Une vérité parallèle

Le concept de « faits alternatifs » lancé par Donald Trump revient à dire que chacun a droit à son opinion et que toutes les opinions sont égales, ce qui est fallacieux. On peut avoir droit à son point de vue, mais le simple fait de l’exprimer ne le rend pas plus valable s’il est dénué de sens logique ou de référence à des faits avérés. Affirmer que toutes les opinions se valent sous-entend que tout le monde a tort et raison à la fois et que la vérité ne revêt plus aucune importance…

12 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 24 janvier 2017 01 h 38

    Bien venu au Nouveau Monde virtuel où tout est relatif, et où il n'y a plus de valeurs ni de vérité! C'est seulement l'argent et le pouvoir qui comptent.

  • Marc Lacroix - Abonné 24 janvier 2017 05 h 20

    Justification a posteriori !

    Le Monsieur a tellement raconté de faussetés qu'il tente par tous les moyens d'expliquer qu'il n'est pas qu'un menteur invétéré, mais plutôt une sorte de Diogène moderne. Ce qui est malheureux, c'est qu'un président en fonction qui dit, ou fait dire, de telles âneries, perd toute crédibilité, s'il en a déjà eu...

    Si des gens estiment que: "chacun a droit à son opinion" et que "toutes les opinions se valent", je les invite à visiter cette page web d'un prof de CÉGEP:

    http://pages.infinit.net/jnr/argument/s1princ.htm

    Oui, Trump offre tout..., pour décourager les adultes de la politique.

  • Michel Lebel - Abonné 24 janvier 2017 07 h 31

    Une recette gagnante!

    Les ''faits alternatifs'' sont tout simplement des faussetés ou des mensonges. C'est la marque de commerce de Trump et cie. Ça ne devrait pas changer: cet histrion a gagné ses élections avec cette recette de faussaire!

    M.L.

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 24 janvier 2017 09 h 28

      Nos premiers ministres, autant au Québec qu'au Canada, nous font toujours "consciemment" de belles promesses pendant leur campagne électorale.

      En voici une qui me revient souvent à la mémoire: Jean Charest qui promet de faire indiquer si, dans nos boustiffailles, il y aura des OGM. Une fois élu, il a aussitôt dit que cela relève d'Ottawa. Y a-t-il quelqu'un qui a cru qu'il ne le savait pas en campagne électorale?

  • Colette Pagé - Inscrite 24 janvier 2017 10 h 57

    Menteur pathologique !

    Menteur pathologique et sociopathe, tels sont les qualificatifs utilisés par le biographe de Donald Trump.

    Sans oublier narcissique, racisme, xénophobe qui abhorre les pauvres, les musulmans, les mexicains, les femmes journalistes et qui aiment s'entourer de gens qui lui ressemblent, principalement des hommes, dont la cupidité est la qualité première : milliardaires qui s'est bien connu se porteront naturellement à la défense de la classe moyenne et des laissés-pour compte sans oublier les faucons va-t-en-guerre si prêts des lobbys de l'armement.

    Il est intéressant de constater que l'un des premiers gestes posés par le nouveau Président a été de faire changer les rideaux de la fenêtre derrière son bureau : passant du rouge au doré pour lui rappeler son appartement bling bling et de mauvais goût rempli de dorures de la Tour Trump. Partant delà, ses électeurs naïfs désenchenteront rapidement lorsqu'ils constateront que les baisses d'impôts promis profiteront d'abord et avant tout aux riches et aux entreprises dont notamment, il ne faut jamais l'oublier, celles dont il est propriétaire. N'est-on mieux jamais servi que par soi-même ! Conflits d'intérêts en perspective !

  • Jana Havrankova - Abonnée 24 janvier 2017 11 h 01

    « Fait alternatif »: un oxymoron

    Il est possible d'avoir une opinion ou une explication alternative, mais un fait demeure un fait : une chose observable, démontrable.

    L'élection de Trump est un fait : l'explication de ce fait peut varier.

    Les médias devront relever toutes les faussetés proférées par Trump et son entourage, mais ne doivent succomber à l'hystérie. Il faudra procéder avec calme et rigueur.