Le poids démographique du Québec

On parle à nouveau d’immigration, et il me semble que les politiciens omettent toujours d’aborder un aspect important de la question. En principe, on reçoit des immigrants pour des raisons économiques, démographiques et humanitaires. Dans l’aspect démographique se cache un aspect occulté : celui de la place du Québec à l’intérieur du Canada. Souhaite-t-on maintenir le poids démographique du Québec à son niveau actuel ou, au contraire, croit-on cette bataille perdue d’avance et inutile ? Tant qu’à débattre, ce serait intéressant de connaître l’avis des politiciens là-dessus aussi.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 1 septembre 2016 08 h 06

    Une place à l'intérieur du Canada?

    Notre place devrait être à l'extérieur du Canada afin de gérer de manière responsable notre destin de peuple.

    Il nous faudrait, le plus tôt possible, choisir si l'on veut survivre et exprimer notre spécificité dans un Québec indépendant ou s'assimiler dans le grand tout anglophone canado-américain.

    La diversité souhaitable sur la planète Terre n'est pas que biologique. Elle est aussi culturelle, sociale et politique. Comme le laissait entendre VLB, la monoculture est néfaste pour l'avenir de l'humanité

  • François Beaulé - Abonné 1 septembre 2016 08 h 11

    Une question simple qui recouvre des enjeux importants

    D'abord, il faut se demander s'il est souhaitable que la population du Canada augmente sans cesse alors que notre mode de vie est associé à une consommation de ressources et à des émissions de polluants et de gaz à effet de serre intolérable pour l'équilibre écologique de notre planète.

    Puisque l'indice de fécondité au Québec et au Canada est inférieur à 2 enfants par femme, la croissance de la population est causée par l'immigration.

    Le maintien du poids démographique du Québec au sein du Canada par le recours à l'immigration occulte les véritables défis.

    Le premier objectif est de modifier notre mode de vie pour le rendre compatible avec l'environnement naturel.

    Il faut aussi remettre en question notre dépendance à l'immigration. Elle est causée d'une part par la dénatalité occidentale et d'autre part par une population en croissance naturelle ailleurs. Si nous avons besoin, comme société québécoise, de plus d'enfants, alors pourquoi sommes-nous incapables d'en faire plus ?

    Le recours à l'immigration, pour maintenir ou pour augmenter la taille de notre population, est une fausse solution technocratique à des problèmes profonds. D'une part dans notre relation à l'environnement naturel et d'autre part relativement à des questions philosophiques, sociales et culturelles.

  • Michel Lebel - Abonné 1 septembre 2016 08 h 20

    ''La'' question


    La question qui tue: pourquoi faut-il accepter autant d'immigrants? Parce que les Québécois de souche ou d'origine ne font pas assez d'enfants. Le problème de la faible natalité se pose dans à peu près tous les pays occidentaux. À quand une solide politique de natalité au Québec? La France a fait beaucoup d'efforts en ce domaine. À voir de près. Ouvrir toutes grandes les vannes à l'immigration ne devraient pas être la seule solution à nos problèmes de main d'oeuvre et de développement humain.

    Michel Lebel

    • Jean-François Trottier - Abonné 1 septembre 2016 10 h 30

      Non, monsieur. Non et non.

      La faible natalité n'est pas en cause un seul instant. Cette inepsie inventée par les experts en marketing du PLQ est un poison fort bien dosé.

      La réalité tient en la baisse de qualité de l'éducation. Aux erreurs des années '90 aucune amélioration n'a été apportée, et je suis maintenant persuadé que c'est voulu. Mous vivons une êre d'élitisme qui me pue au nez et qui voue la majorité de la population aux jobines et à l'inculture.

      L'apport d'immigants est capital pour toute société, mais vouloir pallier à des supposés manques par, excusez le terme, des "arrivages de bestiaux", est calamiteux et suprêmement débile.

      C'est pourtant ce qui est sous-tendu dans le discours de Couillard!!

      Évidemment, ce triste sire sait qu'une population éduquée ne convient pas à son électorat. Une population qui sait analyser posera des question un peu trop saines à son goût. Le rôle premier des Libéraux est d'écoeurer les gens de la chose publique, suffit de regarder.

      Je sais, mon discours semble réducteur.
      Il ne l'est pas: plus le taux de vote est bas, plus les Libéraux entrent fort. Plus les slogans sont courts, plus ils sont cons, idem!

      Plus les immigrants entrent et sont laissés à eux-mêmes, plus ça vote Libéral (en fait, contre les "méchants péquisses" comme le laissent entendre si bien les médias anglophones). La farce continue jour après jour à la grande satisfaction de Couillard, et la fausse vision "démographique" reste.

      Tant pour les immigrants que pour la population actuelle, la réponse reste toujours l'éducation... et les millions d'investissement qui vont avec.

    • Sylvain Auclair - Abonné 1 septembre 2016 12 h 11

      Et pourquoi faudrait-il absolument que notre population croisse, ou même reste constante?

    • Jean-François Trottier - Abonné 1 septembre 2016 14 h 57

      Quelle drôle de question, M Auclair!

      On ne demande pas à une population de croître, mais d'évoluer. De se donner les moyens pour que chaque individu la dénombrant vive bien et aide les autres à vivre bien.

      Dans un monde de compétition féroce et de guéguerres de marché, dans un monde où la démocratie, hé oui, passe par le nombre, et sans souhaioter créer une nation "victorieuse" ou écrasante, on peut souhaiter que notre nation progresse et permette un coin de bonheur à chacun.
      Je déteste la notion de "winner". Nous sommes tous le produit de notre environnement, et pour chaque gagnant il a fallu des dizaines de "perdants" pour lui servir de marche-pied.
      Donc, tous devraient, un peu, gagner de la réussite d'un seul. C'est ainsi que fonctionne toute société contrairement à ce que prônent néolibéraux et libertaires primaires.

      L'arrivée d'immigrants dans le total désordre de Couillard est un déni d'une économie saine et une grande victoire pour les nostalgiques du capitalisme sauvage.

      C'est dans l'intérêt de chacun qu'une population évolue, et donc ne diminue pas, à tout le moins, dans notre monde tel qu'il est.

      Le nombre, malheureusement, compte un peu. Moin a qu'on le croit mais tout de même.

  • Gilbert Turp - Abonné 1 septembre 2016 08 h 38

    Accueillir comme il faut

    Sans s'enfarger dans des calculs de pourcentage, disons simplement que si on veut accueillir des immigrants, la moindre des choses est de le faire comme il faut.

    Pour l'instant, c'est n'importe quoi. Lire le texte en une sur le médecin spécialiste...

  • Michel Thériault - Abonné 1 septembre 2016 18 h 05

    Avis des politiciens ?

    "Tant qu’à débattre, ce serait intéressant de connaître l’avis des politiciens là-dessus aussi." - Geneviève Guay

    Madame Guay, les politiciens ne sont là que pour se faire élire. Pas pour donner leurs opinions et surtout pas pour régler des problèmes.