Une promesse à rompre

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau pourrait malheureusement rompre sa promesse de modifier le mode de scrutin fédéral, mais tient toujours mordicus à celle de n’imposer aucun péage sur le futur pont Champlain, même si l’absence de péage y fait augmenter le nombre de véhicules de 23 %. Quand je pense qu’il y a un péage sur le pont de la Confédération et qu’il y en aura aussi un sur le futur pont Gordie-Howe entre Windsor et Détroit. Cherchez l’erreur ! Alors que le Canada vient de signer l’entente de Paris sur le climat, M. Trudeau envoie aux Canadiens un message pour le moins contradictoire.

Contrairement à l’opinion dominante, je suis d’accord avec le principe du péage sur le nouveau pont Champlain. À mon avis, nous devons rendre la vie un peu plus difficile aux automobilistes et camionneurs qui, tous ensemble, sont de grands pollueurs. Un pont payant inciterait au covoiturage, au transport en commun et contribuerait quelque peu à faire diminuer l’étalement urbain, bref, à convaincre des Montréalais de rester à Montréal. Seuls les véhicules électriques seraient libres de passage.

Non seulement le gouvernement libéral devrait maintenir la décision des conservateurs d’imposer un péage, mais il devrait aussi envisager la possibilité d’aménager en même temps un péage sur le pont Jacques-Cartier, que le fédéral administre aussi. […]

En fait, il devrait y avoir des péages sur tous les grands ponts du Québec, aux fins d’entretien et de reconstruction. Sans oublier certaines autoroutes conçues exprès pour les banlieusards. Aux utilisateurs de payer dans ces cas. Ceux qui ne les empruntent pas n’ont pas à casquer.

À voir en vidéo