L’offre du PQ traitée de haut par QS

Membre de Québec solidaire, j’ai été déçu de la manière dont a été reçue par mon parti l’initiative du PQ de ne pas présenter de candidat lors de l’élection partielle dans Gouin. Déçu parce qu’il me semble que, dans l’esprit qui l’anime, il s’agit d’un geste pavant la voie pour une éventuelle collaboration afin de chasser les libéraux du pouvoir en 2018. Cette initiative du PQ va d’ailleurs dans le sens d’un avis de proposition que j’ai fait parvenir il y a quelques semaines aux instances de mon parti et qui s’énonce de la manière suivante. « Le devoir que nous nous faisons de chasser les libéraux du pouvoir lors de l’élection de 2018 ne pourra concrètement se réaliser sans que des ententes aient lieu entre les partis d’opposition. » Tout en me montrant théoriquement d’accord avec les conditions posées par Québec solidaire pour se rallier dans l’élection de 2018 à un ou d’autres partis, il me semble que la convergence ne pourra se faire sans accepter certains compromis. Une étape de convergence pourrait consister tout simplement à laisser la place au parti qui a la meilleure chance de battre le candidat du Parti libéral. Ce qui veut dire ne pas présenter de candidat QS dans les circonscriptions soit par tradition acquis à un des trois autres partis, soit là où la lutte pourrait s’annoncer serrée. Dans une prochaine assemblée des membres, j’aimerais donc faire la proposition suivante : « Dans un esprit de collaboration minimale entre les partis d’opposition pour battre les libéraux, je propose que notre parti choisisse de ne pas faire la lutte contre un candidat qui, quel que soit son parti, souverainiste ou non, progressiste ou non, a des chances de battre celui du Parti libéral ». Oui, l’attitude de QS en réaction à la décision du PQ me déçoit. Elle parle de rigidité, d’illogisme et de déconnexion de la réalité. Navrant.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

29 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 17 février 2017 03 h 42

    L’offre du PQ : Un cadeau de Grec


    Vous n'avez pas à être navré de la réception de QS M.Rheault,

    Puisque ce cadeau de Grec de la part du Parti Québécois - qui endette QS sans rien lui donner en retour - ne nous avance à rien pour combattre le Parti libéral.

    Québec Solidaire disposant d'une avance de près de 10,000 voix de majorité dans Gouin, alors que le Parti libéral n'a reçu que 17% des appuis.

    - En quoi le retrait du PQ conbtriburait-il d'aucune manière à combattre le Parti libéral?

    Christian Montmarquette

    Gouin - Résultats officiels 2014 :

    http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/provinci

    ,

    • Cyril Dionne - Abonné 17 février 2017 07 h 44

      Il y a avait 10 000 voix. Ce temps est résolu. Les gens sont passés à d'autre chose.

    • Stéphane Melançon - Abonné 17 février 2017 08 h 02

      Le résultat de l'intransigeance de QS est la réélection du PLQ. Je partage la déception de M. Rheaut. L'idée de subir les libéraux pendant encore 4 ans devient difficile à supporter, vous ne trouvez pas ?

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 17 février 2017 09 h 03

      Comme M. Rheault dit: "Dans l'esprit qui l'anime..." Difficile à saisir de vouloir chasser les libéraux....

    • Gilbert Turp - Abonné 17 février 2017 09 h 26

      Encore occupé à concurrencer le PQ pendant que le parti Libéral efface le comté de Manon Massé ?

    • Christian Montmarquette - Abonné 17 février 2017 12 h 52

      À ce que je vois, certains péquistes sont toujours aussi incapables de regarder la réalité en face et d'admettre les faits.

      Dans les circonstances, pas étonnant que ce parti désormais targué de "conservateur" et "figé" par une de ses propres figures de proue soit incapable de progresser et ait encaissé son pire score électoral depuis 1970 aux dernières élections générales de 2014.

      Il faut dire que ça ne doit pas être facile de grimper dans les poteaux pour clouer des pancartes avec une moyenne d'âge de 61 ans.

