de la profession pouvant attester de son professionnalisme.

      Nous n'avons pas le monopole des valeurs humaines les plus élevées et pouvons encore apprendre des autres.

      Marc Therrien

    • André Nadon - Inscrit 19 février 2017 05 h 43

      @Marc Thérrien, vous faites la même erreur que Couillard en confondant un couvre-chef vestimentaire et un couvre-chef religieux. La religion n'a pas sa place dans une fonction publique neutre et laïc, sinon les mots ne veulent plus rien dire.