La société verbalisée

Vous traversez la rue alors qu’il n’y a aucun trafic : amende !

Vous retournez chez vous en métro avec vos skis de fond parce que la neige du matin a fondu : amende !

Vous tournez à droite au feu orange de façon tout à fait sécuritaire : amende !

Vous n’enregistrez pas votre chat : amende !

Votre chat a furtivement pris l’air : amende, qui vous est envoyée grâce à son récent enregistrement obligatoire !

C’est vrai, nous vivons dans un environnement protégé, où la santé et la sécurité sont généralement bien assurées, mais tout cela coûte cher. Et il semble que la société se rattrape en nous verbalisant à outrance, pour un oui ou pour un non. Morale de l’histoire, et message adressé par notre société aseptisée : si vous ne voulez plus vous ruiner en contraventions, ne sortez plus, restez chez vous et enfermez-vous à double tour !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

6 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 16 décembre 2016 07 h 46

    Immunité

    Vous truquez les contrats auprès d'une ville : immunité.
    Vous mentez lors d'une campagne électorale : immunité.
    Vous connaissez personnellement le DPCP : immunité.
    Vous faites partie des forces policières : immunité.
    Vous êtes l'organisateur politique d'un ministre important : immunité.

  • Jean-François Trottier - Abonné 16 décembre 2016 08 h 37

    Le nombril des uns...

    "...de façon tout à fait sécuritaire..."

    Joli comme tournure. Vous êtes seul maître de savoir si vous avez transgressé la règle correctement ou pas.

    Si vous l'avez fait "de façon tout à fait sécuritaire", alors vous avez certainement vu la voiture de police qui restait au coin en attente justement des contrevenants.

    Si vous l'avez vue, pourquoi l'avez-vous fait ?
    Si vous ne l'avez pas vue, êtes-vous sûr que vous avez vraiment tout vu ?
    Si vous avez tourné sur un feu orange, alors, je regrette, vous n'avez pas tout vu, voiture banalisée ou pas, sinon vous auriez pris votre temps et ... le feu aurait touné au rouge. Platte, hein ?

    Tourner sur un feu "orange", c'est prendre un risque. Un risque. En voiture. Je sais pas, il me semble que quelque chose cloche dans ces mots : "Un risque en voiture".

    Quant à votre chat... les chats sont parmi les meilleurs chasseurs de monde animal. Les statistiques disent qu'environ 134 millions d'oiseaux sont tués par des chats chaque année au Canada. D'autre part, mes enfants sont allergiques aux chats.

    Alors, votre &?%%& matou, ou bien vous payez pour l'avoir, ou bien selon la liberté que vous prônez je vais aller te me vous le noyer avec plaisir et devant vous, et surtout sans la moindre contravention. Ben quoi !!!

    Ben non, je ne ferai jamais ça. Pas moi.

    • Sylvain Auclair - Abonné 16 décembre 2016 14 h 56

      En effet, il est illégal de passer sur un feu orange; sur un feu jaune, on doit arrêter, sauf si c'est impossible. Sinon, pourquoi ne pas sur un feu rouge, si c'est fait «de façon sécuritaire»? Puorquoi ne pas aller à 170 km/h sur l'autoroute, si c'est fait «de façon sécuritaire»? Pourquoi ne pas conduire après avoir bu, si c'est fait «de façon sécuritaire»?

    • Christian Montmarquette - Abonné 16 décembre 2016 22 h 20

      À Jean-François Trottier,

      "Si vous l'avez fait "de façon tout à fait sécuritaire", alors vous avez certainement vu la voiture de police qui restait au coin en attente justement des contrevenants..." - Jean-François Trottier

      Les flics se cachent pour vous pincer, c'est bien connu!

      Et s'ils sont dans votre dos, il est possible de traverser de manière sécuritaire sans les avoir vu.

      Une fois de plus, vous dites n'importe quoi pour faire applaudir votre recitude par les conformistes de tous acabits.

      Alors sachez qu'il existe aussi des règles idiotes qui génèrent plus de risques qu'elles ne les réduisent.

      - Si les gens apprennaient à conduire avec leur tête, au lieu des règles, nous serions tous bien davantage en sécurité.



      - CM

  • Marc Therrien - Abonné 16 décembre 2016 10 h 18

    La peur du chaos

    Parmi les grandes peurs de l'humain, il y a celle du chaos. Les plus anxieux diront par exemple: «si tout le monde arrive avec ses skis dans le métro, ça va avoir l'air de quoi?» et seront partisans de la loi, de l'ordre et de la discipline jusqu'à en faire parfois une obsession.
    Tout comme le vice, l'indiscipline rapporte à notre gouvernement bienveillant qui représente la volonté de la société de jouir de la vie, tranquille et en paix. Quand on fait le compte de nos soucis et peurs et qu'on le compare avec la situation en Syrie, on est tenté de penser que malgré tout, «ça fonctionne pas trop mal chez nous» .

    Marc Therrien

  • François Beaulé - Abonné 16 décembre 2016 10 h 26

    Vous confondez Ville et société

    La répression qui s'exerce sur vous provient de l'administration municipale et de la police. La société est vous et moi et nous tous. Ne confondez plus l'État et la société !