      Christian Montmarquette

    • Jacinthe Ménard - Inscrite 17 février 2017 14 h 33

      Monsieur Turp tient un point que vous auriez intérêt à considérer plus sérieusement. Votre attitude est sidérante. Pendant qui les libéraux s’emploient à éradiquer toute opposition, aussi petites soit-elle, vous qualifiez de cadeau de Grec la décision du PQ. Ce n’est peut-être pas une main tendue ni une concession qui est faite à vos yeux. Il demeure que c’est déjà bien plus que certains membres du PQ étaient prêt à vous donner. Au minimum, il aurait été bienvenue de parler d’une tentative de rapprochement ou d’un geste de bonne foi.
      J’espère que vous comprenez que de continuellement vilipender le PQ ne peut que contribuer à vous discréditer et, ultimement, faire de votre parti un ennemi aux yeux d’une majorité des partisants du PQ. Il est vrai que nous avons tendance à être bonaces et à tendre l’autre joue, mais vous seriez aviser de ne pas trop tenter votre chance.

      David Lévêsque

    • Gilles Gagné - Abonné 17 février 2017 14 h 45

      M. Montmarquette, vos commentaires donnent parfaitement raison à cette sortie de M. Reault. Je lis dans vos commentaires que hargne et agressivité et par cette attitude vous vous éloignez constamment du but: sortir les libéraux.

      Vous dénoncez le virage à droite du PQ depuis Bouchard et ignorer sur son repositionnement récent, une telle ignorance ne vous fait pas honneur, vous me rappelez le slogan des fédéralistes au référendum de 80 qui disait: ''de toutes façons c'est non''. Une déplorable attitude devant un sujet qui mérite de plus positives discussions, à un moment donné il faut avoir le courage de voir qu'il faudra marcher sur la peinture pour sortir de son coin.

    • Patrick Boulanger - Abonné 17 février 2017 15 h 02

      @ M. Dionne

      « Les gens sont passés à d'autre chose. »?

      M. Dionne, je vous invite à lire cet éditorial du Devoir qui ne va pas dans le sens de votre commentaire : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/491690/co

    • Serge Morin - Inscrit 17 février 2017 16 h 01

      Ne grimpe plus dans poteaux mais aux rideaux.
      On dirait

    • Jean Jacques Roy - Abonné 17 février 2017 20 h 33

      Monsieur Montmarquette, comme vous je ne crois nullement que JFL soit en train de faire un cadeau à QS si on pense aux prochaines élections dans Gouin. Et voici sur quels arguments je me base.

      1- Je ne crois pas que Monsieur Lisée voit quelqu'avantage de risquer de brûler un candidat vedette face au candidat ou à la candidate qui remplacera Françoise David. Vaut donc mieux pour le porque que se soit QS seul qui s'affronte aux 2 autres partis de la droite.

      2- Qui dit que JFL désire l'élection d'un candidat ou une candidate QS? En ne présentant pas de candidat dans Gouin, le PQ ne favorise pas du même coup la CAQ et le PLQ, ses deux frères néolibéraux?

      3- En effet, si j'en juge par la teneur des commentaires des péquistes opposés et hostiles au programme et aux député-es QS, je pense que ces électeurs et électrices resteront chez eux le jour du vote... à moins d'aller voter pour le ou la candidate de la CAQ. Les idées du nationnalisme identitaire et du programme néolibéral se retrouvent aussi bien dans la CAQ que chez une sérieuse portion de la clientèle électorale du PQ.

      Bref, je ne crois pas qu'en politique n'existent de "cadeaux". JFL a trop bien connu Robert Bourassa pour ne pas appliquer ses recettes... Croyez-moi ni Lisée, ni l'establishment péquiste ne font de cadeaux à QS. Si JFL ne présente pas de candidat en Gouin c'est qu'il comprend qu'il gagne davantage politiquement en étant absent... qu'en étant présent et risquer de confronter ses adversaires sur sa droite et sa gauche.

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 18 février 2017 04 h 22

      C.. Montmarquette, vous dites: "Il faut dire que ça ne doit pas être facile de grimper dans les poteaux pour clouer des pancartes avec une moyenne d'âge de 61 ans. "

      Voilà que le "grand" Montmarquette fait maintenant de l'âgisme. Bravo à ce noble défenseur de l'égalité, membre du non moins noble progressisste Québec solidaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 février 2017 11 h 41

      À Jean Jacques Roy,

      "Si j'en juge par la teneur des commentaires des péquistes opposés et hostiles au programme et aux député-es QS, je pense que ces électeurs et électrices resteront chez eux le jour du vote... à moins d'aller voter pour le ou la candidate de la CAQ." - Jean Jacques Roy


      Cher Monsieur Roy,

      - Que voilà enfin une analyse pertinente et solidement argumentée!

