Le viol de notre territoire: le projet de loi 106

Le projet de loi 106 concernant la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 et que nous rebaptisons la Loi des pétrolières se prépare à légaliser le viol de notre territoire. Quand les dards acérés des pétrolières pénétreront sans retenue les entrailles de nos terres, quand ils cracheront leurs poisons chimiques dans nos eaux profondes, quand ils fractureront toute l’ossature de nos sols, alors ils marqueront au fer rouge le coeur même de notre territoire. Et pire encore, ce n’est pas seulement notre corps qu’ils auront alors profané, mais c’est l’âme même du peuple qui sera ainsi sacrifiée. C’est ce que nous avons clairement compris grâce à la présentation largement documentée du docteur en droit et en sociologie M. Richard E. Langelier, lors de la soirée d’information publique tenue à Racine le 3 novembre dernier. En effet, cette loi sans coeur, payée par et pour l’argent des salisseurs de pays, attaque les fondements mêmes de notre vie démocratique. Non seulement elle empêchera nos élus municipaux de protéger nos sources d’eau potable, non seulement elle bafouera le pouvoir de bien gérer le territoire de nos MRC, mais elle poussera l’affront à pouvoir nous départir de nos propriétés privées pour leur bon vouloir de sonder le dessous de nos maisons. Nos Indiens d’Amérique se sont fait exproprier de façon aussi sauvage. Honni soit le ministre Arcand qui participe à cette profanation de notre territoire et de nos droits démocratiques les plus élémentaires. Et comment nos députés peuvent-ils assister, voire même participer à cette atteinte majeure à notre démocratie sans protester haut et fort?

Pourtant, tout citoyen un tant soit peu informé des conséquences de ces exploitations non conventionnelles du pétrole, par fracturation mécanique, par dissolution chimique ou par impulsion n’est pas d’accord, crie NON à ces gestes infâmes. Déjà 68 % des Québécois (Sondage SOM) ont dit NON. Et quand c’est NON, c’est NON !

Ce lourd silence devant la profanation de notre eau, de notre territoire et de notre démocratie, cette culture des puissants lobbys aurait-elle envahi notre Parlement ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 8 novembre 2016 07 h 38

    Le pouvoir d'extorsion sous le couvert du droit d'expropriation

    L’article 55 du chapitre III du projet de loi 106 cède aux pétrolières le droit d’expropriation.

    Concrètement, ce nouveau pouvoir signifie que si un citoyen refuse de vendre son terrain ou s’il demande un prix jugé excessif par la compagnie, celle-ci pourra s’en emparer de force et verser à l’ancien propriétaire le prix qui lui convient.

    En adoptant en première lecture le principe du projet de loi 106, le PLQ et la CAQ ont validé cette capitulation de l’État qui, au lieu de défendre le territoire national, l’offre à la convoitise irrépressible d’intérêts étrangers.

    La loi 106 accorde sans condition un pouvoir absolu à des intérêts privés, leur permettant de faire main basse sur tout territoire convoité et d’obliger leurs propriétaires à le céder — sous la menace d’expropriation — au plus faible prix possible.

    En somme, il s’agit d’un pouvoir d’extorsion accordé légalement aux pétrolières.

    De mémoire d’homme, je ne rappelle pas d’avoir connu deux partis politiques à ce point de connivence pour trahir aussi effrontément les intérêts supérieurs de la Nation.

    • Danielle Houle - Inscrite 8 novembre 2016 10 h 13

      Et puis, continuons donc à diviser le vote francophone en 2018, votons avec notre coeur plutôt que notre tête!!! Comme ça, on va être sûr de faire entrer les libéraux encore une fois et viendrons les ost... de compagnies gazières forer mon territoire et autorisés par les libéraux qui haïssent les gens vivant dans la Vallée du St Laurent, m'enlever ma maison et ainsi me priver de mes 164 arbres amoureusement plantés sur mon terrain à la campagne!!!

      Vivement la solidarité des québécois! Une citoyenne en colère!

  • Jean-Marc Simard - Abonné 8 novembre 2016 08 h 10

    Bravo !

    Bravo pour votre article Monsieur Thibault...Rien à ajouter...Votre langage poétique est d'une éloquence étonnante...Merci

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 8 novembre 2016 08 h 34

    Poser la question...

    c'est y répondre...Et ce silence de nos gouvernements , cette hypocrisie gouvernementale à souffler le chaud et le froid, cette ligue professionnelle de lobbyistes dûment accrédités par des députés et ministres trop heureux de se délester de leurs responsabilités vis a vis leurs électeurs-trices, ces leveurs de fonds professionnels qui dilapident notre patrimoine immobilier, ces électeurs-partisans qui ne savent rien de la politique nationale et souvent n'en veulent rien savoir ...mais votent toujours pour "un" candidat rouge, bleu, jaune ou caille depuis la nuit des temps sans chercher à SAVOIR (bien assis qu'ils sont sur leur propre ignorance) ce qui se passe vraiment ...dans leur "pays".
    Nous avons un peuple d'illettrés, d'ignares à 55% satisfaits de se faire mener en barque par des charlatans à l'humour niais et grossiers, des amuseurs publiques et narcissiques....finalement par le: du pain et des jeux... c'est la commande au snack-bar du coin.

  • Jacques Morissette - Inscrit 8 novembre 2016 09 h 32

    Les pétrolières ont forgé pour ainsi dire un projet de loi privé. Le gouvernement n'a plus qu'à la signer et céder le territoire au prédateur, en quelque sorte.

  • Brigitte Garneau - Abonnée 8 novembre 2016 15 h 40

    On ne réécrit pas l'HISTOIRE..

    Avec le parti libéral, on fait encore mieux! On la recommence...On change les dates et les personnages. Nous sommes aujourd'hui au XXIe siècle et les Indiens D'Amérique ont été remplacés par les Québécois! Quel MALHEUREUX sort nous RÉSERVE le parti Libéral? Les pétrolières seront-elles responsables de notre DISPARITION? Après tout, pourquoi s'inquiéter si c'est bon pour l'économie? Tous le savent, l'ÉCONOMIE, c'est bien plus important que la VIE! Et, que vaut la vie d'une petite communauté francophone en Amérique du Nord alors qu'il y a tant de ressources naturelles à EXPLOITER!