Qui se souvient?

Déjà au printemps 2016, le projet de la Caisse m’inquiétait : je voyais le frétillement jubilatoire quant aux profits à prévoir pour certains, les risques futurs assumés par la Caisse reliés à l’achalandage du réseau. Même avec mes maigres connaissances, je constatais l’improvisation quant au trajet du REM, aux liens ou pas avec le métro, au peu de questionnement sur l’environnement, etc. Il n’y avait pas de projet d’ensemble. Au mois d’août, la Caisse prévoyait un achalandage de 144 %. Plusieurs ont mis en doute ces chiffres mirobolants. Je me rappelle la crise financière de 2008, la perte de 40 milliards due aux placements spéculatifs de la Caisse. (Ils avaient changé les règles du jeu.) Quelques années plus tard, ces économistes pas économes pour l’argent des autres osaient dire que la Caisse avait épongé cette perte. Mais pour moi, il y aura toujours 40 milliards en moins dans nos fonds de pension, dans la Régie des rentes, etc. Actuellement, sous prétexte de stimuler l’économie du Québec, on engage des milliards sans vraiment se soucier des intérêts du Québec. Ils n’ont rien appris, ou tout compris ? Le premier ministre Couillard préfère mettre en doute le BAPE. Il nous démontre vraiment de quel côté penche son intérêt personnel. Comment se fait-il que nous n’ayons pas davantage de mémoire ? À quand la rue ?


 
11 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 23 janvier 2017 01 h 32

    Chercher l'erreur!

    Et, oui, Madame Archambault, on a une mémoire très courte! On a déjà oublié le fiasco du CHUM, cette monstruosité qui a couté une fortune aux contribuables et la corruption de ceux qui s'y chargeaient, tel que M. Porter!

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 23 janvier 2017 11 h 40

      Et, oui, Madame Alexan, pour faire des placements à risque et nous faire perdre 40 milliards, le premier ministre du Québec "John James Charest" et ses sbires avaient fait modifier la loi de la CDPQ et dans l'année qui suivait les Québécois perdaient 40 milliards et M. Henri Paul Rousseau président de la CDPQ devenait le vice-président des compagnies de Power Corporation.
      Il n'y a pas d'erreur, tout a été planifié pour encore subtiliser d'une façon ou d'une autre les Québécois.
      Vous savez Mme Alexan l'histoire nous confirme que les partis libéraux ont été fondés par et pour les WASP et leurs complices. WASP: pour les Anglo-Saxons blancs et protestants.

    • Robert Beauchamp - Abonné 23 janvier 2017 13 h 20

      Afin d'éviter une pression négative éventuelle sur l'état des finances publiques appelé déficit zéro, abracadabra: Pigeons dans le bas de laine et le tour est joué. Bien malin qui découvrira l'impact financier sur un rendement diminué dans le grand tout des revenus de la Caisse. Une arnaque au grand jour. Faudrait voir qui compose le c/a de la Caisse et les liens de tous et chacun.

  • Pierre Deschênes - Inscrit 23 janvier 2017 06 h 37

    Les siphonneurs

    J'ai souvenir que M. Henri-Paul Rousseau, alors directeur de la Caisse ("le siphonneur de la Caisse", comme l'avait surnommé Richard Le Hir), avait réussi à tirer son épingle du jeu en expliquant aux simples députés qui l'interrogeaient les raisons savantes à l'origine de la "tempête parfaite" qui avait balayé 40 milliards des économies des Québécois d'un simple coup de vent. Quant au rejet immédiat par le premier ministre des conclusions du rapport du BAPE, cela démontre clairement, si besoin était, le peu d'importance, voire le mépris, que le premier ministre accorde à cette instance.

    • Pierre Raymond - Abonné 23 janvier 2017 10 h 52

      ...et parlons donc des 54 milliards siphonnés de l'assurance-emploi par le gouvernement fédéral.

      Autant de raisons pour « être fiers-ères » de nos belles institutions démocratiques !!!

  • Jean-Luc Malo - Abonné 23 janvier 2017 10 h 23

    Merci de ce nouvel éclairage

    Vous avez tout à fait raison de cibler l'investisssement de la Caisse, notre bas de laine, dans ce débat. Subventionner à même notre fonds de retraite public un projet qui pourrait être un gouffre financier et qui ne serait pas utile vraiment aux Québécois et Montréalais n'est pas raisonnable. À ce propos, il serait beaucoup plus justifié de financer le prolongement de la ligne bleue du métro vers l'est que l'on attend depuis des lunes après combien de promesses du gouvernement du Québec. On est au moins sûr qu'il y aura du monde alors que pour le REM, rien de plus imprévisible.
    Jean-Luc Malo
    abonné

  • François Doyon - Inscrit 23 janvier 2017 10 h 51

    Mirabel!

    Il n'y avait pas plus beaux projets! Le Québec, plaque tournante de transport aérien! Lancé en 1969, inauguré en 1975, démoli en 2014.
    Projet mal ficelé dès le départ. Notre devise: "Je me souviens". Permettez-moi d'en douter.

  • François Beaulne - Abonné 23 janvier 2017 13 h 50

    Commission parlementaire et référendum

    Merci Madame Archambault de nous rappeler ces réalités. J'ajouterais que si la Caisse a commis ces énormes erreurs financières dans un secteur qui est inscrit dans son mandat, que nous réserve ce REM mal ficelé, dans un mégaprojet de transport collectif qui ne fait pas partie de son mandat et pour la planification et la gestion duquel elle n'a aucune expertise.
    Raison de plus pour exiger une Commission parlementaire spéciale pour faire le tour du jardin et de le soumettre à un référendum pour approbation.