Il faut annuler le G20 pour donner une leçon à la Chine

Plus la Chine s’enrichit et plus elle nie les autres pays. Plus la Chine s’enrichit et plus elle impose à l’intérieur des règles très chinoises aux compagnies étrangères, particulièrement dans le domaine du savoir-faire et de l’informatique. Plus la Chine s’enrichit et plus elle cherche à s’étendre militairement. Et ce n’est pas une quelconque Cour de La Haye qui va changer quoi que ce soit à son ambition.

Que font les gouvernements étrangers ? Rien. Leur seul intérêt est la manne qu’ils espèrent pour leurs compagnies nationales. D’autres gouvernements espèrent recevoir un peu de cette manne sous forme d’aide internationale.

Que font les gouvernements des pays riches occidentaux ? Ils se taisent ou font des discours d’apaisement ou des promesses. Dans les conditions actuelles, ils n’ont aucun intérêt à s’opposer à Pékin. Ils ferment les yeux et, comme durant les années 1930 face à Hitler, essaient d’amadouer le dictateur. Et ils sont fiers d’eux.

Et pendant ce temps, Liu Xiaobo, qui a poussé les valeurs occidentales, croupit en prison. Qui ? Liu Xiaobo. Connais pas.

Les Chinois ont horreur de « perdre la face ». Annuler le G20 ferait perdre la face à Xi Jinping. Quel effet cette situation aurait-elle ? Peu d’effet. Les Chinois sont déjà trop forts économiquement, politiquement (à l’intérieur), et d’un point de vue militaire (régionalement). Alors pourquoi un tel affront ? Pour montrer à la Chine qu’on veut qu’elle soit un partenaire et non pas un dominateur régional. Pour montrer à la Chine qu’on ne veut pas de successeur à la domination internationale américaine.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 25 juillet 2016 07 h 02

    Qui sommes-nous ....

    après tout pour donner des leçons à qui que ce soit?

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 25 juillet 2016 08 h 38

    La Chine, miroir de ce que nous sommes ?

    En lisant le premier paragraphie du texte de M. Forest, la question qui me vient à l'esprit est la suivante : "En quoi la Chine se distingue-t-elle des autres pays ?"

    Plus l'Inde s'enrichit et plus n'impose-t-elle pas des règles de transfer technologique et de transfer de propriété forcé à l'État ? Plus ne s'arme-t-elle pas ?

    N'est-ce pas le lot de tous les pays puissants de tenter d'imposer leur volonté à leurs voisins faibles ? Grande-Bretagne/Islande, États-Unis/Canada, Canada anglais/Québec, etc.

  • Denis Paquette - Abonné 25 juillet 2016 14 h 29

    les esclaves pour toujours d'un 1%

    Monsieur Martel vous avez tout a fait raison n'est ce pas le type de culture qui prévaut dans le monde, celle de la toute puissance qui a pour effet d'annuler toute les autres approches que celle de la toute puissance de celui qui est déja tout puissant, ce fameux modele qui veut que ce soit un pouvoir centrale qui décide de tout , une appropriation du pouvoir et du savoir qui se veut être civilisé, quelle appropriation des esprits et de la conscience au profit de quelques uns ,et quand ce ne sera plus le 1% que l'on connait, ce sera un autre 1% que l'on aura créer , sommes nous fait pour être pour toujours les esclaves d'un 1%,