Valls fait fausse route

Le premier ministre français a beau venir au Canada vanter les mérites de l’approche laïque dure, on ne peut que constater plutôt la faillite du système français en matière d’accueil aux immigrants.

Qu’a fait la France en la matière ? Non seulement elle a créé de glauques cités devenues très vite des ghettos de chômage chronique, mais en y enlevant les très efficaces polices de proximité (supprimées par Sarkozy en 2003 et jamais rétablies par Hollande), elle a fait de ces grises « banlieues » des zones de non-droit où sévissent la misère, la violence et la criminalité.

La France n’a jamais fait face sérieusement à ses problèmes d’intégration et ne fait que se crisper sur des mesures restrictives et punitives, dont la plus récente est cette loufoque interdiction du burkini. Il était même question il y a quelques années de légiférer sur la taille de la barbe ! Ces tracasseries sont grotesques et de toute façon inapplicables, et ne font qu’empirer la situation, en provoquant encore plus d’exclusion.

En ce domaine, le Canada, qui réaffirme aujourd’hui de façon éclatante sa traditionnelle attitude d’ouverture, de tolérance et de générosité à l’égard des immigrants, est sur la bonne voie et n’a de leçon à recevoir de personne, surtout pas du premier ministre de la France.

19 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 18 octobre 2016 04 h 25

    Situation bien différente

    Je suis d'accord avec vous. La situation française est tout à fait différente de celle du Québec. Et on doit ajouter que l'intégration des immigrants musulmans en France n'a pas été un grand succès. Donc pas de leçon à recevoir de M.Walls, lui-même fort contesté dans son propre pays.

    M.L.

    • Jean-Marc Simard - Inscrit 18 octobre 2016 08 h 59

      Monsieur Lebel, la situation et la même puisque c'est la même idéologie islamiste qui tente de s'imposer...En outre les supposés signes religieux des tenants de cette sois-disant religion ne sont que des signes politiques et culturels...La pratique d'une saine religion n'a que faire de la façon d'habiller le corps, car la pratique religieuse est une affaire d'âme et d'esprit, non de corps...Dieu exige -t-il le port de tel ou tel vêtement pour que la liaison s'accomplisse avec lui ? NON Alors le port d'un vêtement ou d'un signe quelconque pour affirmer sa foi est complètement dérisoire et inutile...Il ne peut être que politique ou culturel...

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 18 octobre 2016 12 h 24

      Me Lebel,voulez-vous dire que Couillard s'occupe bien des immigrants ?Surement pas. Je suis d'accord avec J-M.Simard. En plus ils parleront anglais ,formeront aussi des ghettos mais pour le bonheur de Couillard et le votre seront fédéralistes.Donc seront d'excellents citoyens,n'est-ce pas?

    • Michel Lebel - Abonné 18 octobre 2016 17 h 08

      @ Jean-Pierre Grisé,


      Parlons franchement, ce qui est rare sur ce sujet: le problème de l'immigration en France est dû au fait que ce pays a accepté trop d'immigrants de religion musulmane. En ce domaine, celui de l'immigration, comme dans bien d'autres, c'est la démographie qui a le dernier mot.
      Dépassé un certain seuil ou pourcentage, les migrants d'un groupe culturel ou religieux vont poser problème. Ce phénomène est universel et pourrait donc se retrouver aussi au Québec. La France ne sait plus comment bien traiter son vieux problème d'immigration d'origine musulmane; elle est dépassée par la situation.
      Toute question doit toujours être regardée bien face, sans détours ou bien-pensance. Mais toujours humainement et avec justice.


      M.L.

  • Martin Richard Mouvement Action Chômage Montréal - Abonné 18 octobre 2016 07 h 20

    Parfaitement d’accord avec vous monsieur Feuillette. Monsieur Valls est à lui seul un facteur de radicalisation, tout comme ses prédécesseurs. Anecdote : la limousine d’un ministre Français s’arrête un jour dans une station-service pour faire le plein. Le ministre descend prendre l’air et voit 3 jeunes assis qui discutent. Ils sont Noirs. Le ministre s’approche et leur demande « d’où venez-vous ? » Les jeunes répondent du village d’à côté, en le pointant. Le ministre : « Non, non, d’où VENEZ-vous ? » Même réponse des jeunes. Le ministre leur répétera une troisième fois sa question, si ma mémoire est bonne et recevra toujours la même réponse. Pourquoi ? Parce-que ce ministre de Sarkozy, un bon Français blanc, ne pouvait imaginer que des Noirs soient nés en France !!!! On n’était pas dans les années 50 ou pendant la guerre d’Algérie, où la police jetaient des Arabes dans la Seine, mais au XXI siècle. Les exclus de la mère patrie ne sont pas sortis de leurs misères.

