Anticosti à pied, mais aussi à vélo et ski de fond?

J’ai beaucoup apprécié dans Le Devoir de ce matin l’évocation, à la une, d’un classement d’Anticosti à l’UNESCO ; mais aussi, en page Idées, cette fine suggestion d’un lecteur, André Clouâtre, de greffer un sentier de randonnée pédestre bordant la totalité de la côte.

Je crois que ce sentier devrait se doubler d’une piste cyclable, l’ensemble pouvant devenir une formidable piste de ski de fond en hiver. Ce qui devrait procurer à cet ensemble d’activités touristico-sportives un meilleur service d’accueil et d’entretien qu’un seul sentier de randonnée pédestre.

Comme M. Clouâtre, il m’est arrivé de faire de la randonnée pédestre dans de magnifiques circuits britanniques, une expérience aussi appréciée entre villages en Île-de-France. Mais faire de la randonnée en si lointaine contrée qu’Anticosti, dominant le golfe du Saint-Laurent, devrait être grandiose. Ajouter aux randonneurs les cyclistes et les fondeurs ne peut que contribuer à justifier les investissements nécessaires pour les randonneurs.

Sans compter que traverser éventuellement deux douzaines de rivières à saumon peut donner envie d’apprendre ici et là à taquiner ce magnifique habitant des côtes du golfe.