Investir dans le développement de la petite enfance, ça marche!

Le développement de la petite enfance, ici comme ailleurs dans le monde, favorise l’avenir économique en permettant aux enfants de réaliser leur plein potentiel. Des études révèlent que le coût-bénéfice des interventions en nutrition est de 1 pour 16. Source de fierté, le Canada est un chef de file dans la lutte contre la malnutrition. Pour ce qui est de l’enseignement préscolaire, autre pierre angulaire du développement de la petite enfance, le rendement est de 1 pour 10. Par contre, le financement du Canada n’est pas à la hauteur dans ce domaine. Comme l’enveloppe de l’aide publique au développement est insuffisante, nous devons présentement choisir entre l’une ou l’autre des initiatives critiques d’allégement de la pauvreté. Comme recommandé dans le Rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de 2016, nous devons augmenter les dépenses d’aide publique au développement, dès cette année, pour atteindre 0,35 % du revenu national brut d’ici 2020.

Monsieur le Ministre Morneau, cela serait un merveilleux cadeau de Noël pour les enfants les plus pauvres !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.