    • Jacques Lamarche - Inscrit 18 octobre 2016 09 h 20

      Assez pathétique! J'ai relu trois fois, sans voir y voir quelque lien avec la laïcité!

      Le Québec est une serre chaude, à l'abri des intempéries migratoires et identitaires!

      La France est une bouilloire multiculturelle dans laquelle l'État doit combattre la surpopulation, le chômage et la pauvreté, ou encore des réactions islamophobes, ou encore la radicalisation, ou encore un islam politique actif! Et quoi d'autre encore!!!

      M. Valls défend à bout de bras la séparation des pouvoirs entre le religieux et le politique! Et une égalité, sur le terrain, entre les hommes et les femmes! Vous y voyez un problème!!!

    • Serge Morin - Inscrit 18 octobre 2016 09 h 38

      Qui pensez vous aveugler avec cette anecdote? Au fait fort hypothétique
      En nous racontant des histoires de boétiens.....

  • Pierre Grandchamp - Abonné 18 octobre 2016 07 h 31

    Nuance

    La problématique française est évidemment différente notamment au plan de l'histoire:colonisation en Afrique et ses conséquences, bien sûr!

    Cependant, elle doit nous renseigner sur le non sens du multiculturalisme qui a échoué, tant en France que dans d'autres pays européens.

  • Claude Bariteau - Abonné 18 octobre 2016 07 h 54

    Le modèle français en cause, mon oeil !

    La France est républicaine, le Canada non. La France intègre citoyens et citoyennes qui participent au débat pour construire le « vivre ensemble ».

    Le Canada, est monarchiste constitutionnel, intègre des sujets qui n'ont pas eu un mot à dire sur les règles du « vivre ensemble », celles-ci relevant d'hommes politiques qui les ont constituées et ont octroyé à la Cour suprême de finir le travail.

    Au Canada, le premier ministre se comporte comme s'il est au-dessus des citoyens et des citoyennes, comme un roi ou une reine, et les membres de son entourage ne sont que des conseillers, comme le sont les élus à la Chambre des communes.

    La différence entre la France et le Canada par rapport à l'immigration en découle. Le Canada, comme sa majesté, est tolérant en autant que les immigrants respectent le « vivre ensemble » qu'il promeut. En France, parce qu'il est fondé sur le pouvoir des élus et des citoyens et citoyennes, ce qui le définit autrement, le « vivre ensemble » engendre des contraintes.

    Pour vous, il s'agit d'aberrations. Et vous critiquerz à la canadienne des pratiques découlant d'un ordre public conçu par les citoyens et les citoyennes. Or, c'est précisément ce que font les immigrants qui voudraient instituer leur ordre partout où ils émigrent.

    Ce faisant, vous faites pire que le preier minstre Valls. Vous lui dites qu'il devrait se définir en monarque dans une république, ce qu'il n'a pas fait à l'égard du PM Trudeau, ce dont vous ne semblez pas consciente, désireuseplutôt de cibler des erreurs politiques françaises pour des motifs liés à un besoin de main-d'oeuvre dans les années 1980.

    Il eut mieux valu de le signaler et de montrer que le Canada est ouvert et tolérant parce qu'il a ce même besoin et n'entend pas s'opposer à des pratiques qui haussent les différences, créent des ghettos et minimisent le commun.

    • Sylvain Auclair - Abonné 18 octobre 2016 08 h 00

      Je regrette, mais la différence n'a rien à voir avec le régime politique. Par ailleurs, les juges canadiens s'appuient sur un document qui a été écrit par des politiciens élus...

    • Jean Richard - Abonné 18 octobre 2016 10 h 01

      Un beau discours rempli de mots mais qui échappe à la réalité et au vif du sujet. La monarchie en face de la république, ce n'est que théorique en ce qui concerne le Québec. La reine d'Angleterre est très loin de notre quotidien et pour une forte majorité de Québécois, notre mémé britanique n'a aucun pouvoir, même si elle a encore droit à sa photo sur nos billets de banque (mais pas sur les cartes Visa ou MasterCard ni sur le fond d'écran des téléphones portables).

      Dans la vie de tous les jours, il semble évident que l'intégration des immigrants, loin pourtant d'être parfaite, est beaucoup mieux réussie (ou sinon, beaucoup moins ratée) ici qu'en France – une bonne raison de ne pas se laisser berner par le discours de M. Valls.

  • André Poirier - Abonné 18 octobre 2016 08 h 25

    Vive la charia

    Le Canada est tellement ouvert pour les autres, à tel point que l'Ontario s'apprêtait à accepter une législation basée sue la charia. qui a été bloquée par Mme Fatima Houda-Pépin. Merci madame pour votre intervention.