André Melançon et mon père

Ce soir, deux nouvelles tristes. André Melançon est mort. Mon père aussi. Voilà deux modèles forts qui me quittent en même temps. Tous deux ont bercé mon enfance, tous deux ont participé à forger ma culture. Je me suis souvent identifiée à André Melançon parce que nous étions tous deux psychoéducateurs et qu’ensuite, nous nous étions aussi tous deux tournés vers les arts. Et que lui aussi, visiblement, restait près de sa vitalité gamine. Quant à mon père, il m’a transmis beaucoup bien sûr, particulièrement son sens fort du clan. Ces deux hommes ont, de près et de loin, participé à qui je suis.

Merci papa de m’avoir accueillie dans ta vie, moi qui suis arrivée un peu trop tôt, et surtout, merci de m’avoir dit « je t’aime » si souvent. Merci, André Melançon, d’avoir mis en lumière cette voix de l’enfance si fondamentale pour chacun d’entre nous, peu importe notre âge. Vous restez vivants dans mon coeur. Je vous aime.

À voir en vidéo