      Ce n'est d'ailleurs pas d'aujourd'hui qu'on le dit dans la gauche. Nombre de péquistes détestent davantage Québec Solidaire que la CAQ ou même les libéraux!

      Et pour cause, leurs politiques néolibérales se ressemblent à un point tel, qu'on peine à les différencier les unes des autres.

      Et d'autant plus quand on sait que PQ =

      Coupures dans l'aide sociale; déduction des pensions alimentaires aux enfants des prestations d'aide sociale; désinstitutionnalisation et mise à la rue des malades mentaux sans services et sans suivi; 10 milliards par année de cadeaux aux banques et aux multinationales; 800 millions en cadeaux pour les multinationales minières étrangères en 2013; rejet de Pharma-Québec; augmentations records des tarifs d'électricité; libre-échange néolibéral; dogme du déficit zéro; politiques d'austérité; attaques aux services publics par le retrait de 17,000 employés.es en Santé et en Éducation; attaque aux syndicats et coupures de 20% salaires de la fonction publique par René Lévesque ; développement du gaz de schiste à Anticosti; construction d'une centrale électrique à Val-Jalbert; 2 millions de fraudes électorales; système de prête-noms avec SNS-Lavalin; deux arrestations par l'UPAC dont l'attaché politique de Pauline Marois; rejet du scrutin proportionnel en 2011; trahisons d’engagements électoraux : maintien de la taxe-santé; augmentation des frais de scolarité et coupures dans l’aide sociale entre 2012 et 2014.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 février 2017 11 h 45

      À Jacinthe Lafrenaye,

      "Voilà que le "grand" Montmarquette fait maintenant de l'âgisme."

      Pas besoin d'avoir de l'âge pour être vieux, conformiste et conservateur.

      Léo Bureau-Blouin, ce Benjamin Button du PQ était parfaitement capable de le faire.

      Christian Montmarquette

  • Jacques Lamarche - Inscrit 17 février 2017 05 h 14

    La ligne de parti doit s'effacer! C'est le prix à payer!

    Le clivage idéologique est trop marqué pour espérer un mariage achevé! Laissons de côté les préjugés, l'animosité, les calculs alambiqués! Sinon, encore, le pouvoir tombera de l'autre côté!

  • Gilles Delisle - Abonné 17 février 2017 07 h 40

    Un jour peut-être!

    Il y aura suffisamment de membres de QS assez lucides pour comprendre l'inutilité de continuer la guéguerre entre les forces progressistes du Québec. Pendant ce temps, les Libéraux peuvent déjà entrevoir leur réélection prochaine. Le temps est précieux au Québec, et on n'a plus les moyens de s'enfermer dans des combats idéologiques stériles qui permettent à certains de se valoriser au détriment d'un renouveau politique urgent et nécessaire. Qu'on se bouge!

    • Patrick Boulanger - Abonné 17 février 2017 15 h 26

      M. Delisle, le qualificatif « progressiste » ne s'applique pas toujours au PQ. Un parti progressiste ne coupe pas dans l'aide sociale pour équilibrer les finances publiques. Un parti progressiste ne donne pas son appui à Enbridge et à son oléoduc au Québec (le PQ s'est positionné pour...). Et un parti progressiste, à mon sens, ne se positionne pas pour l'augmentation des frais de scolarité universitaires comme l'a fait le PQ la dernière fois qu'il a pris le pouvoir (l'indexation péquiste...).

    • Serge Morin - Inscrit 17 février 2017 15 h 58

      On verra à leur congrès en mai.
      Dernier essai, sinon on est reparti pour un dérapage en règle.
      Mais cela se présente mal.

    • Gilles Delisle - Abonné 17 février 2017 20 h 29

      M. Boulanger,
      Je suis heureux de constater que des membres de QS, comme M. Rheault, refusent de rester engluer dans leur position partisane, préférant essayer de faire avancer le débat et la lutte, avec tous ceux qui veulent sortir le Québec de ce marasme libéral, qui se maintient au pouvoir gräce à la division des forces du renouveau.

    • Patrick Boulanger - Abonné 18 février 2017 10 h 21

      @ M. Delisle

      M. Delisle, je remettais simplement en doute le choix du mot « progressiste » pour qualifier le PQ. Cela dit, les « forces du renouveau »,le PQ en fait-il parti selon vous?

