Anniversaire controversé

Une étude californienne a démontré récemment que, lorsque ses opinions politiques sont remises en question, le cerveau déclenche une réaction de résistance, de défense, comme s’il s’agissait d’une croyance religieuse. Cette constatation nous aide à comprendre pourquoi les discussions politiques sont si souvent des dialogues de sourds. La décision récente du Parti québécois de s’attaquer aux Fêtes du 150e du Canada a de quoi laisser songeur dans cette perspective. De prime abord, cette attaque s’apparente à un père qui, pour souligner le diplôme universitaire de son fils, y irait d’un discours martelant le fait qu’il a pris de la drogue à 14 ans. Pas le bon sujet et pas le bon moment. Puis surtout, si on accepte le fait que tel discours n’ébranlera pas les convictions fédéralistes des uns, il pourrait refroidir certains souverainistes, qui y verront un discours négatif et clivant, bien plus près d’une religion de haine que du désir de pays. Les Québécois, en 2017, ont le goût de rêver, de donner le mieux à leurs enfants, ils n’ont vraiment pas le désir de donner des cauchemars aux autres. Le Parti québécois devrait ranger cette malheureuse idée avant que les derniers convaincus désertent le bateau.

À voir en vidéo