Élections scolaires: deux tiers des Québécois sont pour leur abolition

En juillet dernier, Léger Marketing a posé la question suivante à 1001 Québécoises et Québécois pour le compte de L’actualité et de l’Institut du Nouveau Monde, qui lançait jeudi dernier l’édition 2017 de L’état du Québec. On y lit la question suivante :

Croyez-vous que les élections scolaires devraient être abolies ou maintenues ?

Voici la réponse des Québécois :

– Maintenir les élections scolaires : 20 %

– Abolir les élections scolaires : 46 %

– Cela m’indiffère : 19 %

– NSP / refus : 15 %

Le projet de loi 86, abandonné en cours de route, prévoyait précisément l’abolition du suffrage universel au profit d’une formule complexe de nomination des commissaires. Et parmi les 34 % de répondants qui ont dit avoir lu, vu ou entendu des informations sur ce projet de loi, 52 % se sont prononcés pour l’abandon et 30 % pour leur maintien.

Ce sondage ne dit rien du fondement des positions des répondants. Mais chose certaine, un gouvernement qui reprendrait l’idée d’abolir les élections scolaires ne créerait guère de remous : deux tiers des Québécois sont d’accord ou indifférents quant à la question !

Ce sondage confirme un sondage CROP mené sur le même sujet en avril 2015 : 51 % des Québécois s’étaient déclarés d’accord avec l’abolition des élections scolaires contre 25 % qui s’y opposaient et autant qui ne se prononçaient pas.

7 commentaires
  • Pierre Grandchamp - Abonné 26 novembre 2016 07 h 46

    Et les municipalités?

    Avec tout ce qui se passe dans le monde municipal, devrait-on faire disparaitre les municipalités?

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 26 novembre 2016 20 h 37

      vous mélangez les pommes et les oranges...dans quel but?

    • Pierre Grandchamp - Abonné 27 novembre 2016 16 h 38

      Dans quel but? Les frais de gestion sont supérieurs au municipal, de un.
      De deux, facile d'être contre...mais quelle est la solution de remplacement?

  • Pierre Grandchamp - Abonné 26 novembre 2016 15 h 18

    Dites-nous votre solution de rechanjge1

    Le New Brunswick a fait disparaitre ses conseils scolaires et a dû y revenir. Un Comité d’experts a remis un rapport au Ministre de l’Éducation(2014) et recommandait le maintien des commissions scolaires.

    Si vous nous disiez votre solution de rechange!

    Je pense qu’il faut arrêter de focuser sur les structures et se concentrer sur l’amélioration du système.

    De toute façon. la communauté anglophone veut le maintien et elle est protégée par la constitution.

    Va-t-on faire disparaitre les municipalités suite à tout ce qu’on apprend depuis la Commission Charbonneau?

  • Pierre Grandchamp - Abonné 27 novembre 2016 07 h 48

    Rapport d'experts prônant le maintien des commissions scolaires avec plus de décentralisation

    En 2013, le gouvernement a formé un Comité de 4 experts “chargé d’étudier le financement, l’administration, la gestion et la gouvernance des commissions scolaires”.Ci-dessous présentation des 4 experts:
    http://www.mels.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communi

    Les 4 experts ont déposé leur rapport en mai 2014. On peut le consulter:http://www.mels.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/docu

    Le rapport formule de nombreuses recommandations. Ils ont consulté des tas de gens, étudié ce qui se passe dans les autres provinces et dans d’autres pays (notamment France, pays nordiques)

    Le rapport recommande, notamment, le maintien des commissions scolaires mais avec plus de décentralisation vers les écoles. Il note, au passage, que “les élèves du Québec réussissent bien aux tests canadiens et internationaux”

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 27 novembre 2016 23 h 11

      Je me méfie des experts ou de ceux qui se prétendent l'être...

      Les Commissions scolaires ont fait leur temps...la relève devrait être prise par les villes et villages du Québec...avec les outils nouveaux propres aux nouvelles technologies...et une dose de bon sens.
      Il faudrait impliquer les parents ou les obliger à le faire...après tout c'est de leurs enfants qu'il s'agit. Les comités de parents/ d'école
      devraient plus s'impliquer...pas seulemnt pour les sorties éducatives et
      les fêtes de fin d'année.
      La simplicité a bien meilleur goût...

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 27 novembre 2016 17 h 38

    Les vrais pourcentages

    Au ministre Blais qui voulait abolir les élections scolaires parce que seulement 5 % de électeurs inscrits votaient à ces élections, je demandais de refaire ses calculs.

    Voyons les chiffres.

    Aux élections scolaires de 2014, il y avait 5 184 300 électeurs inscrits sur les listes électorales, et un taux de participation de 5,54 %. Ce qui indique que le nombre de voteurs a été de 287 210.

    Comme il y a au Québec un total de 892 915 familles avec au moins un enfant mineur, ce nombre de voteurs donne un taux réel de participation de 32,1% parmi les personnes directement intéressées.

    Ce pourcentage est beaucoup plus élevé que le pourcentage brut de 5,54 % retenu par le ministre de l’éducation, lequel devrait revoir ses chiffres.

    S’attacher au 5 %, c’est de la démagogie.