Quelle ironie!

Il est assez ironique que, dans une lettre datée du 15 juillet, messieurs Doyon et Paquin s’appuient sur « l’héritage philosophique qui nous est transmis depuis l’Antiquité » pour discréditer le discours anti-oppression dénonçant le sexisme, le racisme et l’homophobie qui nous sont transmis par notre société et notre culture. Ironique parce que : 1) la rationalité dont les auteurs se réclament — et qu’ils opposent au « dogmatisme » des « progressistes » — est le produit d’une tradition philosophique occidentale dont les figures canoniques sont pour l’essentiel des hommes blancs ; 2) cette tradition philosophique et plusieurs de ses principaux penseurs ont fortement contribué à légitimer « rationnellement » l’hétérosexisme, le racisme, l’esclavage, le colonialisme, la suprématie de l’homme blanc et/ou la domination masculine ; et 3) lorsque le discours anti-oppression démontre, citations à l’appui, le caractère hétéronormatif, sexiste et raciste de ces canons de la philosophie occidentale, on lui rétorque généralement que ces propos doivent être excusés, et ce, parce qu’ils sont le produit d’une autre époque et d’une autre société. Comme quoi cette « tendance à expliquer ce que nous sommes par le déterminisme social » n’est pas l’apanage du discours anti-oppression.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 19 juillet 2016 05 h 52

    Argumentaire

    À première vue, votre argumentaire se tiens.
    Sauf que... dans l'Antiquité, l'homosexualité n'était pas que tolérée, elle était encouragée, surtout dans l'armée. Le «cousin» d'Achille, n'était pas son «parent» (pour n'en nommer qu'un et non le moindre).
    Faut toujours faire attention quand on se garoche des slogans.
    Baser son opinion «les humains ne savent pas marcher» sur une étude des enfants de 6 mois; ou «les humains marchent tout croche» sur une autre étude se concentrant sur les personnes âgées limite légèrement le point de vue.
    Dans la même période il y avait Caïf et Jésus, Néron et Paul, Les généraux de Rome et Spartacus et tous ces autres opposés «créés» par la même civilisation avec les mêmes possibilités et restrictions. Pourtant... les réponses de ceux-ci furent très différentes, jusqu'à l'opposé. Sans compter toutes les positions entre ces deux extrêmes.
    Alors, lesquels entre ceux-là furent le «produit du déterminisme de leur société» ?

    Quand on fait de la «philosophie» en extirpant l'humain de l'équation, on fait toujours patate. Le déterminisme social a toujours eu ses supporteurs et ses opposants. Et encore plus drôle… pour les mêmes raisons : L’édification du «soi».

    Bonne journée.

    PL

    • Johanne St-Amour - Inscrite 19 juillet 2016 10 h 05

      On a un exemple parfait dans ce commentaire d'Anne Plourde du racisme anti-blanc exercé par ces «idéologues» (probablement intersectionnelles, c'est leur genre de discours).

      Ces «idéologues» apprennent, par coeur, un credo à répéter incessamment et en tout temps. Au lieu de critiquer le discours de certains philosophes, ils-elles font le raccourci de les discréditer uniquement parce qu'ils sont Blancs. Et probablement que Mme Plourde est elle-même Blanche, mais comme elle se croit probablement «conscientisée», elle échappe au discrédit!!!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 19 juillet 2016 13 h 25

      Mais ce n'est pas une «réaction» au discours de Mme Plourde que je cherchais, mais une «réflexion» sur comment ne pas regarder qu'un seul élément d'une situation. J'ai manqué mon coup il semble.

      PL