Rumeur glaciale en provenance d’Alaska

Sarah Palin, ex-candidate républicaine à la vice-présidence américaine et notoire « Hockey Mom », a toujours appuyé le lobby des armes à feu qu’est la National Rifle Association. Elle chassait les grizzlis dans sa cour et apercevait la Russie de sa maison. Elle serait la prochaine ambassadrice des États-Unis de Donald Trump… à Ottawa. Wow, go go go, les Ottawa Senators et les Capitals de Washington !

Voilà maintenant une très bonne raison pour les premiers ministres Couillard et Trudeau de construire au plus tôt non pas un, mais des murs, tant au nord qu’au sud, nous séparant de nos encombrants et de plus en plus gênants voisins. Comble d’ironie totale et sublime, le Bloc québécois à Ottawa aura dorénavant une nouvelle alliée de choix pour l’indépendance du Québec…

En effet, lors de la campagne à l’élection présidentielle américaine et selon le crédible New York Times de septembre 2008, Sarah Palin a été partisane avec son mari — pendant au moins deux ans, au début des années 1990 — du Parti pour l’indépendance de l’Alaska (AIP). Aux États-Unis, l’AIP est affilié nationalement au Parti de la Constitution conservateur. Son programme est notamment la sécession de l’Alaska des États-Unis, rien de moins.

À voir en vidéo