  • Jean-François Trottier - Abonné 17 février 2017 07 h 51

    À chacun sa réalité

    Ce qui me rend le plus triste n'est pas l'entêtement de QS. Il était absolument prévisible. C'est plutôt une question d'attitude.

    Un exemple. Le PQ a décidé de ne pas présenter de candidat dans Gouin. Évidemment cette idée n'est pas parfaitement "propre", c'est de la politique! Si tout le monde était d'accord, il n'existerait pas de parti... À la base, il reste que ce n'est pas qu'une apparence d'ouverture. C'EST une ouverture!
    Or, QS chique la guenille, fait des procès d'intention... Un comportement d'ado boutonneux. Le seul geste raisonnable était de faire bonne figure en public, puis de retourner se battre tout de suite sur le terrain pour aller cherche tous les votes possibles en provenance du PQ. Maintenant, combien n'iront pas voter du tout ?

    Même, QS aurait pu faire "offre ouverte" aux membres du PQ de travailer ensemble à l'élection de leur candidat! Osé, peut-être, mais intéressant. En tout cas, la "pureté de position" de QS n'en aurait absolument pas été entachée. Eh non, ils ont braqué tout le monde. Pas fort.

    Là, non. Rien de rien et pire : cette façon de se démarquer à chaque instant et même rétrospectivement finit par ressembler à une crise d'identité, encore une fois... comme un ado.

    C'est là que ma réalité et celles de QS faussent : l'électorat de base de QS est formé en grande partie d'étudiants et de jeunes adultes qui viennent d'arriver sur le marché du travail. J'ai des enfants dans cette tranche d'âge et je constate chaque jour comment mon vocabulaire et le leur sont différents.

    Je sais que cet écart est en partie voulu de leur part, question de créer une distance saine pour se développer à leur manière, et je suis d'accord malgré tout. Mais dois-je accepter la même attitude chez un parti ?

    Permettez-moi d'en douter. "Être contre" tout le temps pour se différencier fait de ce parti une mode, l'histoire d'une génération... et puis rien.

    Alors cette quéguerre se résoudra sur le terrain et chez les membres, sûrement pas au som

    • Christian Montmarquette - Abonné 17 février 2017 13 h 21

      À Jean-François Trottier,

      "Un comportement d'ado boutonneux." -Jean-François Trottier

      J'ai trouvé ce commentaire tellement déplacé et insultant que vous ne faites que confirmer mon choix de rejeter le Parti québécois. Ce parti aussi rétrograde que dépassé, et ce, de la tête jusqu'aux racines à ce que vois.

      Sachez alors, que je préfère, et de loin, de "jeunes boutonneux" comme vous le dites si respectueusement, qui ont tout l'avenir devant eux, aux vieux acariâtres frustrés et autres tripoteux d'élections d'une autre époque qui ont 61 ans de moyenne d'âge et déjà un pied dans la tombe, qui plus est, qui ne feront que remplacer les néolibéraux rouges du Parti libéral par des néolibéraux bleus du Parti québécois.

      Il est plus que temps que ça change, et que le PQ dégage, et pas à peu près!

      Christian Montmarquette

    • Jean-François Trottier - Abonné 17 février 2017 17 h 39

      Tel que prévu... Je vous laisse à vos préférences sans aucun problème, M. Montmarquette.
      Je ne crois pas avoir nommé les miennes d'ailleurs mais... peut-être que vous ne me (hum...) "suivez" pas ? Alors c'est réciproque.

      J'insiste, vous n'avez aucune, mais aucune idée de mes préférences.

      Je vous laisse à vos procès d'intention. C'est sur ce terrain que vous vous déployez au mieux.

    • Jean-François Trottier - Abonné 17 février 2017 19 h 39

      En fin de compte. M. Montmarquette, je dois vous remercier pour une illustration si lumineuse de mes propos.

      Vous m'en voyez étonné et ébahi.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 17 février 2017 12 h 56

    M,Marcel Rheault de Saint-Pascal

    pouvez-vous demander a des membres de QS d'arreter d'etre négatifs et de coopérer pour se libérer des libéraux toxiques du chef Couillard .Ensuite on verra pour la suite des choses si on veut vraiment notre pays .Oui ou non.