Via Rail mérite-t-elle Montmagny?

De passage à Montmagny récemment pour la présentation d’une conférence animée autour de l’oeuvre de Félix Leclerc, quelle ne fut pas ma déception de constater de visu que la gare de cette superbe petite ville dynamique était fermée, arborant presque un petit air fantomatique.

Cette ancienne gare de Via Rail n’offre plus de service à sa clientèle sur place, mais le train y fait deux arrêts quelques jours en semaine : un le matin à 5 h en direction de Québec et un autre le soir autour de minuit pour l’aller en direction d’Halifax. Un arrêt pour les lève-tôt et un arrêt pour les couche-tard. Très pratique, n’est-ce pas ? En fait, le tout est adapté pour monsieur et madame Personne.

Qui plus est, on ne trouve aucun abri pour le client en attente de son train. Qu’il pleuve ou qu’il fasse une de ces tempêtes de neige, il faut attendre dehors, et à la noirceur, le train de cette compagnie de transport qui fait des millions en profits par année mais qui n’est pas foutue d’offrir un service adéquat et respectueux à sa clientèle. Via Rail aurait intérêt à se soucier un peu plus de ceux qui voyagent en région. Mais il semble bien que ce soit le dernier de ses soucis. Pour ma part, j’avais acheté à l’avance un billet pour un retour à Québec, fixé donc à 5 h.

Alors, la veille, je fis une belle promenade dans les rues du Vieux-Montmagny pour aller voir à l’avance le point d’embarquement. Voyant le côté désuet dudit lieu, qui était peu accueillant et mal déneigé, je décidai de revenir à Québec le lendemain en prenant un autobus qui partait à 11 h.

Mon petit boycottage de Via Rail m’a certes endetté d’une vingtaine de dollars, mais m’a permis de dormir quelques heures de plus et de siffloter, l’esprit plus reposé, Le train du Nord de Félix après un bon petit-déjeuner.

Dommage, parce que j’aime voyager en train. Et je me dis que Montmagny, ville aux volets culturel et patrimonial fort bien développés, mérite qu’on s’y arrête. Mais je me dis aussi que Montmagny ne mérite pas qu’on s’y arrête par train. Du moins pas dans l’état actuel des choses et aux heures proposées par Via Rail.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Gilbert Le Blanc - Abonné 8 février 2017 07 h 19

    Via tra la la...

    Malheureusement, le service de train est gravement déficient; on attend encore que le Gouvernement du Québec nous fasse part de son intention de rénover la voie ferrée entre Matapédia et Gaspé; le train d' Halifax-Montréal ne circule que trois jours par semaine dans les deux sens. Il y a quelques années on a fermé plusieurs gares dont celle de Montmagny. Mais globalement , contrairement à ce qui est dit dans cette lettre ,''le train de cette compagnie de transport qui fait des millions en profits par année...''Il survit sous respirateur des subventions versées par Ottawa.
    On mise sur le ''Corrodor Québec-Windsor'' et plus spécialement sur le trajet Montréal-Ottawa-Toronto. Ailleurs, sauf sur la prestigieuse liaison Toronto-Vancouver-,on est sous respirateur....
    C' est triste!
    Gilbert Le Blanc
    Hope Town

  • Luciano Buono - Abonné 8 février 2017 08 h 18

    Abandon de via rail

    Via Rail a abandonné tout l'est du Québec il y a de cela quelques années déjà. C'est bien dommage. À Rimouski, la gare sera intégré au marché public, c'est au moins ça de pris.

  • Sylvain Auclair - Abonné 8 février 2017 09 h 28

    Des millions de profits par année?

    En 2015, Via Rail a connu un déficit d'exploitation de 280 millions de dollars. Avec les dépenses en capital, c'est près de 400 millions de dollars qui lui ont été fournis par le gouvernement fédéral.

    Ces données sont publiques.

  • Jean Richard - Abonné 8 février 2017 10 h 06

    Des millions de profit ? Non, de pertes...

    « le train de cette compagnie de transport qui fait des millions en profits par année » – Via Rail n'est pas une compagnie de transport mais une société d'état, régie par le gouvernement fédéral. Comme toute société de transport public, Via Rail est subventionnée. C'est normal : après tout, la route est aussi subventionnée (les taxes sur l'essence sont loin de couvrir les dépenses énormes ne notre réseau de transport par route, réseau surdimensionné dans le cas du Québec.

    Via Rail, c'est une société d'état qui, par son statut, doit desservir le Canada d'un bout à l'autre, mais à laquelle on ne donne pas les moyens de le faire. Sans ce contrat politique (celui qui l'oblige à couvrir le territoire), Via Rail aurait depuis longtemps abandonné ces liaisons les plus coûteuses, et même des liaisons comme Québec-Montréal. Si Via Rail avait pu exploiter ses liaisons avec toute la liberté d'une société privée, elle se serait concentrée sur Montréal-Toronto, où elle aurait déployé des trains rapides, capables de concurrencer sérieusement l'avion. Montréal-Toronto en moins de trois heures serait une réalité.

    Soyons honnête : dans l'état actuel du transport des passagers en Amérique du Nord et surtout au Québec, le train n'est pas la meilleure façon de relier Québec à Montmagny. Le train est certe plus confortable que l'autocar, mais sur une distance aussi courte, ce supplément de confort prend moins d'importance.

    Montmagny mérite-t-elle un train ? Ce n'est pas la bonne question. Il faudrait plutôt se demander : Montmagny veut-elle d'un train ?

    • Sylvain Auclair - Abonné 8 février 2017 10 h 11

      En fait, macroécomniquement, le train devait être avantagé par rapport à l'autobus. Que la distance soit longue ou courte n'a pas vraiment d'importance, selon moi. Si on peut faire rouler un autobus avec quelques dizaines de passagers, on devrait pouvoir faire rouler un train ou une automotrice.